The past is over

On est surement pas mal à avoir faire l'expérience d'une personne qu'on n'avait perdue de vue ou qu'on avait peut-être volontairement laissée derrière pour une ou plusieurs raisons, et qui refait surface.
D'entrée, je vous dirais que dans l'absolu ça me fait toujours super plaisir quand ça m'arrive parce qu'heureusement ce sont des personnes avec j'avais de bonnes relations, et parce qu'en l'état actuel des choses, j'ai déjà du mal à me poser c'est une bonne occasion pour me sortir un peu la tête du guidon.
Au travers de ce post, je voudrais préciser que je compte synthétiser des éléments variés et variables, glanés au fil de mes expériences personnelles. Par conséquent, il ne sera aucunement question de quelqu'un en particulier. Peut-être que certain(e)s pourront se reconnaitre dans certains passages, mais si d'autres ne vous parlent pas, c'est qu'ils ne vous concernent tout simplement pas.
Je savais que le temps soignait certains maux en érodant la mémoire, je suis maintenant quasi certaine qu'en plus de tuer au sens propre il tue aussi complètement les restes laissés par les relations qui ont disparu du présent. A contrario l'amitié pure et dure est capable de résister au traitement "pointillé" et de se moquer totalement du paramètre temps qui s'avère même parfois devenir un véritable ciment. Ce que j'ai pris en pleine tronche un peu plus tard, c'est qu'il n'y a jamais de seconde chance, et qu'à vouloir se racheter des conneries qu'on a pu faire, à vouloir faire mieux, on arrive qu'à une seule chose c'est à se chier complètement. Encore plus récemment, après être entrée dans une sorte d’hyper-réflexion sur quelque chose qui n'avait strictement rien à voir, j'ai intégré qu'on ne peut pas remettre dans une temporalité actuelle quelque chose en l'état initial et qui a disparu depuis des années car le temps met ses propres points de non-retour. Pas que je l'ignorais, mais j'avais du mal avec l'idée. Et si la nécessité de porter un regard neuf (et si possible neutre) sur les choses semble être une éventualité des plus appropriées, elle partage toujours l'espace avec le psychisme qui lui, ayant de base quelques gros problèmes de temporalité, a tendance à redémarrer au dernier souvenir en relation avec la personne sur lequel il met la main, ce qui pose un vrai problème. Qu'on provoque, qu'on l’accepte ou qu'on refuse l'occasion, la motivation vient toujours du souvenir qui perturbe forcément la dite neutralité, et une démarche teintée d'un a priori sera forcément plus compliquée.
Du coup, je suis à peu près convaincue qu'il y a un cap à ne pas dépasser, un laps de temps implicitement imparti pour ne pas rentrer dans ce schéma et conserver quelque chose d'intact ou presque. C'est ici que se pose la question de l'utilité de se re-rencontrer, question qui après m'avoir fait énormément hésiter n'a pas trouvé de réponse type. Ne pouvant globaliser mes expériences, j'ai souvent regretté, mais pas toujours ou pas toujours totalement, jusqu'à ce que je fasse le point, et que bien que je ne sois pas toujours super fière de moi, ça aurait aussi pu être pire et ça pourrait aussi l'être. Ou pas.
Parce que bien plus haut que toutes les occasions du monde, je me suis aperçue que planait le Choix. Celui de réintégrer comme d'intégrer qui on veut dans son présent. Tout comme on peut simplement garder un bon comme un mauvais souvenir sans estimer nécessaire de recommencer/améliorer/merder/creuser/prouver quoique ce soit car parfois, les choses peuvent ou doivent juste rester derrière. Aussi bizarre que ça puisse paraitre, l'idée m'a fait autant de mal que de bien, et si je ne sais toujours pas si je serai capable à l'avenir de rester neutre dans ce genre de circonstances (ce qui jusque là, n'a pas été le cas), au moins ça m'aura appris quelques bricoles.
Quant à savoir si les résurgences lointaines sont une bonne chose, étant une personne pourvue de la délicatesse d'une tronçonneuse, j'aurais plutôt tendance à dire que si le passé est le passé c'est souvent qu'il y a des vraies raisons (ou pas) et qu'il n'y a pas lieu de s'emmerder plus que nécessaire avec ça, mais j'aurais probablement d'autres occasions de niveler mon opinion si besoin.

Partager sur Facebook