Comme un jour de grand vent

Outch
Ce matin je me suis réveillée avec une charmante cystite, s’en suivit la ferme décision de ne plus jamais commander de pizza chez La boite à pizza. Non seulement c’est clairement pas des très bonnes pizzas, mais en plus, leur putain de purée de tomate est définitivement trop acide pour moi.
Je suis donc partie bosser avec mon envie de pisser persistante et ça n’a foutrement pas été pratique du tout.

C’est grossièrement résumé, mais l’idée y est
Très sérieusement… Y avait quoi, une demi chance sur un milliard que sa tombe sur moi? Et bien c’est arrivé!

Voyez, parfois, le principal problème avec certaines personnes, c’est tout simplement qu’elles ont le toupet de vivre sur la même planète que vous. Et le second problème c’est que vous ne pouvez rien faire de plus que de pratiquer l’évitement chirurgical de ces parasites.
Je peux tolérer et je tolère d’ailleurs plein de trucs sans que ça ne me coute trop (même si je préfèrerais largement m’en passer) car ça ne me touche pas. Je peux accepter l’occasionnel à distance respectable si ça ne me concerne pas directement, mais là… Chez moi, dans mon cadre. Non. D’aucune manière, sous aucun prétexte et sous aucune forme.

Serial mémerdes
Je crois que je ne raterai jamais une emmerde avec ce cabinet.
Ça faisait plusieurs jours que ça sentait bizarre, et bon… Dans un endroit où il n’y a rien susceptible de sentir mauvais, et qui plus est qui est nettoyé deux fois par semaine ça s’annonçait compliqué de trouver d’où venait cette odeur. Après avoir pété une pile et tout nettoyé encore une fois dans tous les recoins, sorti toutes les poubelles, fouiné derrière tous les meubles, fait la vaisselle et le reste, vidé et lavé toutes les fontaines, entre deux rdv j’ai fini par découvrir un trou dans le mur en sortant le frigo de son emplacement. Le tout en talons aiguilles s’il vous plait sinon ce serait trop facile. J’ai dû littéralement me rouler par terre pour atteindre le trou afin de le boucher, c’était hier et ce matin quand je suis arrivée remplie d’espoir… C’était moins pire mais toujours pas top. Après enquête il semblerait que ce soit juste le frigo (neuf et qui ne sert jamais) qui fasse sa crise. Franchement, c’est la première et dernière fois que je m’installe dans un vieux truc retapé n’importe comment avec n’importe quoi.

Après le déménagement, le bricolage
J’ai réparé ma torche qui menaçait de prendre feu depuis plus d’un an, qui avait crashé une première fois durant le shooting avec JM et qui s’était définitivement éteinte lors de mon dernier shooting. Elle fonctionne à nouveau, ne fait a priori plus de fumée (c’était une vraie créatrice d’ambiance), et on verra ce que ça donne la prochaine fois que je l’utiliserai, pour l’instant je suis assez contente d’avoir économisé 700 boules.

En parlant photo…
L’espace membres est ouvert depuis mardi, vous pouvez donc soit vous connecter soit vous inscrire si ce n’est pas déjà fait. Demain je profite d’un day off bien mérité pour, normalement, mettre le nez dans les shootings qui ne sont pas encore parus pour voir ce que je vais pouvoir vous proposer. En passant j’en profiterai peut-être pour faire un petit live ;).

La bonne soirée le monde!

Jour de fête


#ididitSimone

Nous* ne fléchissons et ne fléchirons pas.

* Moi et tous mes Moi

Le seuil du Nirvana

A la base j’avais pas forcément grand chose contre le lundi, puis le lundi est devenu le jour des shoots, et forcément j’ai trouvé une bonne raison de détester le lundi au point de ne plus rien faire le lundi car tout était devenu insupportable ce jour là. Rien n’a évolué à ce niveau, je ne bosse toujours pas le lundi (en tous cas j’essaie du mieux que je peux) et je ne fais rien le lundi d’une manière générale.
Comme de par hasard, depuis que je ne m’inflige plus de shoots le lundi, mes lundis sont devenus merveilleux, un peu comme les autres jours finalement même si ça n’a pas l’air car comme je nourris mon blog principalement de coups de gueule forcément vous n’avez pas tous les sons de cloches.
Aujourd’hui, lundi je-ne-sais-combien du mois d’août, fut une journée proche de la perfection, un peu comme le lundi précédent mais en mieux. Que j’ai passé complètement à l’ouest voire très sérieusement à l’ouest de l’ouest mais tout était presque parfait. J’en ai même repris mon appareil pour immortaliser le Messicain dans sa séance de stretching.

Certes le cadrage est paaaas folichon mais n’en demandons pas trop à la bite, d’ailleurs, ne parlons pas de bite du tout.
Bien habituée des lundis pourris la semaine dernière ça m’a tellement fait bizarre de passer un bon lundi que dès le lendemain je m’attendais à essuyer catastrophes sur catastrophes tout le reste de la semaine, soit l’oeuvre de mon côté superstitieux à la con. Heureusement il n’en fut rien, j’espère donc qu’il en sera de même pour cette semaine qui s’annonce plus chargée que prévu et j’en suis d’ailleurs ravie!
En vous souhaitant une bonne fin de journée, je vais me caler devant un film pourri et continuer à profiter de mon état de béatitude totale pour autant de raisons qui n’ont pas été citées.
La bisette.

Sans perle ajoutée merci

Boooooonjooooour messieeeeeeeeeurs
J’ai du m’arrêter au milieu de la route pour aller demander aux policiers qui me collaient honteusement au cul depuis deux bornes, ce qu’ils pensaient des distances de sécurité. Ça les a bien fait rire et moi j’ai pris un contrôle de papiers. Tant qu’à y être oui, tant qu’à y être et tant qu’à faire Simone…

Des news
L’espace membres est prêt et ouvrira mardi. J’avais trois merdes de code à faire à la base, des trucs on ne peut plus simples, et comme tous les trucs simples ne le sont jamais ça m’a pris plus de deux heures. Mais ça marche et c’est bien là le principal.
J’ai refait la vidéo de la visite du cabinet parce que l’autre était vieille, et pour le reste, une petite vidéo de bienvenue pour vous souhaiter la bienvenue vous expliquera le reste.

Ca c’est mort
Je n’ai ni eu le temps ni la motivation de m’envoyer 7 films pourris cette semaine. J’en ai regardé deux, un très bien et un autre très mauvais, j’ai le faible espoir de terminer cette dernière série d’ici dimanche prochain mais rien n’est moins sur car j’ai une grosse semaine de consult’ qui m’attend. Oui je sais, vous êtes très déçu(e)s, moi aussi.

Plouf
Très compliqué de me remettre dans le bain cette semaine suite aux 15 derniers jours où j’ai a peu près pensé à tout sauf au boulot. Même encore aujourd’hui rien que d’y penser ça me fatigue du coup, je vais probablement recruter quelques personnes pour me jeter du lit le matin, pour me botter le cul pour que je fasse mon administratif et pour me menacer de mort afin que je mette ma compta à jour.

Bon anniversaire quand-même!
Cette année c’était pas le bon jour pour le faire, mais je tenais quand-même à souhaiter un bon anniversaire à AudiaXNet qui a eu 15 ans le 9 aout dernier. Merci à toutes et à tous <3.

La pause ou la fin

Je passe très rapidement mettre au point quelques bricoles suite à des mails reçus ces derniers jours.
Tout d’abord je remercie les personnes qui m’ont fait part de leur soutien quant à ma décision d’arrêter le Cab. Je confirme que ça me pourrissait la vie, quelques proches pourraient même témoigner de l’impact on ne peut plus négatif que ça avait sur moi au quotidien (même si ça peut sembler « gros » c’était malheureusement très vrai) et à quel point ça va beaucoup mieux depuis que je me suis dépêtrée de ce machin et surtout des obligations qui en découlaient. Ca n’a pas été une décision simple, l’espace membres existait bien avant de s’appeler StrangeCabaret, mais au final, les effets bénéfiques n’ont pas tardé à se faire ressentir, me confortant vraiment dans mon choix.
A côté de ça y en a aussi beaucoup qui n’étaient pas spécialement ni totalement en accord avec ma décision de tout boucler.
C’était peut-être soudain mais en background ça faisait longtemps que j’y pensais, et radical, parce que j’avais besoin de me défaire de ce truc et de m’en sentir totalement affranchie. Pour autant, depuis que c’est terminé, ça ne m’empêche pas de voir les choses sous un autre angle. D’une part parce que je vais avoir besoin d’un espace restreint pour différentes raisons, d’autre part et ça c’était carrément prévisible: parce que je m’ennuie de ne pas coder et que le Cab était mon terrain de jeu préféré. Aussi vite que je me suis sentie bien après avoir résilié le contrat du domaine j’ai ressenti le manque de cette partie du boulot, et ça m’a vraiment ennuyé.

Je sais qu’il y en avait parmi vous qui étaient abonnés depuis des années voir depuis le début, que ce site faisait partie des meubles et qu’il laisse un petit vide derrière lui. Comme je viens de le dire, d’une certaine façon, il en laisse un pour moi aussi.
J’ai tenu des années à pondre des trucs qu’on ne voyait pas (ou pas forcément) ailleurs et qui tenaient la route tant bien que mal, le tout dans un rythme assez soutenu mais qui n’était plus assez efficace ces derniers mois. D’un point de vue quantitatif j’en ai tellement fait qu’au bout de 12 ans je ne savais plus quoi faire et ce qui était en ligne ne me convenait plus. Certains me l’ont dit, 12 ans c’est un beau parcours, certes, mais le poids de ce qui a été fait pendant des années peut nous emprisonner, et les enjeux étaient devenus de plus en plus difficiles. Plus assez de temps pour élaborer un shoot dans les détails = résultats moyens. J’suis assez critique avec ça, que ça me concerne ou non: si t’es pas capable de faire aboutir un truc fait rien c’est aussi bien. J’ai globalement été honnête avec ça, j’ai tiré un peu sur la corde, j’ai arrêté et en arrêtant ça m’a permis de pouvoir faire autrement.
AudiaXNet à la base n’avait rien de payant, tout le monde avait accès aux galeries, au live et au reste, jusqu’au jour où j’ai découvert qu’il n’y avait pas que des gens sympas sur la toile et que le principe en lui-même exacerbait même certains comportements inutiles. Comme j’étais étudiante à l’époque j’ai joint l’utile au confortable: accès payant. Et c’est devenu un business qui à toujours bien fonctionné jusqu’à ce que le fait de ne plus avoir de temps me coupe toute envie de continuer.
Au final, faire quelque chose de différent n’est pas si compliqué: on enlève l’argent de l’équation et on vire un bon gros bout des 12 dernières années pour faire table rase dans les contenus tout en gardant l’accès restreint. Plus de pression, plus de délai, et tout à faire.
C’est donc tout doucement que je me suis mise à faire le ménage dans les fichiers du Cab et que j’ai commencé à mettre en place un nouvel espace membres, qui n’est toujours pas en ligne mais qui le sera un jour à n’en point douter. Vous pouvez vous inscrire dès aujourd’hui (oui c’est gratuit oui), je viendrai développer le reste de cette histoire au moment de l’ouverture.
Dans un registre un peu plus généraliste, j’ai reçu beaucoup de messages pour des shoots, je vais bien évidemment répondre à tout le monde mais je tenais à dire pour les autres qu’étant un peu en froid avec mon appareil photo pour le moment, je ne photographie ni rien ni personne, mais je vous remercie d’avoir pensé à moi. Ca reviendra, mais pas là.
En ce qui concerne GENESIS qui est vraisemblablement plus absente qu’oubliée (et ça fait plaisir ;) ), elle est toujours en route comme je l’ai dit il y a quelques mois, mais elle n’arrivera pas cette année parce que je n’ai pas envie non plus de faire une G pour le moment. C’est un projet dont je suis relativement contente dans son ensemble, je ne prendrai pas le risque de foirer un volet par manque de motivation.
Et je vous souhaite une bonne soirée :).

Pêche à la perle – Part II

La semaine ayant été compliquée je n’ai pas eu le temps de regarder autant de films-nuls que la semaine dernière, mais même si je m’interroge très grassement sur le fait de continuer ou non mon parcours, j’ai encore déniché des perlouzes immémorables!


Scary or die

Le meilleur de la semaine et pourtant c’était pas une lumière! Scary or die est un enchainement de petits films avec des histoires différentes, pas forcément intéressantes, ni bien faites et encore moins flippantes. A part la dernière avec le clown parce que les clowns me fichent la trouille (c’est pas Ça qui m’a traumatisé quand j’étais jeune mais plutôt Arlette Gruss) et surtout parce que ce clown là était particulièrement bien fait et flippant. Le tout est enroulé dans une autre histoire parfaitement inutile dont la chute bien que carrément inattendue est malheureusement complètement nulle.

… Sans rapport je viens de me souvenir que j’ai regardé un film d’horreur mexicain (sisi ça existe) mais impossible de me souvenir du titre, ce sera pour une prochaine si j’arrive à remettre la main dessus.


Mimesis – La nuit des morts vivants

Pour résumer ce que j’ai pu voir de celui là, deux mecs se retrouvent invités à une soirée par une inconnue. La soirée se passe et ils se réveillent tous le lendemain habillés bizarrement au milieu de la nature.. Avec des zombies.
J’avais 9/10 ans quand j’ai regardé la nuit des morts vivants, je ne m’en souviens absolument plus donc autant te dire qu’il n’a pas du être très efficace. Je pense que mon intérêt pour ces pauvres bêtes n’a pas du évoluer depuis car j’ai du m’y reprendre à deux fois pour le regarder et que j’ai quand-même pas réussi à le finir. Mimesis est chiant à mourir en mangeant une raclette, comme n’importe quel film où les zombies sont tellement lents que t’as le temps d’aller te faire ton 3 C avant de leur mettre un coup de pelle dans la niffle. Vraiment mauvais.


Darkroom

Alors ça a été compliqué pour celui là aussi…
C’est l’histoire d’une meuf qui tue trois de ses amis parce qu’elle conduisait bourrée. Elle se retrouve dans un centre pour vilaines personnes, chapeauté par une catholique jusqu’au jour où après avoir subi je ne sais combien de séances de thérapie de groupe pour s’affranchir de sa mauvaise conduite elle est enfin autorisée à sortir. La directrice lui file la carte d’un photographe (le truc à peine chelou) en lui disant qu’il aura peut-être du taf pour elle, cette dernière appelle, y va et se retrouve séquestrée par une famille de catholiques congénitaux.
Autant a une période j’ai bien aimé ces trucs de consanguins, autant maintenant je trouve ça d’un périmé absolu. A côté de ça, ce film est mal fichu, mal construit et tellement tiré par les cheveux que si c’était pas un film ça n’aurait jamais existé. Bref, je flippe vachement plus sur l’A20 quand je traverse la Corrèze pour remonter au bled.


Death Valley

Dans la lignée de la consanguinité, se place Death Valley.
Trois potes se barrent faire une free dans le désert. Ils se font péter la voiture et voler la batterie (je l’attendais pas celle là), et vont se faire emmerder par les consanguins du coin. Qui sont nombreux, tenaces et équipés de lunettes infrarouges pour mieux leur trouer le derrière, comme quoi, ils font autre chose que niquer leurs soeurs (je cite un passage pour vous prouver que je regarde bien tous ces films pourris et que non ce n’est pas une légende urbaine).
En gros Death Valley, c’est plus d’une heure de cache-cache dans le désert où tout le monde va mourir sauf deux personnes. Ne me remerciez pas, si je vous raconte la fin c’est bien parce que j’ai envie de vous faire économiser du temps!


DeadGirl

Je l’avais déjà vu mais je ne m’en souvenais plus, il va sans dire que j’ai compris pourquoi rapidement.
Deux lycéens vont faire de l’urbex dans un asile abandonné, et en allant dans les sous-sols ils trouvent une femme dans un sac plastique. Cette dernière étant « en vie », après avoir découvert qu’elle ne pouvait pas mourir ils vont très logiquement décider d’en faire une esclave sexuelle… J’irais vraiment pas jusqu’à dire qu’on aurait tous fait pareil mais… Admettons!
Pour ceux/celles qui se sont un jour posé(e)s quelques questions sur les détails techniques relatifs à un rapport sexuel vivants/morts-vivants, sachez qu’apparemment les femelles zombies ont des problèmes de sécheresse vaginale, que plus généralement, les zombies sentent la viande pourrie ainsi que la fellation n’est pas du tout une bonne idée. Sinon quand t’es contaminé, bah tu chies tes intestins.
Bon appétit!


Gothic lolita and psycho

Je me suis rapidement auto-flagellée pour ne pas avoir jeté un oeil sur la pochette avant de décider de le regarder car à part 2/3 films qui se résument à Ring (I/II/III) et Battle Royal, donc 4 films, je déteste les trucs asiats au point de rendre à la seule vue d’un truc kawaï. Comme il faut combattre le mal par le mal, je suis allée chercher mon pot de Ben & Jerry’s peanut butter (que j’ai défoncé mais j’avais la migraine) parce que j’avais pas de Déli’choc.
La mère de Youki se fait assassiner par un gang et comme elle est japonaise elle va venger la mort de sa mère. Suite à une crise identitaire post traumatique elle deviendra goth-lolita et ira découper tout le monde sans jamais y laisser ni frou-frou ni bouclette et sans même que sa voilette ne se déplace.
Comme ils mettent toujours 1000 ans à crever dans les tataï et que ça m’agace je me suis retrouvée à hurler devant mon écran des insanités pour me soulager nerveusement, mais je me félicite d’avoir au moins retenu le prénom de l’héroïne, même si je reste consciente que si j’ai réussi cet exploit c’est parce qu’elle s’appelle comme ma plante verte. Sinon, comme toujours, l’humour asiat reste fidèle à l’humour asiat…

Que quelqu’un m’explique une bonne fois pour toutes cet espèce de fétichisme pour les culottes, merci

… Et soyons honnêtes, je ne vois toujours pas ce qu’il y a de drôle.
Par contre le coup du combat avec le balais brosse volant a failli me faire vomir de rire, apprenant en même temps que Ben & Jerry’s c’est pas super efficace contre les migraines.

Tataaaaaaaï!!!

Ce n’est qu’au dernier combat que j’ai obtenu une ébauche de réponse quant à mes interrogations au sujet de sa coiffure impeccable en toutes circonstances. Après qu’elle ait poussé des hurlements ressemblant à s’y méprendre à des gros rots, ce n’est donc pas un excès de laque qui est à l’origine de ses boucles parfaites mais bien le fait que ce soit un démon. Je n’ai donc pas réussi à trouver de solutions pour mes boucles qui elles ne tiennent jamais, mais depuis que j’ai constaté qu’après sa transformation en bestiole malfaisante ses dreads ressemblaient aux miennes j’ai préféré ne plus me poser de questions.

En vous souhaitant une excellente semaine.

La malédiction de la Guigne maudite

Y a des jours comme ça, surtout le lundi et surtout quand je vais avoir mes règles, où j’ai juste l’impression d’être un chat noir. Mais prenons le problème, le vrai problème de base qui dure maintenant depuis 4 ans, qui est que je n’ai plus envie de faire des photos, plus envie de faire ce que je fais et que ça fait autant de temps que je tire sur une corde usée. On m’a beaucoup aidé pour continuer, j’ai appris beaucoup de nouvelles techniques, j’ai acheté une multitude d’accessoires vraiment cools, j’ai pris note de tous les encouragements et de toutes les gentilles choses qu’on m’a dites. Ça a retardé l’échéance mais je n’ai pas réussi à me réinvestir pour autant.
Je ne peux pas dire que faire des photos m’ait été très bénéfique ces dernières années, c’était même un vrai calvaire comparé à la distraction que c’était à la base. Mes shoots ont toujours été plus ou moins des galères à mettre en place, mais ces dernières années, c’était devenu une putain de chatnoirisation de plus en plus impossible à gérer. En gros vous l’aurez compris, j’ai tellement plus envie que mon inconscient en est devenu démoniaque et ce matin fut l’apothéose.
J’avais envie de faire ce shoot car j’étais presque convaincue de ce que j’allais faire ce qui n’est pas arrivé depuis un bail, mais les merdes ont commencé dès hier soir après quelques clics intempestifs qui ont fait que j’ai totalement involontairement accepté l’installation de W10, inattention lourdement expiée toute la journée. Après m’être levée avec deux heures de retard ce matin sans aucun rapport avec W10, le machin n’en finissait pas de se lancer sans jamais y arriver, au final j’ai fermé le portable et je suis partie avec le PC en l’état dans le sac. Au studio ça ne marchait pas plus, pire, cet OS est une immondice visuelle, impossible d’avoir le menu démarrer, obligée de l’éteindre à la sauvage chose qui ne m’était pas arrivée depuis W98. Une fois redémarré c’est le retour-écran de l’appareil photo qui ne fonctionnait plus, une tentative de réinstallation des drivers, un autre redémarrage qui s’est encore terminé en arrêt sauvageon tellement ça redémarrait comme mes chiottes et ça ne marchait toujours pas. Avant de balancer le bordel par la fenêtre, fait qui ne m’est pas arrivée depuis XP (oui je fous les PCs par la fenêtre quand ça m’emmerde et je le vis bien merci), j’ai laissé tomber et j’ai fait mes photos sans retour-écran. Voilà comment tu prends une heure de retard en plus grâce aux grandes inventions de Microsoft.
Mais ce n’est pas tout!
Sans m’attarder sur le fait que j’avais oublié ma poudre matifiante habituelle parce que les oublis sont devenus une véritable tradition dans mes shoots, et que Vollers c’est quand-même bien la dernière des merdes en matières de corsets, après avoir monté ma softbox, l’interrupteur du flash a lâché une fois que j’étais durement saucissonnée dans ce corset à la con et que c’est donc bien la merde pour dévisser une putain de boite à lumière dans ces conditions. Une fois que tout était en marche, c’est le rouge à lèvres qui n’allait pas, et celles qui savent, savent que changer de rouge à lèvres quand tu as trois tonnes de fond de teint sur la gueule est un exercice vraiment casse-couilles. Une fois tous les détails réglés, c’est les patients qui se sont décidés à me harceler alors, j’ai simplement coupé mon portable. Ça peut sembler pas pro pour certains, mais c’est moi le patron et si ça me pourrit bien là vie au quotidien, ça me permet aussi quelques petites libertés bien sympathiques de temps en temps comme celle d’avoir un peu de paix quand c’est pas le moment.
On va s’arrêter là en ce qui concerne les galères, de toutes manières, c’est tellement impossible que moi-même j’ai du mal à y croire. Je me suis contentée de foirer mes photos comme d’habitude, et une fois terminé, je me suis dit que ça ne pouvait plus continuer comme ça.
Après en avoir longuement discuté avec la Reine Mère, j’ai décidé de l’écouter et d’arrêter de m’infliger ça, pour plusieurs raisons que je connais depuis longtemps, mais il faut croire qu’il m’était plus simple de me voiler la face.
Un site comme le Cab a du mal à trouver sa place dans le web actuel.
Il marche bien, j’ai pas à me plaindre et je me sens même très chanceuse d’avoir autant de personnes qui me suivent et me soutiennent, mais sans ingratitude aucune, il a aussi mieux marché à une époque et pour tout ce que ça me coute, ça ne vaut pas le coup de continuer bien que ce ne soit pas le point le plus déterminant.
Je suis extrêmement stressée par des délais que je n’arrive pas à tenir.
Le pire, c’est que j’ai un paquet de séries de photos qui attendent d’être mises en ligne, que j’ai aussi quand-même un peu de temps pour faire des lives et que dans un sens plus général les contenus ne manquent pas. Mais j’ai pas le temps, pas l’envie (mes photos de merde tout ça tout ça), et ça me gène énormément que des personnes payent pour ne pas avoir d’updates correctes.
Principalement pour ces deux raisons, le StrangeCabaret est down et les personnes qui ont acheté un accès durant le mois écoulé ont été remboursées. Ce domaine me ressort par les yeux je ne veux plus en entendre parler.
C’est peut-être l’occasion de repartir sur quelque chose de neuf, comme c’est peut-être aussi l’occasion de laisser tomber tout court. J’y réfléchirai peut-être quand j’en aurai envie.
En attendant, ici s’achève donc la course du VIP AreA/AudiaX.Org/StrangeCabaret. Un énorme merci à toutes les personnes qui ont pris part à l’aventure <3.