Une fin d’année formerdable

Ouais je sais, on devait se retrouver pour le bilan annuel mais là j'ai pas mal la flemme.
Donc lundi, la Reine Mère m'ayant encore réveillé aux aurores, direction les urgences et c'était pas forcément du luxe vu qu'elle a failli y passer. La RM, ou l'art de camoufler que ça va vraiment mal pendant une semaine -.- .
Passer douze heures aux urgences n'est pas une expérience que je jugerais indispensable dans une vie, par conséquent si vous pouvez vous abstenir, faites-le. Je touche du bois, pour le moment je n'ai contracté ni gastro, ni pneumonie, ni autres joyeusetés pneumogastriques et pourtant j'ai été en contact avec des saloperies vraiment pas sympas. Néanmoins ça m'a permis de comprendre le principe du service à savoir que les urgences, ça sert surtout à mettre en danger la vie de ceux qui n'étaient pas à l'article de la mort en arrivant pour sauver la vie des autres et pour l'instant, je n'ai pas spécialement envie d'avoir d'opinion sur la question.
T'es au milieu d'une nuée d'infirmièr(e)s qui se promènent avec des thermomètres, des flacons de pisse et des compresses, t'as une toubib qui n'est jamais là et qui quand elle l'est est psychologue comme je suis fonctionnaire, tu sais rien, personne ne sait rien donc le seul truc que j'ai trouvé à faire face à l'impuissance que la situation m'envoyait dans la gueule, c'est d'aller fumer une clope et de re-rentrer péter une pile.
Il a fallu que je fasse un scandale et que j'emmerde tout le monde pour la faire descendre au scanner (après 4h30 d'attente, j'ai été plutôt sympa) et que je regarde vraiment de travers (quand on a rien bouffé ni bu de la journée c'est pas compliqué d'avoir l'air mauvais) je ne sais plus qui m'annonçant qu'elle n'aurait pas de chambre avant minuit pour qu'elle ait enfin sa chambre une heure plus tard (après 12h d'attente, je suis encore sympa). Je vous laisse deviner qui est passé pour la méchante personne encore une fois, mais bon, faut pas pousser tati dans les troènes et puis au moins, les présentations étaient faites.

Après deux petites interventions chirurgicales, l'état de la Reine Mère s'est stabilisé pour le moment, on attend la grosse opération la semaine prochaine pour être sûr puisqu'on ne sait rien. En attendant, sachez que j'ai transmis vos pensées et messages de soutien et qu'elle fut très touchée ;).
J'ai perdu une patiente dans la bataille car j'ai eu le toupet d'annuler sa consultation, ça m'a un peu choqué sur l'instant mais je l'ai pas mal pris non plus de même que je vais pas coucher dessus. Ce qui arrive à ma mère peut aussi arriver à la mère des autres, aux gosses des autres ainsi qu'à soi ou à n'importe qui. Après, je dis ça comme ça.
Du coup, j'ai passé ma semaine entre le boulot et l'hôpital, je ne rentre que pour bouffer le soir et dormir et je remets ça, et je suis sur les rotules.

J'avais commencé à regrossir, c'était sympa, là j'ose même pas monter sur la balance tellement je suis quasi sure d'avoir perdu deux kilos. Le moral fait ce qu'il veut et c'est pas toujours super agréable mais pour l'heure, j'ai vraiment d'autres chats à fouetter.
Sinon le service est sympa, le personnel aussi, la bouffe est pas trop dégueu, le chirurgien fait des jolis dessins pour t'expliquer ce que tu sais déjà en répondant à chacune de tes questions qu'il ne sait pas, et y en a encore pour un moment!
Tu veux mon bilan 2016? Et bien 2016, tu peux aller crever en t'étouffant dans ton vomi, toi et toutes les merdes que tu as bazardé dans mon existence en 366 jours!

Partager sur Facebook