Harcèlement scolaire, mon expérience

Rien ne change dans les bahuts privés bien sous tous rapports. Rien. Il n'y a pas de problème... ce sont juste certains enfants qui sont "trop fragiles". Ben oui, s'ils ne sont pas capables de gérer "quelques moqueries", il faut "les mettre dans une bulle" (...)

Propos tenus par la mère de mon ex de l'époque, une intellectuelle

...
"...L'épisode du non-viol à fait que mon adorable meilleure amie fut convoquée par le conseiller d'éducation pour expliquer pourquoi elle avait raconté ça, car tout ceci "entachait la réputation de l'établissement" ainsi que "la réputation du violeur présumé". Étrangement personne n'a jamais cherché à savoir si quelqu'un m'avait violée par contre..."
...
"... Les propos qu'elle avait tenu étaient d'une extrême gravité, et profiter d'un statut de confidente pour calomnier quelqu'un est un acte d'une bassesse profondément écœurante. De plus, je trouvais vraiment malaisant de reprendre contact avec une meuf qui fantasmait sur ma vie sexuelle..."

Bienvenue en rase campagne dans notre établissement privé d'élite... Enfin peut-être juste élitiste. Ici, seuls les meilleurs élèves peuvent se présenter sous nos couleurs au BAC, les autres sont obligés de se présenter en candidats libres. Ouais, il faut ce qu'il faut pour conserver nos statistiques exceptionnels. Du coup comme on est les meilleurs, ça rend les parents moins regardants sur les chaises dégueulasses qu'on n'a pas changé depuis 1950 alors qu'ils nous payent une blinde, sur lesquelles leurs insupportables rejetons pourris gâtés useront leurs jeans hors de prix dans des salles vétustes. Bien-sûr la qualité de la nourriture est discutable aussi, peut-être qu'elle n'a pas plus de gout qu'elle n'est décongelée, mais on est les meilleurs, et ça justifie le repas à 15 balles.
A part ça tout va bien, et si ce n'est pas le cas, on ferme les yeux.

Connectez-vous au site pour lire la totalité de l'article