Scalpel

Tellement de bienveillance…

Avant-hier soir avait lieu le débat avec les deux incompétents candidats à la présidence Française et ce qui m'a quelque peu interpellée hier, c'est de voir certaines personnes, qui ne vivent pas en France et qui ne sont pas Françaises non plus, se servir de ce fait à des fins personnelles. Parce que tu comprends, elles sont européennes donc elles sont concernées.
... the fuck bitch?
Je capte pas en quoi ces gens qui n'ont rien à voir avec la France s'approprient ce qui se passe ici, d'autant plus qu'il ne se passe rien.
Pour la troisième fois, on se retrouve dans le schéma bien rodé du vide face à la connerie, et comme la connerie à toujours un truc à dire, bien-sûr qu'on va se retaper un Macron pour 5 ans. Faut vraiment pas vivre en France pour pas avoir compris que le FN/RN a toujours été un tremplin confortable pour que quelques péquins passent au pouvoir sans pression. Quant au FN/RN, on doit bien admettre qu'ils se sont tellement détendus du bout qu'ils en ont perdu la quasi totalité de leur électorat.
Ce non-événement politique dégueule beaucoup trop de son cadre quand des gens, se comportent comme des personnages politiques: en récupérant des éléments ça et là pour se glorifier, ici, d'une "bienveillance" malaisante.
Ça rabâche qu'il faut se soucier de l'écologie et des espèces, mais ça vit dans une baraque du 17ème siècle, rénovée mais pas isolée et chauffée au mazout. Ça a quatre gosses, ça fait importer des meubles du monde entier, ça roule en SUV et c'est dans un avion minimum une fois par mois. Heureusement qu'on fait le tri sélectif hein. Chacun fait ce qu'il veut, mais à ce niveau, c'est de l'écologie de principe et ça ne suffit pas pour être légitime pour faire des phrases.
Être contre le fait d'interdire le port du voile dans les lieux publics, taxer les Français de racistes? Ben voyons! Oui, certains Français le sont, par contre pas d'amalgame: toutes couleurs confondues, même si ça ne se fait pas de dire que le racisme envers les blancs existe. Et d'autres qui en ont plein le cul, le deviennent ou sont simplement catalogués de racistes parce que c'est pratique et qu'on ne saurait pas où les ranger de toute façon, sans compter qu'en France, se faire taxer de raciste est définitivement l'affront ultime.
Ici y a quand-même pas mal de problèmes. Bien-sûr que sur le papier nous disposons tous des mêmes droits, mais dans la pratique ce n'est pas tout à fait le cas. Il existe des privilèges blancs, des privilèges religieux, culturels, de couleurs, de sexes, etc. On pond des nouvelles lois tous les jours alors qu'on n'est déjà pas foutu de faire respecter les existantes. La justice est trop souvent laxiste, partiale ou juste ridicule. Le pays est fracturé, en autant de morceaux que de minorités/communautés qui ne peuvent pas se blairer. On pourrait aussi parler de tous les autres problèmes qui n'ont rien à voir avec tout ça mais qui viennent consolider la grogne ambiante. Les Français ne sont pas [encore tous] cons, ils voient, ils constatent tous ces dysfonctionnements parce qu'ils vivent en France.
C'est la France d'aujourd'hui, dans son fonctionnement défaillant, dans ses bases qui s'effritent, dans ses valeurs sur lesquelles les politiques ont chié durant des années. Et pour tout ça et tout ce que j'ai pas dit: une partie de la France n'est pas contente mais, elle ne vote pas nécessairement Le Pen, et elle n'est pas foncièrement raciste, juste fracturée par des années de politiques merdiques. La France a perdu le pilier "égalité", et elle boite. Après n'allez pas croire que tout est horrible ici non plus, c'est sympa pour plein de trucs quand-même hein, tant que t'as des tunes et pas de problème.
Aujourd'hui on doit voter pour qui? Une qui part en guerre contre le voile ou l'autre avec son melon stratosphérique qui se la pète parce qu'il a filé 100 balles aux pauvres à Noël? Si j'étais arrivée à chier hier matin ça aurait été sur les deux.
Donc quand je lis ces personnes qui jugent sans connaître, et qui créent une opportunité pour glaner du chaland en se présentant comme des personnes je cite d'une grande bienveillance, traduction: pour ancrer un état d'Être qui ne peut pas exister pour tout ce que je viens de dire et ce qui va suivre... Ça me fait rire parce que les problèmes d'estime de soi génèrent toujours des comportements tous plus colorés les uns que les autres. Et ça m'énerve parce que ces gens, déjà branlants dans leur constitution personnelle, brodent par tous les moyens sur du vent pour entretenir le fantasme de ce qu'elles pensent être. Ceci explique certainement cela.
Après elles s'insurgent parce qu'elles prennent des retours de flamme, et ne trouvent rien d'autre à faire que d'inviter celle•ux qui ne pensent pas comme elles à les unfollow.
Dans le jargon ça s'appelle le complexe du gourou, procédé très apprécié des gourous donc, des dictateurs et autres personnalités paranoïaques, et aussi nobles que peuvent être les raisons de base, exemple: "si vous êtes contre le mariage homosexuel je vous invite à m'unfollow", c'est très moyen sur le fond. Bien-sûr qu'on a le droit de choisir qui nous entoure, mais prétendre être d'une bienveillance incroyable, cataloguer une nation sur du vent et en plus, rejeter l'Autre parce qu'il pense différemment... Si ça c'est de la bienveillance, c'est de la bienveillance de principe, encore. Et ça, ça mérite un unfollow de principe, aussi.
Qu'est ce que ça peut nous foutre que notre avis ne soit pas partagé? Certains sont tellement bancals parfois que rien que pour ça ils se sentent attaqués personnellement, alors que ça n'a toujours-aucun-putain-de-rapport. Refuser les personnes qui ne partagent pas notre avis c'est les renier dans leur Être, dans leur cheminement de réflexion, et dans leur expérience personnelle, qui ont fait qu'elles en sont venues à penser si ou ça. Accepter l'Autre, qui est rappelons le un des fondements de la bienveillance, ce n'est pas lui donner raison et ça ne remet pas en cause non plus nos propres schémas de pensées. J'ignorais que la bienveillance 2022 c'était d'annuler l'Autre.  Laissons nous vivre, si on était tous du même avis, on serait peut-être dans une société idyllique (qui n'est qu'une idée fantasmatique au demeurant) mais on n'évoluerait bien moins vite.
De plus, cette espèce de préoccupation universelle toute occidentale me fait outre chier. Les personnes dont il est question dans ce post sont européennes donc... C'est ce qui justifie selon elles le fait qu'elles aient le droit de l'ouvrir. NON. Et certainement pas en ayant aucun fait valide entre les mains. J'entends que certaines personnes doivent faire des tunes/des vues/des likes avec tout ce qui leur tombe sous la main, pour se sentir exister et/ou générer des revenus, mais feindre une inquiétude aussi artificielle que l’intérêt qu'elles portent à tout ce qu'elles touchent et créer des inquiétudes totalement infondées chez des personnes qui ne sont probablement pas plus informées qu'elles, c'est un peu too much.
La peur de l'arrivée au pouvoir d'un extrême? Bitch please... Le gouvernement actuel est déjà extrémiste à sa manière. Il a chié sur les gilets jaunes, ce qui peut faire rire dit comme ça mais ils étaient malgré tout le symbole d'une partie de la population qui allait, et va certainement toujours, mal. Les affrontements ont souvent été d'une violence telle que des gens ont été blessés voire sévèrement mutilés. On s'est fait cloîtrer chez nous pendant des mois pour un virus qui n'a même pas tué autant de personne que le cancer en 24h (à l'échelle mondiale, calmez-vous). On nous a obligé à se faire vacciner... 3 fois! On a été interdit de toute activité culturelle, on nous a obligé à porter un masque, et séparé de nos proches. Le tout, évidemment, pour le bien de tous, mais comment l'aurait on vécu si c’était Le Pen qui avait exigé tout ça?
Tout est toujours une question de perception, une question de point de vue et au même titre que la bêtise sait se camoufler sans mal derrière les plus beaux principes, l’extrémisme se retrouve souvent partout.

En fait on s’en fout un peu de vous

Exceptionnellement on commence par la conclusion: voilà, on s'en fout!
Soit je vis dans un vivier de gens cons, soit c'est le printemps toute l'année et je ne m'en suis pas rendue compte, soit beaucoup de gens ont perdu toutes notions de bon sens ou toute éducation. Peut-être qu'il y a un peu de tout ça.
J'aime pas les gens hein, au bout de temps d'année tout le monde commence à le savoir. Et dire qu'on aime pas les gens avec cette bien-pensance extrémiste de notre époque, c'est très mal vu, comme tout est mal vu au travers du prisme de la bien-pensance de toute façon puisque cette bien-pensance là précisément est un étendard parmi d'autres d'un manque flagrant de réflexion et d'individuation. Ce que je vais dire peut piquer un peu mais rappelons que le manque de nuances est un trait d'extrémisme avéré.
Tout mon cercle d'ami.e.s est composé de personnes qui n'aiment pas les gens, l'expression est donc un raccourci assez vilain, pour dire qu'on n'aime vraiment pas tout le monde parce que le simple point de ne pas kiffer nos semblables ne nous réunit pas. Je crois qu'à force de te heurter à toute la fange comportementale de cette société, tu finis simplement par fermer la porte. Ce qui est assez dramatique, c'est que ce n'est pas de l'élitisme, puisqu'en soi, nos recherches chez l'Autre sont assez similaires: l'éducation, le respect (qui va avec), et une certaine intelligence. Les bases.
Plus ça va et plus je me distancie des gens et je n'ai jamais autant eu ce besoin de me tenir à l'écart.

Dans un certaine mesure l'Autre n'existe plus

Je ne vais pas renverser un piéton qui traverse, je l'évite simplement comme un obstacle quelconque. Je ne bouscule personne quand je marche, pas plus que je ne fonce dans un arbre s'il y en a un sur mon passage. Que tout le monde se détende, personne n'a sombré dans la psychose ici.
Si avant j'étais déjà très réservée quant au fait d'avoir un contact avec une ou plusieurs personnes, là c'est un gros non. A priori personne n'a rien de pertinent à me dire et je suis fatiguée d'en arriver toujours à la même conclusion que si les gens ont ces attitudes débiles, c'est qu'ils ne sont. Ce constat est d'une tristesse extrême, surtout dans sa répétition significative.

Je suis donc tout le monde fera en fonction de moi

Oui, mais non. On a toujours eu le droit d'Être - incluant la liberté d'opinion - qui on est, même si les bien-pensances successives ne l'acceptaient pas et ne l'acceptent pas toujours, et de Paraitre comme on est, même si les bien-pensances successives ne l'acceptaient pas et ne l'acceptent pas toujours.
Le droit d'Être et de Paraitre nous sont dus, ce qui sous-entend que tant qu'aucune règle (je ne parle pas de codes sociétaux) n'est enfreinte, personne n'a rien à discuter. Sauf les cons, et je suis d'accord, ils sont nombreux. Si t'es dérangé.e par l'apparence d'une personne: regardes ailleurs. Si tu n'as pas le même avis qu'elle et que ton but n'est pas d'échanger: changes de sujet.
Le problème c'est les demandes, implicites ou non, de certains, qui vont au-delà d'une adaptation de l'Autre et qui relèvent d'aliénations comportementales ou d'opinions alors que l'obligation de respect de l'Autre dans son Être et dans son Paraitre et valable pour tout le monde. Personne ne se fera jamais respecter en ne respectant pas l'autre.
Si cette humanité perdure, c'est parce que certaines règles l'y aident. Si on commence à ne plus les respecter, ça va partir en couille. Les cons l'oublient, de plus en plus.

La faute à personne

Plus que jamais on a un gros souci avec la prise de responsabilité.
Anecdotiquement parlant cette semaine j'ai dû monter au second pour demander aux deux mêmes pintades qu'il y a 3 ans (la proprio de l'appart et sa mère qui se prennent pour des Valérie Damidot entre deux locataires) d'éviter d'abuser sur le bruit de leurs travaux qui duraient depuis le lundi. Pour rappel, je travaille toujours dans ce bâtiment où il n'y a aucune putain d'isolation d'aucune sorte.
J'entends bien qu'on se serve d'une perceuse pour faire des trous et d'un marteau pour planter des clous. Par contre lancer des cartons vides dans l'escalier et faire tomber des paquets entiers de parquet flottant sur le sol, c'est pas nécessaire. "C'est pas notre faute on fait des travaux"... Mais meuf à quel moment tu t'es sentie légit pour sortir un truc aussi con sans déconner? C'est tellement à chier ce que tu dis que si je veux te répondre je vais devoir me mettre à ton niveau c'est carrément insultant.
Je prends très fort sur moi dans ces cas là, ces situations sont très répétitives et ça devient extrêmement compliqué de garder mon calme. Après une explication de texte brutale et sans forme car très sincèrement ça ne sert à rien mais alors tellement à rien de parler aux gens... Si ça s'est arrangé c'est parce que le parquet était posé.
Même chose pour la seule gosse de l'immeuble dont la famille a emménagé il y a quelques mois. Chaque fois qu'elle descend l'escalier c'est un festival Thunderdome. Vu que cette semaine c'était vraiment le sbeul dans l'immeuble j'ai pris la liberté de sortir pour demander à la mère s'il était possible qu'elles fassent preuve de discrétion dans les parties communes...
- C'est pas ma moi c'est ma fille
- Je sais, est ce que vous voulez que je m'explique avec elle directement ou vous prenez en compte le fait qu'on est responsable de nos enfants jusqu'à leur majorité et que donc vous allez le faire?
...
C'est affligeant mais parfois je comprends certains comportements inadaptés de certains ados ou adultes.
Le dédouanement intempestif est devenu largement plus répandu que la projection et si la projection peut être profondément humaine dans ses fondements, le dédouanement est probablement la résultante de l'infantilisation systématique qu'on subit depuis des décennies en France. Dans les deux cas c'est insupportable et sans fin...

... Parce que tout le monde est légitime dans sa connerie

Il y a toujours eu des cons partout mais quand tu prenais deux minutes pour les renvoyer à la niche, ils te foutaient la paix. Depuis deux ans, on est sur du con qui se sent tout-puissant dans sa connerie et qui en plus, se sent parfaitement légitime.
Et si tu es toujours en capacité et en droit de l'ouvrir, ça ne servira à rien, ou alors a envenimer la chose car le con va enfourcher son escabeau d'imbécilités et sauter dans toutes les simagrées wtf possibles pour avoir le dernier mot. Quoique tu dises ou fasses, tu seras toujours le con à la fin et il te le fera bien comprendre. Tu me diras c'est certainement ce qui se produisait avant aussi, car ce n'est pas possible de faire comprendre quelque chose à une personne intellectuellement limitée, c'est juste qu'ils avaient la correction de ne pas nous le jeter à la gueule en partant (ou pas trop).
Je crois qu'on commence à apercevoir ces générations biberonnées à la glorification de l'inculture et de la bêtise issues de parents oui-oui. Magnifique. Castez vite pour la télé-poubelle et partez vite à Dubaï s'il vous plait, merci.

Nous sommes trop nombreux

Il y a trop de gens, où que tu sois tu vas croiser quelqu'un et sur le nombre t'en auras forcément un qui va tenter d'établir une communication.
Les exemples qui vont suivre sont relatifs à mon usage de la trottinette électrique, car sur environ un trajet sur deux, je me fais littéralement hurler dessus.
En aparté, depuis Juin 2020 un vieux me hurle de me casser la gueule chaque fois que je passe devant chez lui. Nous y reviendrons car je suis en train d'en faire une vidéo, mais pour la faire courte, après m'être arrêtée pour lui demander s'il avait pas besoin d'aide je me suis laissée dire que j'étais un danger public. Papy... Je suis sur la route et toi dans ton jardin, tant que je ne décide pas de labourer tes massifs de pétunias tu ne risques rien. Ta gueule.
Sinon on vous hurle qu'il faut mettre un casque. En quoi ça te concerne que je mette un casque que je ne suis pas obligée de mettre? En quoi ça te concerne si je me tue ou si je finis à l’hôpital? Je paye ma sécu assez cher je suis grande, je suis consciente des risques que je prends, je t'emmerde, j'ai déjà un père, va te faire.
La dernière en date, se faire coller en voiture en te serrant contre le trottoir pour t'hurler par la fenêtre qu'il faut mettre un gilet jaune parce qu'on te voit pas. Si tu me vois pas déjà me parles pas. Si tu me vois pas c'est parce que tu me colles au cul depuis 2 bornes et que par conséquent tu es trop près pour voir mon feu arrière, ou que comme la plupart des automobilistes tu es sur ton putain de téléphone et tu ne regardes ni ce que tu fais ni où tu vas.
Bon lui, il est parti sur un sujet d'une extrême sensibilité et il s'est pris une salve de seaux de merde qui lui a fait capter qu'on parlait pas aux gens qui ne demandaient rien. Je suis motarde, on fait pas des phrases sur qui-voit-pas-qui-et-pourquoi sur la route à une personne qui fait l'expérience systématique des automobilistes incapables de regarder ce qui se passe autour d'eux. Jamais.
Encore une fois, ça reflète bien le degré d'assistanat nécessaire au français moyen pour qu'il puisse se conduire correctement. A force d'ajouter des outils de signalement des trucs et des machins on embourbe complètement les gens dans une dépendance à ces ajouts sur lesquels ils vont s'appuyer systématiquement et au final ils deviennent complètement incapables de se débrouiller seuls.
Gilets jaunes ou pas ou bandeau de LED dans le cul ou pas si tu regardes la route tu verras ce qui se passe sur la route. ALORS TA GUEULE.
Pour terminer, il faudrait dire à toutes ces personnes bienveillantes et soucieuses de ma santé (bon sauf le vieux lol) que ça se fait pas d'hurler sur des gens qui sont concentrés sur ce qu'ils font. Ça peut les surprendre assez pour leur faire avoir un mauvais réflexe et donc potentiellement leur faire faire des conneries, comme les faire tomber... Sans casque et sans gilet jaune. Encore une fois putain qui réfléchit?
On vit dans une société ou quand t'as vraiment besoin d'un coup de main les seules personnes qui bougeront sont ceux qui le feront pour filmer, pourquoi se mêler de ce que font les autres alors qu'ils n'ont rien demandé et qu'ils n'ont besoin de rien, ça n'a aucun putain de sens.
Je vous laisse mettre la conclusion moi faut que je pisse. Bisous.

Le relais colis… Qui ne donne pas les colis…

Je ne sais pas si je suis la seule à avoir expériencé ce non-sens, mais ça fait deux fois que ça m'arrive et ça me gave un peu. En gros je vais chercher un colis, et on essaie de me faire avaler toutes les couleuvres du monde pour ne pas me le donner. Je m'explique.
Il y a quelques semaines, je me fais livrer un colis à la poste. Comme souvent parce que... Les services de la poste étant précurseurs depuis des années en non-livraison de colis (un peu comme si on ne les payait pas et qu'ils pouvaient faire un peu comme ils voulaient), peut-être pouvons nous considérer qu'avec un bon alignement des planètes, nos colis peuvent peut-être arriver directement en bureau de poste faute d'être livrés à domicile. Et globalement, je dois dire que ça marche.
J'étais sur mon lieu de travail, je reçois un mail m'informant que mon colis est disponible et je profite d'un passage à la banque pour aller chercher le dit colis en suivant, munie bien évidemment de ma CNI ainsi que de l'avis de passage (précisément c'était une relivraison, la première donc, ayant "échoué").
Ce jour là il n'y a pas grand monde, étonnamment et tant mieux. Je donne mon avis de passage ainsi que ma CNI, et la personne revient en me disant que mon colis n'est pas là. Trois personnes supplémentaires sont nécessaires pour faire une recherche sur l'ordinateur afin de déterminer l'endroit où mon colis a terminé sa course à savoir: au centre de tri. Chose qui me fait un peu grogner parce que c'était pas ce qui était prévu. Si je décide de me faire livrer à un endroit précis, c'est qu'il y a des raisons.
Que ce soit clair: les frais de port ne sont jamais gratuits, qui plus est quand les 3/4 des livreurs sont des distributeurs d'avis de passage en utilitaires hyper polluants et que tu prends sur toi pour te déplacer et faire une part de leur travail, l'idéal, c'est que ce soit quand-même bien fait.
Whatever.
Ce jour là, je me suis rendue compte toute seule que j'étais un boulet. Effectivement je n'avais pas mon smartphone sur moi, donc aucun moyen de prouver que j'avais bien reçu un message m'avertissant de la disponibilité de mon colis et, à priori, ils se sont servis de ce fait pour se dispenser d'aller voir si, à tout hasard, dans les 10 colis présents sur les étagères (visibles de tous), le mien n'y figurait pas. Je décide de partir en ne me gênant pas pour avertir que j'allais revenir avant la fin de la journée avec le fameux mail et que si mon colis était là et qu'ils avaient refusé de me le donner simplement car je n'avais pas présenté le dit mail, ça risquait de faire un peu de bruit. Non non votre colis n'est pas là il est au centre de tri. Très bien très bien.
Quelques consultations plus tard me revoilou avec mon téléphone, ma CNI, mon avis de passage et un bilan sanguin. Une petite jeune qui avait participé au premier round s'occupe de moi, plutôt gênée. Elle passe derrière le comptoir, attrape un colis qui était déjà là lors de mon premier passage, et me le donne, bien emmerdée. Pour information le colis était noir... Ça se remarque un peu. Ça n'a pas duré longtemps, je lui ai juste glissée qu'il vaut peut-être mieux réclamer un numéro plutôt que de mentir aux gens. Perdre du temps pour respecter certains process (useless comme la plupart des process)... Ça me casse les couilles mais pourquoi pas, mais me faire prendre pour une conne clairement ça passe pas, ni avec moi qui avec quelqu'un d'autre.
Cette anecdote m'aura appris deux choses:
- C'est tellement des branleurs qu'ils n'iront pas chercher plus loin que sur leur écran si un colis est disponible ou non.
- Ce foutu mail de confirmation est la seule manière de contourner le poil dans la main de ces incapables.
Est-ce que ça m'a servi de leçon? Mais PAS DU TOUUUUUUUT Martin :3.
Heureusement, je n'ai pas des problèmes avec toutes les livraisons de mes colis sinon ce serait tous les jours mais aujourd'hui, un autre colis m'attendait dans la seule papeterie de Beauzelle. Beauzelle, un bled sur ma route.
Même cirque qu'avec la poste mais avec Mondial Relay.
D'habitude quand je passe par Mondial Relay je me fais livrer au tabac à côté du boulot et ça se passe toujours parfaitement bien (ouais parce qu'il faut dire aussi, quand tout se passe bien). Là je ne sais pas ce qui m'a pris de me faire livrer dans ce bouiboui, où là seule fois où j'y ai mis les pieds était pour un colis Amazon qu'on m'a limite jeté à la gueule (sans effet de style). Mais avec les fêtes, mon point relay habituel était plein.
Ce matin je reçois le mail m'avertissant de la disponibilité de mon colis, la journée se passe et je vais le chercher en milieu d'après-midi, avec ma CNI parce qu'habituellement, jamais on ne me demande autre chose.
Sans surprise par rapport à la première fois, mon arrivée dérange ouvertement la dame.
Elle prend ma carte, regarde sur sa machine et me dit que le colis n'est pas là. Même combat je lui dis que j'ai reçu un mail mais il faut que je retourne à la voiture pour chercher mon téléphone car bien évidemment: elle ne me croit pas.
Petit aparté, juste pour le fun, est ce que ça vous arrive vous de vous pointer random dans des points relais pour des colis imaginaires? EST-CE QUE CA VOUS ARRIVE??????

Je reviens avec mon téléphone, je la sens à cours d'argument: le colis est bien là. Elle me demande de voir l'adresse du point relais, je lui montre. Elle est emmerdée.
- Ce mail est faux, le colis n'est pas là, je n'ai pas scanné le colis il est encore dans les sacs (Cette phrase en elle-même est une aberration)
Elle en sait des choses d'un coup elle sur un colis qui n'est pas là... En plus je suis une faussaire, un vrai plaisir.
- Ben si vous pouviez le sortir du sac parce que je souhaite le récupérer
- Ah mais moi je travaille j'ai pas que ça à faire les colis donc non je le chercherai pas
- Je travaille aussi madame, et je n'ai pas que ça a faire de batailler afin de récupérer quelque chose qui m'appartient. Une partie de votre travail est de gérer des colis, si c'est trop pour vous il ne faut pas faire relais, en attendant personne ne vous force à le faire donc j'aimerais que vous me donniez mon colis, s'il vous plait
- Si vous n'avez pas reçu de numéro de retrait c'est que je ne l'ai pas scanné et je n'irai pas chercher votre colis dans les sacs
- Donc vous ne voulez pas faire votre travail...
- Vous commencez à m'énerver je suis pas là pour me faire agresser je vais appeler les gendarmes
(lolilol)
- Je ne vous agresse pas, je vous fais remarquer un fait qui a priori vous dérange mais allez y appelez les gendarmes
- Je suis femme de gendarme moi!

- Je ne crois pas qu'être la femme de quoique ce soit vous dispense de faire votre job. Je vous demande poliment de me donner mon colis, et vous refusez, le problème c'est vous, si ça vous énerve j'y peux rien.
Je ne vais pas plus loin car la suite est une boucle à laquelle j'ai dû mettre fin en lui souhaitant une bonne soirée en compagnie de mon colis.
Suite à cet incident j'ai regardé mon téléphone pro... Où figurait un sms avec... le fameux numéro de retrait envoyé à 11h46. En plus la conne l'avait scanné (si je m'en réfère à ce qu'elle m'a dit).
Je crois que là... On dépasse des sommets en matière de connerie.
J'y retourne demain parce que moi je ne travaille pas hein et que ma vie c'est d'aller chercher des colis qu'on refuse de sortir des sacs de livraisons, en espérant qu'elle ait pas fait un burn-out entre-temps. La pauvre bête, dans sa brousse avec ses trois colis à scanner vraiment ça doit pas être facile tous les jours.
Dans des temps anciens et reculés, j'aurais pondu un couplet supplémentaire sur l'illogisme de la situation, j'aurais pointé du doigt tous les non-sens de ce non-événement et certainement aussi expliqué, décortiqué la connerie humaine. Mais j'en ai déjà tellement dit par le passé que non.
On est pas mal a avoir remarqué que depuis le confinement les gens sont devenus vraiment très agressifs et très cons. C'est faux, les gens ne sont pas plus cons qu'avant, c'est juste que ceux et celles qui étaient déjà cons, maintenant, revendiquent et imposent leurs lacunes cliniques.
Et passez une belle nuit :).

Harcèlement scolaire, mon expérience

Rien ne change dans les bahuts privés bien sous tous rapports. Rien. Il n'y a pas de problème... ce sont juste certains enfants qui sont "trop fragiles". Ben oui, s'ils ne sont pas capables de gérer "quelques moqueries", il faut "les mettre dans une bulle" (...)

Propos tenus par la mère de mon ex de l'époque, une intellectuelle

...
"...L'épisode du non-viol à fait que mon adorable meilleure amie fut convoquée par le conseiller d'éducation pour expliquer pourquoi elle avait raconté ça, car tout ceci "entachait la réputation de l'établissement" ainsi que "la réputation du violeur présumé". Étrangement personne n'a jamais cherché à savoir si quelqu'un m'avait violée par contre..."
...
"... Les propos qu'elle avait tenu étaient d'une extrême gravité, et profiter d'un statut de confidente pour calomnier quelqu'un est un acte d'une bassesse profondément écœurante. De plus, je trouvais vraiment malaisant de reprendre contact avec une meuf qui fantasmait sur ma vie sexuelle..."

Bienvenue en rase campagne dans notre établissement privé d'élite... Enfin peut-être juste élitiste. Ici, seuls les meilleurs élèves peuvent se présenter sous nos couleurs au BAC, les autres sont obligés de se présenter en candidats libres. Ouais, il faut ce qu'il faut pour conserver nos statistiques exceptionnels. Du coup comme on est les meilleurs, ça rend les parents moins regardants sur les chaises dégueulasses qu'on n'a pas changé depuis 1950 alors qu'ils nous payent une blinde, sur lesquelles leurs insupportables rejetons pourris gâtés useront leurs jeans hors de prix dans des salles vétustes. Bien-sûr la qualité de la nourriture est discutable aussi, peut-être qu'elle n'a pas plus de gout qu'elle n'est décongelée, mais on est les meilleurs, et ça justifie le repas à 15 balles.
A part ça tout va bien, et si ce n'est pas le cas, on ferme les yeux.

Connectez-vous au site pour lire la totalité de l'article

Ma moto fait trop de bruit? Elle peut en faire encore plus

Et je suppose que ce qui arrive à toutes/tous les motard.e.s devait m'arriver: le courrier de la copro parce que ma moto fait de bruit. Le paradoxe c'est que je n'en ai rien à foutre, du courrier en tous cas, mais que j'en fais un post parce que là où je trouve ça moche, c'est que je faisais l'effort d'être la plus discrète possible.
Dans la vie, y a deux types d'emmerdes: celles qui sont vraiment des emmerdes, genre quand quelqu'un est en train de crever, et les pseudo-emmerdes, qui se font passer pour des emmerdes alors que leur seul effet c'est de te faire perdre ton temps.
Je suis niveau Jedi dans l'évitement des pseudo-emmerdes, et quand tu es niveau Jedi dans le domaine, tu sais que la première règle à appliquer quand tu arrives dans un quartier, c'est de ne parler à personne parce que les autres = pseudo-emmerdes. Manque de cul et je sais pas pourquoi, les gens viennent toujours me parler parce que malheureusement, c'est pas parce que tu ne parles pas aux autres que les autres font de même avec toi.
Depuis que je suis dans cette bicoque j'ai dû sortir autant de fois la moto que j'ai de doigts, orteils compris et en imaginant que j'ai peut-être deux mains supplémentaires, mais ça reste très peu. Tout simplement car pour sortir la moto c'est un immense sketch. Je dois bouger ma voiture qui est devant le garage, sortir la moto du garage, remettre la voiture devant le garage, mettre la moto derrière la voiture pour qu'elle ne gêne personne. Et c'est la même gigue pour la rentrer.
A noter que je suis au niveau Jedi de la flemme aussi mais pour ma défense, tout ça est franchement relou.
Une fois qu'elle est finalement dehors je sors avec mon équipement, j'allume la moto, je m'équipe et je pars. L'entreprise prend environ 4 minutes montre en main. Pour info, je n'ai jamais utilisé ma moto ni tôt le matin, ni le soir, ni durant la nuit. D'une part car l'occasion ne s'est jamais présentée, d'autre part car je suis consciente qu'une moto fait du bruit et que ce n'est pas ma passion d'emmerder le monde dans la vie. Moins j'ai de contacts inutiles avec les gens, mieux je me porte.
Et j'ai donc reçu ceci:

"ne plus faire tourner bruyamment à l'extérieur votre moto pendant un certain temps et ce afin d'éviter les nuisances sonores"


... Cette phrase est d'un françois d'une efficacité telle que j'ai dû la relire trois fois tant elle mérite le Goncourt de l'absurde... Me demandait-on de faire la motocoptère dans mon salon? L'auteur.e de cette missive était-il/elle un jour allé.e à l'école? Est-ce que quelqu'un sait où j'ai mis mes wedges en daim marron?
Quoiqu'il en soit j'en ai déduit que... Quelqu'un, peut-être un conducteur de T Max ou un scootériste quelconque. Ou quelqu'une, pourquoi pas une peine-à-jouir qui n'a rien d'autre à faire que squatter sa fenêtre de cuisine pour guetter le moindre bruit. L'un ou l'autre ayant clairement une visibilité directe sur ma maison pour savoir que je "fais tourner" ma moto, a emmerdé environ 5 personnes pour me faire envoyer un courrier alors qu'il/elle aurait pu descendre me faire part de ses inconforts auditifs.
Ça, pour venir te casser les noix avec des banalités que t'en as rien à branler les gens savent parfaitement t'alpaguer, par contre quand il s'agit de dire un truc utile c'est le branle-bas de combat ministériel. C'EST QUOI VOTRE PUTAIN DE PROBLÈME, LES GENS?
Bien-sûr que si la personne serait venue me voir je n'aurais rien pu faire. Bien-sûr que non, je n'aurais pas poussé 240kg plus loin (surtout vu la configuration de la résidence c'est humainement impossible pour quiconque), mais j'aurais juste pris l'initiative comme tel: un effort vain mais courageux.
Parce que pour ceux/celles qui ne savent pas, une moto doit chauffer quelques minutes après le démarrage. Donc si d'aventure vous voyez un.e motard.e qui vient de démarrer sa machine et qui attend dessus ou à côté, ce n'est pas par plaisir ou "pour se faire voir". Non... il/elle attend qu'elle chauffe. Grâce à moi, je suis sûre que vous serez quelques un.e.s à aller vous coucher moins ignard.e.s ce soir, ne me remerciez pas.
Par définition, le/la motard.e veut rouler, et si le temps de chauffe n'est pas ce qu'il y a de plus excitant dans l'affaire, il est pourtant impératif.
Plus concrètement, les seules emmerdes que je risque, c'est des courriers qui finiront à la poubelle sans lecture de ma part tant je me suis abimée les yeux sur le premier. Je vois déjà les juristes de caniveaux envahir ma boite mail avec de grands textes de lois mais s'il vous plait, ne perdez pas de temps en copier/coller. En France on peut faire à peu près tout sans avoir le moindre emmerde (ce n'est pas une incitation, juste une constatation d'observatrice) par conséquent ne me faites pas perdre mon temps à supprimer vos messages.
Ma moto n'est pas la plus silencieuse mais ce n'est pas la plus bruyante non plus. Quand je mets les gaz par contre c'est un bordel. Comme je l'ai dit, je n'aurais rien pu faire si la personne était venue se plaindre directement. Mais je ne compte pas faire quoique ce soit non plus suite à ce courrier. Au contraire ça m'a gonflé alors j'ai décidé de faire plus de bruit pour que les futurs courriers soient envoyés pour des raisons valables et que les pauvres smicard.e.s en charge de cette triste tâche ne soient pas payé.e.s pour rien. Je sais, ma grandeur d'âme me perdra.

Gardez en tête qu'un.e motard.e a une capacité d'emmerdement, donc de faire du bruit, nettement supérieure à la moyenne: si ce n'est pas lui/elle qui décide de vraiment mettre le sbeul, il/elle a toujours des potes motard.e.s. Partant de là, il semble plus judicieux de ne pas les prendre à rebrousse poil.