Ne jamais oublier de se dépasser!

J'avais dit que j'allais parler de mon dernier petit-gros périple en moto, here we are!
Je sais plus si je l'avais dit, mais moi, je voulais pas mon A[2] pour éviter les bouchons, même si c'est sympa aussi, je voulais rouler, je veux dire, partir, aller faire des trucs, bouger et à un moment, il a simplement fallu se lancer même si pour l'instant, ce n'est que l’entraînement.
Auto-école ou moto-école, même combat, tu sors de là avec des bases (solides c'est beaucoup dire mais utiles dans tous les cas) et un papier attestant que tu sais ne pas être dangereux/dangereuse, mais tu ne sais pas tout à fait conduire pour autant. Pour la suite il faut rouler, et plus le trajet est long, plus tu apprends.
Je n'ai pas regardé le compteur kilométrique de ma moto pour connaître le nombre de bornes qu'on a déjà fait ensemble, mais je pense qu'on est facile sur du 4 chiffres à présent. Plein de petits trajets urbains depuis le retour de la concession où je l'ai achetée (160km d'autoroute d'entrée ça donnait le ton), et nous dirons deux moyens-périples mais ici il ne sera question que du dernier.
360km de nationales, c'était sympa!
En personne très organisée que je suis je n'ai absolument pas anticipé mon itinéraire. La moto finalement, ça me réapprend à conduire sans GPS (je n'ai pas d'attache pour mon smartphone et je ne compte pas en prendre pour le moment car j'ai une flemme intergalactique) et c'est très bien!
Maintenant au moins, je sais que mon sens de l'orientation est efficace.
En personne super pragmatique, j'ai profité de ce trajet pour utiliser pour la première fois mon nouveau casque (mais quel génie!!!!), ajoutez à cela que j'étais malade, que ça faisait quelques jours que je ne pouvais rien manger et que ce jour là ce n'était pas mieux. Le reste? Freestaïle!
Sur la première partie du trajet, j'ai eu plutôt froid ce qui était plutôt chiant. Une centaine de kilomètres plus tard j'ai vraiment regretté de ne pas avoir pris mes gants d'hiver même si ce n'était plus l'hiver, et je commençais à avoir mal au cul. Whatever, j'ai découvert aussi qu'il faisait plus froid quand je passais aux abords des forêts et des forêts, il y en a beaucoup. Que les motards en BMW ne disaient jamais bonjour, que je doublais parfois comme une merde sur la roue arrière (c'est mal ne faites pas ça chez vous), et que putain de merde ce nouveau casque me faisait affreusement mal à la tête ce qui aggravait furieusement ma nausée. Et en plus pour bien faire, je me suis bouffée l'intérieur des joues!


L'effet caméléon on n'aime ou on n'aime pas, moi je surkiffe!


Il était vraiment temps que j'en change, mon Shark est parfait pour les trajets urbains, le fait qu'il s'allume est un véritable atout la nuit, mais au-delà des 80 il siffle, bouge (les mousses ont vraisemblablement dû se tasser) et en plus il a une prise au vent vraiment désagréable peu importe le type de moto. J'ai donc pris un Scorpion qui me faisait de l’œil depuis quelques mois, une entorse au règlement du total-noir-mat mais franchement il est terrible, et puis sans soleil, il est noir de toute façon. Pas de sifflement, beaucoup moins de prise au vent, bien plus silencieux.
160 km plus tard, j'étais aussi à l'aise dedans que dans mes chaussons, même si j'avais toujours mal au cul.
J'ai dû m'arrêter en urgence pour sortir une guêpe de mon casque justement, et j'ai eu beau chercher je ne sais toujours pas par où elle a bien pu passer. J'ai repensé à cette sombre histoire de frelon dans le slip et ça m'a fait beaucoup rire (rien à voir avec moi je précise) avant de repartir.
J'ai expériencé la fatigue au bout d'un peu moins de 300 bornes e la fatigue en moto c'est la merde.
J'avais froid, je ne sentais plus mes mains, je n'avais plus de force, et j'étais raide comme un piquet, en plus d'avoir vraiment très mal au cul. Le plus chiant étant clairement le froid car tu te crispes, qui plus est tu ne sais pas si tu dois accélérer pour arriver plus vite en sachant que tu auras forcément plus froid ou bien ralentir tout en ayant froid en sachant que ça va durer encore plus longtemps. Le choix de merde ou le choix de merde. Ne sachant quoi faire, j'ai maintenu mon allure qui était déjà bien rythmée.

J'étais presque arrivée quand un chevreuil a traversé, me faisant oublier mon séant qui commençait à se décomposer de douleur.
Justement le matin je me demandais comment ce genre de situation devait se gérer (la bestiole, pas le mal au cul). Et bien comme le mal au cul: ça ne se gère pas. La bestiole traverse devant toi, tu flippes violemment ta race, tu t'arrêtes au refuge suivant pour te remettre de tes émotions et poser tes gants sur le moteur. A ce moment là il faisait quasi nuit, j'avais le derrière en miettes la clope au bec sur le bord de la route au milieu de nulle part. Et alors que je me disais que j'avais eu de la chance, j'ai entendu un bruit bizarre: un second chevreuil a traversé juste à côté de moi #facepalm. J'ai pas attendu le troisième, j'ai remis mon équipement et j'ai gazé jusqu'au garage. Et tant pis pour mon derrière.
J'ai eu très froid, ce fut l'heure la plus longue du monde, j'ai fait un tour de périph de nuit dans un état lamentable, mais je suis rentrée.

J'ai pris une douche, je me suis couchée fissa sous trois couettes avec mes chiens. Ma carcasse a mis deux jours à se remettre de cette journée.

... Et j'en avais autant sur le blouson et la moto #PointSupertimor

Peut-être que d'un point de vue extérieur et pour d'autres motard(e)s, 360km c'est rien, effectivement, quand on a l'habitude, ça doit pas être grand chose, mais je ne l'avais jamais fait et je voulais savoir si j'en étais capable. Maintenant que je sais que c'est le cas il me tarde de remettre ça vers une autre destination!
Peut-être que d'un point de vue extérieur encore, cette balade ressemble à une grosse galère. En fait pas du tout. Déjà ça a été une belle journée, ensuite j'ai appris énormément! Maintenant je fais des roues arrières parfaitement naturellement et je suppose que ma plaque d'immatriculation ne va pas tarder à finir sur la chauss... Oubliez ça. J'ai pris une belle aisance quoi.

Le pot d'échappement: votre meilleur ami pour vous réchauffer les pieds

Pour terminer, je me suis laissée dire qu'il fallait être "un peu couillu pour partir seule", j'aurais plutôt envie de dire que c'est là tout l'intérêt de la chose.
Comment te dire que la moto c'est formidable pour les raisons qui suivent:
- Tu n'es pas joignable et tu as une bonne raison de ne pas l'être
- Tu vas où tu veux
- Tu fais ce que tu veux
- Tu chantes toutes les merdes du monde dans ton casque
Et j'en passe! Après, peut-être que sans intercom je supporterais de rouler avec d'autres personnes, j'essaierai un jour quand je serai grande.

… Tell me to count to ten

Une nouvelle série de photos est en ligne pour les membres du site dans la galerie Dark. Vous pouvez vous inscrire en cliquant ici ou vous connecter en ouvrant tout simplement le menu du site.

Passez une belle fin de week-end les Bitches!

[Moto] – Test du Dainese D-core thermo

Team des motard(e)s culs-gelés, bonjour!
Sur le retour d'une de mes balades dominicales je me suis arrêtée dans une enseigne spécialisée en équipement moto exceptionnellement ouverte ce jour là et je suis tombée là-dessus: le D-Core Thermo de Dainese.

Moi tu sais, je suis un lézard, mais comme on sait bien que c'est pas vraiment vrai, on a qu'à dire que j'ai juste un souci pour me thermo-réguler ce qui bien évidemment, est super chiant en moto. T'as des gens, tu sais pas comment ils font: quand il fait chaud ils sont tout frais et quand ça caille c'est des bouillottes. Moi je commence à congeler à 12°, en dessous de 10 je convulse, à 0 je suis la reine des neiges curarisée et à 35° je suis la personne qui va squatter toutes les piscines des copain(e)s sinon je vire en mollusque.
Quand je passais le permis, on m'a conseillé les sous-vêtements techniques pour le ski de chez Décat' (qui m'ont été recommandés à nouveau par quelques motards sur Insta depuis). Évidemment, je ne suis jamais allée les acheter. En plus, j'ai passé tout l'hiver en zlip parce que j'avais la flemme d'acheter quoique ce soit et il n'y a que la semaine dernière où je me suis excitée, soit quand tous les Décat' du coin avaient renvoyé la collection hiver.

Pensant avoir trouvé THE solution au froid, j'ai donc acheté ce merveilleux tee shirt! Bon pas merveilleux en terme de couleurs c'est sur puisque encore une fois il a fallu qu'on affuble les motardes de rose pouffiasse (et y avait pas le choix grrr) mais ne serait-ce qu'en terme d'efficacité.
J'arrive chez moi et je l'enfile. Effectivement quand tu bouges oui: ça tient plus chaud qu'un vêtement normal, mais c'est pas ouf quand-même. Je l'enlève, je le lave et on verra demain.
Demain est arrivé car il est toujours à l'heure, et je pars pour quasi 400 kilomètres seule (j'aime me mettre des challenges, j'en parlerai probablement dans un prochain post). Il fait un peu plus de 10 degrés à l'heure où je pars, je suis presque en PLS et comme je ne peux pas partir avec ma couette, je décide que 3 couches seront probablement suffisantes: le D-core Thermo, ma veste de sport et mon blouson en cuir.
Sur la route (nationale, donc entre 80 et 110km/h pour rester polie)... Premier problème le D-core remonte laissant une voie d'air passer pas spécialement agréable. Peut être qu'un taille M aurait été plus adapté? Ça m'arrive très rarement mais même si je suis en dessous des mesures préconisées pour ma taille j'ai parfois un souci de poitrine qui est considérée comme grosse pour mon gabarit (1.60m/42kg 85b... Autant te dire que je m'étouffe dans ces énormes mamelles!).

Mais globalement, le D-core thermo fait le job et est clairement plus efficace que si j'avais simplement eu un pull à la place.
On sait déjà que rouler au soleil en cette période: c'est mieux, mais là par contre, c'est encore mieux que mieux! Je sais pas trop comment mais le truc garde vraiment bien la chaleur, à l'ombre par contre... J'ai pas froid mais j'ai pas chaud non plus... Et moi j'aime bien avoir chaud. En gros c'est pas révolutionnaire mais c'est vraiment pas mal, même si pour presque 70 balles je m'attendais à mieux.
Pour le reste, il est très confortable, bien taillé, sans couture, on ne le sent pas même sous quatre couches (j'ai ajouté un pull pour fêter mon retour), pas de problème de transpiration non plus, et j'aime beaucoup son aspect général.

Non seulement je le remettrai si nécessaire pour mes prochaines balades, mais en plus je pense même l'utiliser pour mes sessions cardio à la salle, parce qu'à la salle, on ne transpire jamais assez ahah #glamour.

Le respect c’est désuet

Ça faisait quelques matins que je me levais absolument sous les cailloux, chose que je n'affectionne pas des masses car la manière dont on se lève est clairement déterminante dans la journée que l'on va passer. Au début, n'ayant pas spécialement le temps pour m'épancher sur mes états d'âme, j'ai mis ça sur le compte de la fatigue, et puis un vendredi, étant franchement lasse de me lever avec cette humeur de merde et commençant à m'insupporter, je me suis décidée à chercher où était le problème.
En sortant du lit je me suis comme tous les matins dirigée vers la salle de bain pour faire la vaisselle... Comprenez par là nettoyer mes gouttières de contention orthodontiques (on n'a pas dit que ce post allait être glamour non plus hein), pour aller ensuite allumer la bouilloire et me préparer un thé, le tout avec Aloha sur mes talons. Pour une fois qu'un de mes chiens ne fait pas sa feignasse et se lève avec moi, je tenais à le dire. Une fois le cul dans le canapé, mon mug-moustache dans une main et le téléphone dans l'autre, comme tous les matins, je checke ce qu'il s'est passé sur l'interweb. Rien de passionnant, comme tous les matins. Est-ce que la routine est en train de me tuer à petit feu? Peut-être.

Quatrième jour qu'on se tape un vent à décorner les cocus, et vraisemblablement, les bourrasques ne se sont toujours pas décidées à faiblir. Avant de donner l'impression de me plaindre pour un rien je vous assure que le vent au bout d'un moment c'est vraiment très chiant. Le mug-moustache à moitié vide, je vais me doucher avec un entrain inexistant. Heureusement qu'en passant devant le miroir mon reflet ne m'a pas dit d'aller me faire foutre. Je m'habille avec les premiers trucs qui me tombent sous la main et qui ne vont pas trop mal ensemble, et vais sortir Hell du lit. Hell qui aurait mérité la palme de la feignasserie mais vu ma trépidante routine matinale je décide de ne pas lui en vouloir.
Dans l'entrée je passe à côté du distributeur de sacs à déjections.
Il y a quelques semaines la concierge ( = la vieille harpie à la tignasse rousse fanée toujours derrière ses rideaux et accessoirement représentante des résidents auprès du syndic) (je ne sais pas qui a voté pour elle mais il est évident que j'ai encore loupé une réunion) m'a alpagué dans la pelouse pour faire un point sur les crottes de chien. Un peu comme si j'étais au fait de l'activité canine du quartier parce que j'avais moi-même deux clébards, et après s'être assurée que je ramassais bien ce que mes Précieux laissaient derrière (chose que je faisais), je me suis laissée féliciter pour mon respect du jardin et ça m'a fait une belle jambe.

Et ce matin, toujours devant le distributeur de sacs, je me suis sentie conne.
Le voisin fout toujours Maitre Gims à fond tous les samedis soirs jusqu'à 4h du matin même si tout le monde lui est tombé dessus à cause de ça. Les clients de l'autre connasse se garent toujours sur notre parking et on se fait toujours agresser quand on en choppe un pour lui dire d'aller se garer trois mètres plus loin. Elle n'a jamais été emmerdée pour ce fait et elle a pour elle de s'en branler. Moi moins, quand je vois le coté gauche de ma voiture qui ne mériterait rien de moins qu'un passage chez le carrossier tant ses clients ont du mal a maitriser leurs portières. Ceux qui font des travaux en bas déposent les gravas dans le local poubelle et quand il n'y a plus de place ils laissent tout par terre, jusqu'à dehors. Et moi je ne mets pas la musique trop fort, je mets mes poubelles dans les conteneurs, et je ramasse les merdes de mes chiens...
En début de semaine au cabinet j'entends quelque chose qui cogne dans les gardes-corps de la coursive, je décide d'aller voir au bout d'une vingtaine de minutes, c'est là que la dame qui fait le ménage me dit que c'est le balai, stupidité à laquelle je n'ai rien trouvé de mieux à répondre qu'il fallait qu'elle retourne en cours de Quidditch si elle avait du mal à le maîtriser. Tous les soirs le voisin fume son pétard dans les parties communes de l'immeuble... En slip... Et en plus il est vieux et moche. Hier en allant à la salle de sport, j'ai du éviter une nana qui courrait sur la route pendant qu'elle téléphonait et elle m'a fait deux merveilleux fuck. On s'est retrouvé à faire de l'elliptique côte à côte, elle s'est excusée.
En arrivant au taf j'étais presque en train de penser que j'en avais marre de la vie au sens propre alors qu'en fait, j'en avais juste marre des gens. Marre des gens qu'à la base je ne supporte déjà pas trop, donc ça fait beaucoup.
Je n'étais pas respectueuse des autres pour que les autres me respectent, c'était juste parce que j'ai été éduquée comme ça. Mais tout compte fait, à quoi bon ramasser les déjections de mes chiens alors que je suis la seule à le faire et qu'en plus souvent je n'ai pas spécialement le temps? Pourquoi garder mes poubelles dans l'entrée 24h de plus car les conteneurs sont pleins alors qu'on paiera quand-même un supplément pour les encombrants des gens qui n'en ont rien à foutre? Pourquoi je m'obligerais à m'exercer au piano avec un casque alors qu'au final d'autres font profiter l'immeuble de leurs goûts musicaux pourris? Pourquoi j'allumerais pas mon home cinéma (présentement rangé à la cave) pour regarder StarWars? Pourquoi ne pas écraser les connasses qui courent sur la route au téléphone?
Puisqu'au final ça n'a pas l'air d'être si grave de parasiter la vie des autres, je me trouve bien conne à m'emmerder pour la communauté alors sans aller jusqu'à jeter mes cartons de pizza par la fenêtre comme certains (et je précise que je suis loin d'habiter dans une ZUS), je crois qu'à partir d'aujourd'hui pour ma santé psychique je vais moins me faire chier. J'irais pas non plus jusqu'à dire que c'est pas moi si on me fait une remarque, mais ça me fera beaucoup de bien de dire que je m'en branle par contre.

Nouvelle version du site

Je crois qu'il faut que j'arrête de me grouiller quand je refais mon site. Premièrement parce qu'à chaque fois je fais de la merde, deuxièmement parce qu'en plus ce n'est pas toujours dans ce que j'avais l'idée de faire.
Cette fois c'est bon... Comme chaque fois que j'intègre des trucs que je ne maitrise pas trop la compatibilité n'est pas forcément gérée comme je le souhaiterais mais je vais plancher dessus et je finirai bien par trouver une solution.
En d'autres termes la version écran est clairement ce que je voulais faire à la base, ayant développer une petite fixette sur les sections et autres flex, qui fonctionnent magnifiquement bien sur tous les navigateurs - en tous cas je l'espère car j'ai tout fait pour, je vous avouerais qu'au moment où je rédige cet article je n'ai toujours pas trouvé le courage d'installer Chrome pour vérifier, quant à IE n'en parlons pas... J'ai déjà passé un samedi de merde et une nuit de merde, ne commençons pas à merdifier© cette journée - sauf sur les devices mobiles qui ont l'air de couiner un peu (oui c'est la merde oui! OUI C'EST LA MERDE MICHELINE!!!!!!!!). Du coup ben la version mobile est très épurée, mais au moins elle est lisible. J'y reviendrai plus tard.
Quant à ma journée de merde d'hier, j'ai commencé par me mettre complètement à la bourre parce que j'étais en train de faire tout un tas de recherches et tests pour cette version (démarche globale qui a fini par aboutir vers environ 2h du matin). Vers 15h je me suis rendue compte que je n'avais donc rien fichu de ce que je devais faire c'est donc en catastrophe que j'ai sorti mes bestioles et que je suis allée me doucher pour aller commander mon nouveau PC portable avant que mes vieilles habitudes de jeter mes ordis par la fenêtre ne reviennent car... Un accident est si vite arrivé et que mon Viao étant devenu très lent plus personne n'était en sécurité dans un périmètre d'une dizaine de mètres autour de mon immeuble. J'ai fait un stop par le Burger King pour me rendre compte que je m'étais cassée une molaire, pas de beaucoup mais ça suffit à me faire plutôt mal. Je suis passée chez Kawasaki parce que comme les cathos qui vont se torcher le cul à la messe le dimanche, ça faisait longtemps que je n'étais pas allée me rincer l’œil sur ma prochaine et seconde moto (qu'il faut que j'aille essayer... Quand j'aurai du temps... = on va surement zapper l'essai avant de l'acheter mais ça changera pas que je vais encore galérer à trouver du temps pour l'acheter quand-même) (bref... Je cherche un assistant gay vous pouvez m'envoyer vos CV) (c'est un vrai recrutement). Et puis en rentrant chez moi c'est Hell qui n'arrivait plus à respirer donc je l'ai emmené aux urgences.
Les urgences vétérinaires c'est toujours un grand moment, entre les chiens en train de mourir dans la salle d'attente et les gens qui te parlent, j'étais contente de sortir, Hell beaucoup moins d'avoir pris une piqure dans le séant. Quoiqu'il en soit j'ai passé ma nuit à le surveiller sous perfusion de Red Bull, j'ai pris une vieille montée au milieu de la nuit qui ne m'a pas aidé du tout, et j'ai quasi terminé cette nouvelle version qui sera fignolée rapidement.
En gros si je te faire le bilan général de mon état là tout de suite: je vais pas tarder à avoir mes règles, j'ai dormi 5h, et la première personne qui m'approche je pense que je la réduis en miettes.
Je vais aller me préparer, fumer 20 clopes que je n'ai pas et aller rouler.
Passez la journée que vous méritez *cœur avec les doigts*.