Sur le corps des femmes

Plus les années passent plus je suis fatiguée par certaines mentalités, et plus je me rends compte que de manière sous-jacente, l'interprétation et l'appropriation sociétales de l'attitude des femmes et donc de leur corps, m'emmerdent. Ça fait plus longtemps que ça m'énerve que je n'ai envie d'écrire sur ce sujet, et même si alors que j'entame ce billet je ne suis pas sûre d'y arriver, j'essaie.
Un exemple con, je me suis faites tatouer deux endroits qui nécessitaient d'être torse-nu.
Je suis parfaitement à l'aise avec mon corps et n'ai aucun problème ni avec ma nudité ni avec celle d'un(e) tier(ce)s. Pourtant, les premières fois où j'ai dû me déshabiller pour me faire tatouer, j'étais mal à l'aise d'être à l'aise, et je me suis retrouvée deux fois à me justifier de ce fait. J'ai trouvé ça dérangeant. En fait le problème, c'est que depuis toujours, en tant que femmes, notre attitude est potentiellement soumise à interprétation puis à jugement, et j'ai tout simplement redouté que mon manque de gêne soit interprété (ce qui n'a, heureusement, absolument pas été le cas!).
Le corps de la femme est depuis longtemps objectisé et érotisé à outrance, une grande majorité d'hommes en sont réduits à se branler sur des photos de seins dont ils ne connaissent même pas la/les propriétaires. Tristesse infinie et Œdipe mal torché (comme pour tout le monde, restons calmes!).
Sur le nombre de photos en lingerie que j'ai postée, je n'avais eu qu'un seul retour désagréable et je l'avoue traumatisant car venant d'un proche. Cette réflexion était culpabilisante pour moi, et dégradante pour lui. Si la première conséquence de cette réflexion a été que je mette toutes les photos concernées offline, la seconde est qu'il fut à l'origine d'une réaction épidermique irréversible. Et puis j'ai remis toutes les photos en ligne.
De mon point de vue, je ne fais pas de photo qui n'ont d'autre intérêt que d'être des photos en lingerie et à part cette fameuse réflexion, je n'avais jamais reçu de commentaire déplacé, ce qui prouve que, même si je me base uniquement sur très peu de personnes comparées au nombre qui doivent les regarder, soit les mentalités ont un peu évolué, soit les gens ont appris à la fermer.
Le premier vrai commentaire à la con est arrivé lors de la publication de cette photo. Commentaire qui laissait sous-entendre que j'étais une cougar, pour la partie drôle.

Je suis donc allongée sur un matelas en train de se dégonfler, ce qui n'est pas très pratique pour prendre une pause avantageuse et qui me donne l'air d'un cachalot coincé dans un slip de stripteaseuse. J'étais en train de suer ma mère et donc, de me faire bouffer par les moustiques. Certes on voit un peu mon cul parce que j'ai deux kilos en plus alors J'AI UN CUL \o/! J'en profite car ça va pas durer dans 15 jours je serai revenue à mon état initial de brindille. On remarque également que c'est à peu près le même cul que le votre, puisqu'il a une raie au milieu. Non très honnêtement je trouve cette photo d'une platitude absolue comme tant d'autres que je publie. Mais j'avais envie de la poster, comme j'aurais pu poster la photo d'une gamelle de nouilles.
Je suppose que j'aurais du mal prendre ce commentaire sauf que je suis un peu jeune pour être taxée de cougar. De plus la personne ne me connait pas et puis je ne couche pas avec des personnes plus jeunes que moi non plus, en tous cas ça ne m'est pas arrivé récemment. A côté de ça je ne vois pas de mal à être une cougar, si certaines ont envie de s'envoyer des ptits jeunes c'est cool.
Ce qui m'a déplu par contre c'est qu'un vieux vicelard probablement très frustré vu sa gueule, me prête une intention sexualisée, évidemment, sortie tout droit de son imagination.
Alors bien-sur j'entends d'ici la vieille rengaine qui dit que si je ne veux pas de ce type de commentaires faut pas que je m'exhibe. Affirmer ça, c'est cautionner le comportement du vieux vicieux et me rendre responsable de son comportement inadapté, alors que cette photo n'a rien d'explicite. Le cas échéant être à la plage est explicite, et bon, vous êtes mignons mais on va pas tous au Cap d’Agde ^^.
Pour expliquer et parfois excuser ces comportements majoritairement masculins mais toujours inadaptés, certaines idées reçues perdurent.

Les hommes sont des victimes de leurs hormones

A ce jour il n'y a aucune étude scientifique validant le fait que les mâles humains aient des hormones plus virulentes que les femelles humaines. Les humaines aussi ont des hormones pouvant être parfois très envahissantes n'induisant pas nécessairement de comportements déplacés.
Si déjà on apprenait aux enfants que la nudité n'est pas systématiquement synonyme de sexualité ce serait pas mal.

Le porno, ce grand responsable

Le porno existe depuis longtemps, ce qui a récemment changé c'est sa facilité d'accès et donc sa visibilité auprès d'individus trop jeunes pour appréhender la chose pour ce qu'elle est.
A un moment donné il est intéressant d'expliquer le plus simplement du monde aux ados (voire même aux pré-ados), garçons et filles, que la pornographie est un divertissement, parfois un art, et un travail rémunéré pour les personnes qui font partie de cette industrie. Et que même si aucune pratique n'est proscrite dès lors qu'elle est consentie par les personnes concernées, ce n'est pas non plus une norme, encore moins le kikipédia du bon coup.

La capacité de fantasmatisation sans limite

Au final être une femme c'est toujours être associé à un truc sexuel.
Tu fais une blague salasse c'est que t'aimes le cul (heureusement) et il est fort probable que t'ais envie de pécho la personne avec qui tu plaisantes. Tu danses sur une table c'est parce que t'es open. Si tu te maquilles c'est pour que les hommes te remarquent. Si tu t'habilles trop court c'est que t'as chaud au cul et si tu t'habilles comme un sac c'est que t'es gouine. Si tu te prends en photo en maillot de bain t'es une pute tout court ou une putaclics minimum. Si t'as un poste à responsabilité c'est que t'as baisée. Et puis si tu poses carrément à poil c'est que tu trouves personne pour te niquer teh. En fait est-ce qu'on peut faire quelque chose sans que ce soit systématiquement rapporté au cul? Non parce que ça devient malsain là. Je dois pas être la seule dans ce cas mais quand je me sape le matin je me demande pas si j'ai envie de niquer, par contre j'ai envie de continuer à ne rien avoir à foutre de ce que peuvent penser les tordus. Alors va vraiment falloir se reconnecter avec la réalité et reprendre les bases: si quelqu'un ne vous dit ou montre pas clairement qu'il a envie de baiser c'est qu'il/elle n'a pas envie.

Les femmes doivent se respecter

L'argument du mourant lol.
Vous pensez que c'est se respecter d'insulter ou de faire des propositions graveleuses à une femme parce qu'elle pose nue ou porte une jupe? C'est aussi se respecter de culpabiliser une femme, ou n'importe qui d'ailleurs, pour telle ou telle conduite qui est à la base anodine mais que vous interprétez de travers?
Ne pas se respecter, c'est réprimer une envie qui ne fait de mal à personne.
Ne pas se respecter, c'est laisser cette jupe au placard pour ne pas être jugé.e alors qu'on a envie de la porter.
Ne pas se respecter, c'est accepter certaines choses qui nous mettent mal à l'aise.
Ne pas se respecter, c'est de penser qu'une tierce personne sait mieux que nous ce qu'on doit faire et comment on doit se comporter.
FIN.DE.L'HISTOIRE.
Je suis pas féministe mais j'avoue que ces comportements me donnent envie de tordre des bites et de bourniffler des gueules de cons.

Le truc positif là-dedans et pas des moindres, c'est que grâce à cette publication, comme si les poubelles s'étaient sorties toutes seules: tous les mecs ayant des pratiques religieuses ouvertement affichées m'ont unfollow. Je me tâte à en refaire une des fois qu'il en reste ;).