L’appareil ne fait pas la photo, Photoshop non plus

Toute personne faisant de la photographie (ou pas) s'est déjà faite interroger sur le modèle de son appareil, fait carrément chiant et pas utile, mais pas plus hilarant que quand un autre photographe se cale à côté de toi pour vérifier que son objectif est bien plus long que le tien.

Pourtant on commence à le savoir, l'appareil ne fait pas la photo, pas plus que d'appuyer simplement sur le déclencheur (même si c'est bien d'appuyer dessus à un moment je suis d'accord) pour mieux passer deux heures sur Photoshop.
J'ai cru comprendre que certaines personnes faisant de la photo ont pris ce principe à la lettre en lisant des trucs assez effarants après qu'on leur ait soumis l'idée d'apprendre à se servir de leur appareil, idée a priori très rigolote et traitée avec un dédain certain qui se retranscrit sur chacune des photos qu'ils produisent.
La question n'est pas de savoir si les dites photographies me plaisent ou pas, ce qui relèverait d'une vision affectivée, mais de ne s'attarder que sur la technique, qui peut ou doit être propre à chacun, pouvant également être adaptée en fonction du rendu souhaité, voire même être carrément transgressée si cela est justifiée. Pour avoir un avis assez objectif sur la question il faut avoir plusieurs images du même photographe sous le nez, ce qui est assez simple pour le coup puisque les personnes dont il est question en postent des kilos tous les jours.
Après avoir vu défiler trois tonnes de merdes pendant des semaines, avec toujours les mêmes erreurs en différentes variantes et pas des moindres: modèles déformées dans diverses postures ridicules, mauvaise gestion de la lumière, cadrages injustifiables, dégradations excessives après certainement beaucoup de retouches pour arriver à un résultat fort agressif pour mes petites rétines, le tout justifié maladroitement par les auteurs au travers de railleries quand enfin un conseil judicieux pointe le bout de son nez... La rebel'attitioude c'est bien, la provocation aussi, mais quand rien ne vient les défendre si ce n'est 10 commentaires de copains qui n'y connaissent rien et qui s'extasient à gorge déployée + bien trop de likes d'individus qui n'y entendent rien de plus, c'est très léger. C'est la magie d'internet dont le travers principal reste de propulser bien trop haut des trucs frôlant à peine la moyenne (voire pire).
C'est dans des cas comme ça que le commentaire incitant à apprendre à se servir de l'appareil est justifié par contre, car bien qu'il ne fasse pas la photo, il y participe aussi, d'où l’intérêt de savoir s'en servir. Oui ça peut prendre un peu de temps, mais quand on a déjà pas l’œil, ça peut parfois sauver la mise.
Se place ici Photoshop car aujourd'hui en photographie on ne demande pas que de la photographie, les gens veulent voir un truc en plus et ce dernier peut passer par la retouche (je parle ici de retouches "de base", pas de photomanipulations). Mais tout photographe aguerri vous le dira: Photoshop ne fait pas tout, pas toujours, c'est un outil ayant la capacité de sublimer une image tout comme de la merdifier, un des paramètres déterminants principal sera la qualité de l'image brute, et je ne parle aucunement du nombre de mégapixels de votre engin qui n'a malheureusement pas d'intérêt majeur dans l'équation dont il est question ici. Pour moi les choses sont très simples, si pour avoir le rendu escompté au départ je dois passer plus de 5 minutes en post-prod sur une image, c'est que j'ai manqué une ou plusieurs choses à la prise de vue, et ça arrive, c'est pas grave.
Au final, si tu veux faire de la photo sans talent ni connaissances techniques, c'est compliqué. Tu peux avoir une idée génialissime et vouloir en faire un bouquin, tu réussiras certainement à l'écrire en passant de longues heures le nez sur ton MacBook pro avec ton vocabulaire digne d'un enfant de 10 ans, mais tu saccageras un truc qui aurait pu être formidable dans autant de paragraphes qu'il sera nécessaire pour narrer ton bestseller.
Après je n'ai rien contre le fait que des gens ne bittant rien en photo s'y mettent, on a tous été débutants, on a tous fait des boulettes et on en fera encore, ce qui est gênant c'est les personnes qui n'y pompent rien et qui font de la merde dans une prétention indéfectible. Si Internet est un endroit où chacun peut avoir sa gloriole, pas toutes les critiques ne sont gratuites ou teintées de jalousie, certaines peuvent être parfois bonnes à prendre en compte et peuvent nous servir pour nous améliorer... Et sur ce coup ce serait pas du luxe.

Salut ma vie! Ca faisait longtemps!

Bonjour les gens, j'espère que vous allez bien. Ça fait une tire que je ne suis pas venue ici pour autre chose que de faire acte de présence.
Il semblerait que nous soyons sorties du tunnel, je dis bien, il semblerait car comme on le sait: tout peut toujours basculer en quelques secondes, et que j'ai récupéré un semblant de vie.
Concrètement, je n'ai tout simplement pas eu de vie ces 6 derniers mois, tout a été plus ou moins mis entre parenthèses parce que j'ai pas eu trop le choix et ce que je n'ai pas voulu mettre entre parenthèse fut fait dans la souffrance = j'ai laissé tomber avant de me dégouter de tout.
Ça n'a pas été une partie de plaisir, rien, et j'ai du renoncer à tout ce qui composait mon existence pour la consacrer à 90% à une tierce personne, chose que je ne regrette absolument pas mais qui a fini par me faire dégoupiller. Dans l'état où j'étais quand tout à commencé je n'ai pas su comment j'arrivais à tenir jusqu'à ce que je me rende compte que j'avais débranché pas mal de câbles si ce n'est la quasi totalité, fait pouvant paraitre assez perturbant au prime abord, mais dont je me fiche au final car je suis bien trop saoulée pour me poser des questions. J'y suis arrivée, c'est le principal.
Je commence à reconnecter les plus importants, ça me fait du bien, j'en ai mis d'autres de côté car je ne sais pas quoi en faire pour le moment, et je suis, je l'avoue, pour l'heure absolument infoutable tant je ne tolère rien qui vienne d'un tiers. La seule obligation que j'ai toujours gardé est le boulot, c'est même ce qui m'a le plus aidé à tenir, c'est encore la seule que je garde et les autres je ne veux pas/plus en entendre parler ni même savoir qu'elles existent. J'ai passé 6 mois à en baver, pour le moment je ne vais nulle part sauf là où j'ai décidé d'aller, je fais ce que je veux c'est parfait.
Si tu veux un cours d'égoïsme pêchu, tu sais où me trouver.
J'ai été super soutenue comme super seule, c'est le genre d'épreuves qui te fait faire un tri implacable dans ton entourage, tout comme il te pousse parfois à voir plus loin que le bout de ton nez, ce qui n'est pas si mal dans les deux cas. Je serai éternellement reconnaissante aux personnes qui ont été là, même de loin, et pour le reste on se quitte ici, par effet de contraste je ne trouve pas ça très grave de ne plus avoir envie d'entendre parler de vous ni même d'avoir vent de votre existence, ce qui comporte ici aussi la sempiternelle famille.
Ah oui en 6 mois y a eu du monde pour brailler au téléphone et pour planter des grands discours. C'était chouette, ça n'a servi à rien, et pendant que l'une était en train de mourir et que l'autre en chiait en perdant pied sous la masse de choses à gérer (administrativement et émotionnellement aussi) qui a pris quelques jours de sa retraite pour venir me donner un coup de main? Personne, j'ai tout pris dans la gueule, seule.
C'est donc après ce triste constat que j'ai décidé de ne plus répondre au téléphone et c'est il y a quelques jours que j'ai décidé de les rayer de la carte. Ça fait bien longtemps qu'on ne s'était pas à ce point foutu de ma gueule. La reine mère a pris le relai à ma très grande surprise d'ailleurs et a expliqué patiemment à tout le monde pourquoi j'étais injoignable et pourquoi il n'était pas à l'ordre du jour que ça change. Étonnamment toujours tout le monde a compris et a copieusement culpabilisé. Maintenant que cette étape est pliée et qu'il n'y a plus rien à faire, c'est sur, c'est plus facile d'admettre qu'on a de la merde au cul. Affaire close.
Bref, j'ai recommencé l'urbex et je passe beaucoup de temps à fouiner, ça me fait prendre l'air et je n'ai besoin que de ça en ce moment. J'ai plein de photos à vous montrer et peut-être des vidéos aussi et nom de dieu que ça fait du bien.


Session 1

Session 2

Et j'ai pas fini.
Je prends l'air en moto aussi, toujours sur un plateau à mon grand regret. Les jours où je n'ai pas de leçon je médite...

J'ai développé une nouvelle technique de respiration intra-casque. Ca m'aide, et j'ai hâte que ce permis se termine. Si j'étais vraiment-vraiment décidée sur le choix de la moto je l'aurais déjà, ce qui serait une très bonne mauvaise idée, en tous cas je me le rappelle souvent pour rester sage. J'en suis au stade de désespoir ou le parcours lent m'amuse (et ouais... pfff) et il parait que j'ai la poignée d'accélérateur un peu lourde (oh?), ceci explique pourquoi j'ai failli traverser les buissons l'autre jour sur le rapide parce que j'allais bien trop vite Kelly!!! Tsss on peut plus faire de stop-it tranquille. Je blague. Au moins j'ai fait un vrai freinage d'urgence. Dans le gravier. Tout ceci met surtout en lumière le fait que cette piste est trop courte, d'une part, et le fait que j'ai grande envie d'aller sur la route O.O.
Bref, même si j'adore la moto et que je m'amuse beaucoup, j'en ai marre de prendre des suées j'ai perdu deux kilos il est grand temps pour moi de rouler en slip :[.
Bonne soirée le monde! Paix et amour dans ton cul, je suis de retour \o/.

Alien: Covenant

Tout d'abord je tiens à mentionner que ce post contient des spoilers, par conséquent, j'invite les personnes qui n'ont pas vu le film et qui dans l'idéal, souhaitent le voir, à ne pas aller plus loin dans leur lecture.

La question que je me suis posée dès lors que j'ai appris la sortie d'un "nouvel Alien" était de savoir si c'était un Alien ou bien la suite de Prometheus. J'ai pas trop fouiné sur la toile par manque de temps et au final je suis allée perdre deux heures de ma vie dans une salle de cinéma en y laissant probablement 1/10ème de ma capacité auditive.
Je suis très emmerdée depuis que je suis sortie du cinéma, certes tous les Alien ne sont pas aussi bons les uns que les autres mais c'est un peu comme un principe, j'aime tellement cette bestiole que je n'en dis jamais de mal. Alien: Covenant aura au moins permis l'exploit de me faire dire que c'était une grosse merde.

Alors... C'est beau, comme Prometheus dont il est théoriquement la suite, vraiment, rien à redire à ce niveau. Fassbender est absolu dans son/ses rôles, et puis... C'est tout.
Ça m'arrache un peu les doigts de le raconter mais comme d'habitude, un troupeau de colons naviguent vers la planète cinquante quatre vingt deux douze dix huit, capte une communication de feu Dr Shaw qui pousse la chansonnette, venant d'on ne sait plus qu'elle planète et les emmerdes commencent quand ils décident d'aller y jeter un œil. A ce niveau on regrette une hypothétique intervention de Ripley [car on n'est plus à une incohérence près] qui forte de toutes ses expériences en la matière, aurait pu leur dire que c'était vraiment pas l'idée du siècle et nous aurait épargné d'un carnage cinématographique certain.
Mais bon ce n'est pas arrivé, et nous voilà donc sur la planète en question pour une pause pipi-pétard, l'équipage gambade un peu partout, marche évidemment sur des sortes d’œufs qui dégagent des espèces de spores friandes d'orifices humains et qui donneront naissance à des bébés Aliens très choupis. Mais psychotiques, et affamés. Walter (le droïde de Prometheus CQFD) arrive ici pour les sauver. Fassbender-Walter, qui fera donc aussi connaissance avec Fassbender-David, le nouveau droïde (très important pour la suite que l'on voit arriver gros comme une caisse).
Donc pendant plus de la moitié du film, on a droit à Fassbender-Walter qui apprend à jouer de la flute à Fassbender-David et à l'incrust' d'un Alien tout droit sorti de Silent Hill qui ressemble à ça:

Chose qui me fait dire que les manipulations génétiques devraient aussi être interdites au cinéma, franchement les mecs, Giger a du changer de trou d'indignation.
Après je me suis un peu endormie sur mon voisin du côté droit que je ne connaissais pas, mais de toute manière le film traine tellement en longueurs inutiles qu'on s'en fout. J'ai heureusement été rapidement réveillée par l'IMAX qui m'a démonté les oreilles pour la centième fois.
Sur ces entrefaites, Fassbender-Walter, psychopathe latent qui à force de rester seul sur une planète peuplée d'Aliens génétiquement déglingués ne s'est vraisemblablement pas arrangé, a enfin la brillante idée de trainer un colon vers les cocons d'Aliens dignes de ce nom, pour qu'une larve trouve enfin un hôte histoire de donner naissance à un Alien qu'on ne l'attendait plus!


Minouuuu minouuuuuu <3

Youpi! Ca va enfin devenir intéressant! Au bout d'1h30 de film et quelques micro-siestes, il était un peu temps!
... Et non! \o/
La suite est d'un classique sans accro: la délicate mission de retourner au vaisseau avec un Alien au cul qui montera à bord de la manière la plus convenue qui soit, comme toujours, et qui crèvera comme d'hab après de longues minutes d'un combat acharné qui sonne toujours le glas dans les Alien. Deux heures pour ça...
Restait à activer la pompe à fric préparer la suite la fameuse grosse caisse qu'on attendait depuis la première apparition de Fassbender-Walter, remplaçant Fassebender-David, qui n'aidera pas Micheline à construire une cabane au bord d'un lac puisqu'équipé de ses embryons d'Aliens, il est plutôt décidé à faire perdurer l'espèce dans un prochain épisode que je n'irai point voir.
Bon.
On est d'accord, les Alien n'ont jamais été des films réputés pour leurs scénarios super élaborés, néanmoins même s'ils ont tous à peu près la même structure, chacun des 4 films apportent quelque chose de neuf. J'ai également saisi l'aspect récréatif des Alien vs Predator même si ça ne me fait pas grimper au rideau, mais là, je ne vois absolument aucun intérêt aux Prometheus, qui brodent plus qu'ils ne servent à quelque chose. Par contre, si tu veux des bruits dégueulasses qui n'en finissent pas et des giclées de sang absolument injustifiées, tu vas te régaler!

Les élections ce sera sans moi

"Sans surprise" certains diront, mais cette fois plus que les autres quand-même car je n'ai même pas eu la moindre envie d'aller déposer ma traditionnelle feuille de papier toilette dans les urnes pour le premier tour de ces élections, alors me bouger pour le second, pour aller faire un choix de merde ou un choix de merde, je m'en passe, j'ai déjà une vie pour ça.
Macron/Le Pen... J'ai vraiment envie de demander au peuple ce qui lui est passé par la tête mais je crois que j'ai pas envie de savoir car ça pourrait me faire peur, et puis surtout ça ne me regarde pas plus que ma position ne concerne les personnes qui se permettent de juger ceux qui n'iront pas voter par conviction.
Le truc le plus beuglé actuellement sur les abstentionnistes est qu'on est des inconscients, et limite qu'on chie à la gueule de la démocratie. J'en passe. C'est à dire qu'à un moment on a dit à la populace indécise donc peu convaincue par quelques personnes que si elle n'était pas décidée elle pouvait toujours se racheter de ses péchés en faisant barrage avec des votes contre, qui serviront plus ceux qui les motivent que ceux qui iront les glisser dans la fente, et je vous laisse choisir laquelle, de la démocratie. Aujourd'hui, si tu n'es ni pour ni contre quelqu'un tu ne mérites pas cette chance qu'est le droit de vote.
J'avoue, le droit de vote est une invention formidable, un écran de fumée parfait pour faire croire que le trou du cul de la France que chacun placera où bon lui semble à une quelconque nano capacité d'expression alors que deux dijonnais qui s'ennuient fermement un dimanche après-midi pourraient élire à eux seuls le président de la république française si d'aventure cela ennuierait encore plus les autres d'aller aux urnes. Le droit de vote est un simple droit, et comme n'importe quel droit, on s'en sert si on veut, il ne me semble pas que l'invention du vote contre ait changé ce droit en obligation.
Mais si je résume, au même titre que chaque défenseur de la liberté d'expression française s'insurge quand on n'est pas d'accord avec lui, les fervents défenseurs de la démocratie française voudraient m'obliger à aller voter soit pour la petite main de quelques lobbies dont le programme a la consistance d'une brise printanière soit à aller voter pour une invention gauchiste du même poids que sa concurrente.

Amusez-vous bien, vous êtes formidables <3