LeBonCoin c’est pas pour moi

En début d'année, je n'ai pas eu d'autre choix que d'acheter un nouveau pole. Et comme je ne comptais pas commencer une collection de barres, j'ai mis l'ancienne en vente sur LeBonCoin.
N'ayant utilisé qu'une fois ce site pour vendre le canapé de la salle d'attente, je suis loin d'être une habituée. Mais ça s'était très bien passé, ça avait été super rapide et là, j'avais besoin d'un peu de place dans mon placard donc, pourquoi pas.
J'ai changé de barre pour une question de hauteur de plafond, s'il n'y avait pas eu ce petit souci technique, je n'en n'aurais pas achetée de nouvelle, pas même si la titanium gold *meow meow* me faisait encore et toujours de l’œil (depuis le temps...!). J'ai donc nettoyé mon ancienne barre de fond en comble, je l'ai prise en photo, et rangée dans sa housse avant de publier l'annonce. Et s'en suivi, le festival.
J'ai reçu plein de messages de personnes qui n'ont pas donné suite, messages auxquels je répondais toujours et qui au final, m'ont fait perdre un temps fou. J'ai répondu également à toutes les questions, même celles qui étaient relativement intrusives, même celles dont les réponses étaient déjà sur l'annonce. Donc... Ouais j'ai quand-même été super patiente.
Là où ça a commencé à me gonfler c'est quand les gens ont commencé à marchander... Et marchander une barre en excellent état vendue 150€ faut quand-même aimer chier sur sa dignité. D'un autre côté c'est là que je me suis rappelée que 150€ pour le français moyen, c'était pas assez cher alors c'était forcément suspect. Cette barre devait être soit pourrie, soit elle ne fonctionnait pas, ou bien j'étais simplement l'auteure d'une grosse arnaque-à-la-barre.

Je te passe la fois où j'ai dû charger la barre dans la voiture pour qu'une fois arrivée sur place on me dise que finalement c'était non car ce n'était pas le dernier modèle (alors que c'était marqué dans l'annonce), pour m'appeler quelques minutes plus tard, une fois que j'étais rentrée et que j'avais remonté deux étages avec plus de 20kg de pole sur les bras, et me dire que si je faisais un geste dessus, la personne voulait bien m'en débarrasser.

J'ai ri au nez de la gonz' avant de raccrocher poliment. Entre l'ancien modèle et le nouveau, concrètement une fois monté, il n'y a aucune différence, par conséquent, déjà que je ne la vendais vraiment pas cher, un "geste" était un peu too much. Mais venant d'une nana qui monte sa deuxième salle de pole et qui l'équipe avec toutes les barres d'occas' du site LeBonCoin ce n'est pas super-super étonnant. Et pour terminer j'étais en désaccord étymologique: je me débarrasse de mes poubelles, pas d'une barre de pole en parfait état.
Ensuite t'as la nana qui se prend pour la professionnelle depuis qu'elle fait de la pole depuis 6 mois dans son école de quartier, qui t'envoie un message long comme le bras en allant presque jusqu'à te demander la date de tes dernière règles. Puis tu as aussi le spécimen qui exige d'essayer la barre parce qu'à ce prix là elle veut pas se faire arnaquer (trois mois de pole au compteur aussi). What the fuck sérieux...
Une barre c'est pas un truc très compliqué, pas la peine de l'essayer pour évaluer son état. Ensuite après avoir passé deux bonnes heures à la nettoyer je ne me voyais pas la remonter pour la faire essayer à la première pèlerine qui aurait été capable de faire son tour de pole OKLM avant de me dire que comme elle était pas rose elle n'en voulait pas (tu as beau préciser qu'elle est chromée dans l'annonce les gens sont cons). Pour couronner le tout j'aurais dû la re-nettoyer et j'ai carrément pas le temps.
Alors j'ai fini par retirer l'annonce pour trois raisons.
Premièrement c'est hyper désagréable d'être prise pour une personne qui est là pour arnaquer les autres. Chaque fois je proposais de venir la voir chez moi, les gens pouvaient donc avoir mon adresse, mon numéro de téléphone, mon nom bref, j'aurais été bien conne de vouloir enfler quelqu'un en laissant autant d'informations sur moi. Ensuite je n'ai toujours pas compris comment j'aurais pu flouer l'acheteur ou l'acheteuse dans le sens où, un pole fonctionne ou non, t'as pas de compromis, peut pas y avoir de "vice caché". S'il fonctionne chez moi, il fonctionnera partout... A moins que la personne fasse de la merde...
Ce qui nous amène à la seconde raison: je suis devenue complètement parano (mais c'est passé depuis!).
Puisque je n'avais à faire qu'à des débutantes vraiment pas douées, j'étais pas certaine qu'elles réussissent à lire le mode d'emploi. Je t'entends d'ici te moquer mais je t'assure que les gens sont souvent plus cons que cons et que le bon sens est une notion qui leur est absolument méconnue.
Le problème est que si elles montent mal leur barre, c'est la chute et ça peut être vraiment dangereux. Personnellement je me fiche un peu que Gwendoline se déglingue le cul en passant par la baie vitrée de son salon cramponnée à son pole, mais je ne veux pas d'emmerde. Et comme on vit tellement dans un monde WTF ça aurait pu me retomber dessus, je ne préfère pas prendre de risque.
Pour terminer, j'avais tellement plus le temps et plus l'envie que j'en suis juste devenue désagréable. Ça me coutait tellement de répondre aux messages, ça m'emmerdait tellement de répondre pour la trentième fois à la même question dont la réponse était dans l'annonce que c'était mieux de laisser tomber, c'était insensé.
Quand j'ai acheté cette barre j'avais vraiment pas beaucoup de tunes et j'ai économisé pendant trois mois pour me la payer. Je suis loin d'être d'une grandeur d'âme absolue mais j'avais pensé naïvement qu'en la vendant à un prix très raisonnable, elle aurait pu faire une heureuse car elle était vraiment en parfait état. Au final je me suis retrouvée plus emmerdée qu'autre chose.
Du coup, ça m'aura servi de leçon qu'elles aillent se faire mettre moi, je garde mes deux barres

#ThugLife.

Sea Witch

Bonjour les gens :)
J'espère que vous allez bien!
Il semblerait que j'ai merdouillé dans la planification des posts Patreon car je viens de m'apercevoir que cette nouvelle série avait été postée là-bas tout à l'heure alors que ce n'était pas du tout ce que j'avais prévu...

Dans tous les cas ce n'est pas très grave, je vous invite dès maintenant à vous connecter au site pour découvrir cette nouvelle série (qui s'affichera dans ce post une fois que vous serez connecté(e)s cqfd), ou bien à vous inscrire/connecter sur Patreon.
Enjoy et passez un excellent week-end!

Let it hurt until it can’t hurt anymore

Bonsoir le monde! J'espère que tu vas bien ;).
Je passe en coup de vent pour mettre en ligne une nouvelle série de photos.

J'en avais juste envie, comme j'avais juste envie de les faire. Tout ça est absolument aussi imprévu que le reste et cette spontanéité me ravit car... Je suis en train de préparer deux sets depuis quelques jours, je n'en vois pas le bout et c'est totalement frustrant!


Ce n'est clairement pas la période. J'ai tellement lâché prise sur tout que je n'arrive plus à prévoir ou organiser quoique ce soit. Tout se fait comme il a envie, et le résultat n'est pas si mal. J'ai lâché ce qui devait l'être car je n'ai plus les capacités de m'embarrasser avec de la merde, je m'autorise à exprimer certaines choses en parallèle et je me sens beaucoup plus légère. Peut-être même que je vais pondre une GENESIS pour fêter ça tu vois!
Je vous invite dès maintenant à vous connecter au site ou sur Patreon pour voir la totalité de la série.
A très vite ^^

Et va sérieusement falloir penser à aller se faire enculer

C'est con, mon blog était presque devenu un havre de paix. Dans un mois ou deux son karma nettoyé à l'eau du désintérêt allait même rendre possible la publication d'un post passionnant sur la philosophie bouddhiste sans que ça ne jure dans le décorum. Mais non. Aujourd'hui on va parler de manipulation, parce qu'à deux reprises je me suis retrouvée dans des situations pas très glorieuses.
On ne va pas dire que je suis un modèle d'honnêteté sur tous les plans, par contre, découle une transparence quasi divine du fait que je ne sache pas me forcer (à quoique ce soit). Ce n'est pas un trait de caractère très pénalisant sauf quand je suis en face d'une personne un peu susceptible ou que je tombe sur des personnes qui vont user de ce détail pour servir leurs propres intérêts.
Imaginez que vous n'ayez pas le comportement qu'on attend de vous, et que ce comportement non-adapté aux yeux de l'autre personne, provoque chez elle une attitude dédaigneuse et irrespectueuse à votre égard. La situation devenant pénible, vous initiez le dialogue pour essayer de comprendre ce qui se passe afin d'arranger les choses. Suite à cela, vous faites comme vous pouvez pour moduler le comportement qu'on vous reproche mais en face, la personne ne fait absolument rien pour inverser la vapeur. Après l'avoir observée faire ses simagrées pendant quelques jours, vous décidez d'arrêter les frais. Normal. Vous ne partez bien évidemment pas comme un voleur, vous expliquez, voire même, vous vous excusez... Voilà. Et là on trouve ça bizarre, pourquoi pas soudain et on peut même aller jusqu'à vous dire que vous choisissez la facilité: la fuite.

Effectivement, peut-être qu'on aurait pas été traité comme de la merde si nous-mêmes n'avions pas eu un comportement qui déplaisait, je l'entends. Mais quand on essaie d'arranger les choses, qu'en face rien ne se passe, n'est-on pas en droit de penser qu'on est un peu seul à vouloir que ça aille mieux? Et en considérant qu'une seule personne ne peut pas arranger une situation où deux personnes merdoient, n'est-il pas simplement logique, d'arrêter là? Et si notre comportement a été à ce point décevant et que la situation était a priori irrécupérable, pourquoi ne pas l'avoir dit d'entrée?
Peut-être parce que c'est pas si simple, de détruire la fourmilière. C'est pas si facile de prendre sur soi la décision de tout envoyer chier définitivement. Du coup c'est plus commode, de pousser l'autre, consciemment ou non, pour qu'il le fasse à notre place... C’est moche.
Il m'est arrivé quelques fois de devoir moi, prendre des décisions à la place de l’autre car il/elle avait créé une situation pourrie et que je n’allais pas me forcer à y rester. C’est évidemment toujours moi qui passe pour la méchante et c'est normal puisque dans sa démarche la personne en face veut créer un ressentiment à mon égard pour se faciliter la vie. J'ai l'habitude. Nous y reviendrons plus loin.
Ça, c'est le niveau un peu plus au-dessus de celui du bac à sable de la manipulation inter-relationnelle ordinaire, penchons-nous maintenant sur un level supérieur et pour le coup, encore plus insupportable.
Celui, du gens-sympa qui est, clairement un individu gerbant et humainement anormal.
Il est gentil, il sait vous caresser dans le sens du poil, et il ne vous froissera jamais intentionnellement. Sauf que sa sympathie, parfaitement artificielle, est à la longue hyper emmerdante, ce qui nous donne envie... De le pousser dans un ravin en lui jetant des gifles pendant qu'il brule.
Sympa, est la définition même de Jean si tant est qu'on ne regarde pas de trop près le tableau. Car pour conserver son capitale sympathie, Jean est adepte du discours contradictoire, de même qu'il a cette facilité à lourder environ trois mythos par phrase et qu'en plus il se croit si malin (ou il te prend tellement pour un con) qu'il pense qu'on ne voit rien. Après si jamais on pointe du doigt une de ces contradictions, vu qu'il est sympa, il acceptera qu'on lui fasse caca dans la bouche, des fois même, il en redemandera ou alors si c'est vraiment trop compliqué il fera comme si on n'avait rien dit (et ça j'avoue que c'est assez déroutant).
Après quelques mois d'observation, j'avoue que je ne sais pas si Jean pêche par excès de confiance ou bien s'il est dans une réalité parallèle. Par contre, je n'ai aucun doute sur le fait qu'il soit bête.
J'ai essayé 25 fois de le dégager, il est toujours revenu. Les premières fois, j'ai pensé que ça le faisait chier qu'on s'engueule, parce que je pensais encore que c'était une personne "normale". Mais comme il ne prenait pas note de ce qui faisait que ça clashait, j'ai fini par capter qu'en fait ce qui le faisait vraiment chier c'était que c'était sa faute si on s'engueulait.
Bienvenue dans l'enfer de la sympathie-très-sympa! Jean accepte tout, il peut se foutre éhontément de ta gueule, te raconter n'importe quoi et se contredire dans les deux secondes qui suivent, faire des efforts colossaux pour faire bonne figure en face de toi, mais alors, il n’acceptera jamais d'avoir le mauvais rôle. Donc il revient même s'il tu l'emmerdes, s'il n'a plus rien à te dire, s'il a autre chose à foutre et même s'il sait que toi même tu sais tout ça: il ne lâche rien il contrôle la situation. Il reviendra jusqu'à ce que ce soit toi qui prenne la responsabilité de la décision de le bazarder empalé de tout son long, dans un fossé.
J'y ai pensé, à la base. Je sais exactement quoi dire et comment le dire pour qu'il aille gentiment sauter du ravin comme un grand avec un bidon d'essence et des allumettes, mais je ne ferai rien, à moins que je ne trouve des tournures verbales plus tranchantes afin de satisfaire symboliquement mes pulsions homicidaires (symboliques aussi) à son endroit.
En fait j'en ai plein le cul d'avoir le mauvais rôle quand ça se passe mal. Les gens qui se retrouvent sur le carreau aiment beaucoup se faire plaindre alors que la plus mauvaise place est celle de la personne qui acte, qui prend la décision, qui ne pourra s'en prendre qu'à elle dans les moments de désespoir désespérants. Si j'acte plutôt facilement, ça ne veut pas dire que je le fais avec plaisir et que ça ne me coute rien. J'ai un cercle de relations très fermé par choix, quand j'intègre quelqu'un c'est avec sincérité, donc à force, toutes ces conneries, ça devient dur, beaucoup plus dur que si c'était moi qui me faisais dégager à cause de mes propres conneries (et je n'en suis pas exempte, je suis à des années lumières d'être irréprochable). Ça me fatigue et me blesse tellement que c'est en train de me rendre acide, et ça c'est moche.
Quoiqu'il en soit, on ne peut pas gagner contre un gens-sympa, et d'ailleurs, quel intérêt de gagner contre une personne aussi nulle? Il gagne dans tous les cas et puis, pour être à ce point obsédé par son image, Jean ne doit pas avoir beaucoup de sources de satisfaction dans sa vie. Si je me tais ce sera ma faute, si je l'ouvre aussi, alors je vais le laisser se débrouiller avec mon silence car si ça ne me permet pas de le noyer dans sa merde, au moins ça ne me coute rien.

Le fond du seau

Dans la continuité de ce post, parce que, ce serait bien trop facile que les périodes moches se terminent en un claquement de doigt, j'ai presque décidé de sortir du seau. Et je dis presque car je ne l'ai pas totalement décidé, c'est une évidence qui s'est plutôt imposée d'elle-même.
Même si après tant d'années il devient ridicule de le préciser, j'étais assise par terre dans la cuisine qui est comme le reste de l'appart', excessivement propre en ce moment. Témoignage discret de mon mal-être qui en plus de me faire m'asseoir sur le sol pour réfléchir, me pousse toujours vers quelques sessions chirurgicales de rangement et de nettoyage.
Cet été est définitivement très chaud, les fenêtres étaient ouvertes pour faire quelques courants d'air et je buvais une bière en écoutant Niagara.


J'assume.
J'ai envie de redevenir rousse aussi mais je ne pense pas que ça ait un rapport.

La bière est hors cadre, on n'aperçoit pas non plus mon angine blanche, mon tatouage qui pèle et la fièvre de cheval que je me tape mais c'est pendant que les champs brulaient que je me suis dit que ce n'était plus possible. J'en peux plus de commencer 50 choses et de ne pas les terminer, j'en peux plus d'être à ce point aliénée et je n'aurais pas cru, vraiment, en arriver à un tel extrême.
J'ai sauté du seau et je l'ai jeté par la fenêtre.
Je passe mon tour, cette fois, pour de vrai.
Certaines choses ont pris plus de place qu'elles n'en méritaient et tout ça est d'une absolue inutilité.
Rien de très grave en soi, tu sais, on alterne toujours des périodes stagnantes et des périodes de bordel où tu ne sais pas où va quoi et qui fait quoi. J'en suis là, et comme rien ne bouge (et c'est pas faute d'avoir essayer), je laisse tomber parce que, essayer plus que je ne l'ai déjà fait serait faire preuve de connerie.