Sueur & rangement

Il y a quelques mois j'avais trouvé l'idée de la to do list très salvatrice, aujourd'hui je suis partagée, ne sachant pas si elle a une réelle utilité ou si elle m'empoisonne juste la vie. Peut-être que je n'ai tout simplement plus envie de la trouver nécessaire parce qu'elle me pourrit l'existence à s'allonger sans vergogne justement.
J'ai profité de mon temps libre pour rayer une des choses les plus chiantes à faire sur l'échelle de l'emmerdement: le ménage dans mes dressings, mes commodes et mes placards. Ca m'a pris environ... Un siècle et encore j'suis sympa. Tous les ans c'est la même galère, tous les ans je vide 10kg de fringues (oui j'ai pesé par curiosité) et j'en ai toujours autant. Autant avant ça s'expliquait de par le fait que j'achetais pas mal de trucs, mais cette année franchement, j'ai vraiment pas été vilaine à ce niveau. Même avec les chaussures puisque cette année je n'ai acheté que... Ok j'ai rien dit. C'était sensé être un bon gros ménage par le vide en bonne et due forme, il s'avère que, si j'y vois un peu plus clair et que je trouve plus rapidement ce que je cherche (et c'est déjà pas mal), ça n'a pas fait le vide du tout. Je ne sais plus quoi faire, je suis au bord du burnout, je ne vois aucune solution à part déménager.

J'en ai profité pour sortir mes affaires d'été, à la mi-juillet oui il était temps j'te le fais pas dire, surtout parce que je commençais à être à court d'idées pour m'habiller sans être obligée de perdre un temps infini à fouiller dans les tiroirs, et qu'aller bosser en tongues n'est pas pratique à la longue (même si elles sont très jolies, quand-même). C'est là que je me suis rendue compte que j'avais presque 150 trucs entassés qui attendaient d'être retouchés, j'ai donc sorti ma machine et ai retouché tout ce qui devait l'être. Tout est nickel si on oublie la partie où j'ai voulu faire un pull à Aloha dans un vieux gilet et qu'une fois terminé, ça ressemblait tout à fait à un slip, mais j'aurais au moins essayé. Cela dit si vous vous demandez, sachez que moi non plus, je n'ai pas une traitre idée de ce que j'ai fait pour partir d'un pull et arriver à un slip.
Et je n'ai toujours pas pris le temps de m'épiler sous les bras.
Ceci fait j'ai fait le ménage partout tellement j'étais lancée, j'ai terminé un site internet, j'attends les premières épreuves photos avant d'ouvrir ma nouvelle boutique, j'ai commandé au moins 50 trucs sur ebay (et pas des fringues ni des chaussures, j'vous vois venir) et grosso merdo j'ai plus qu'à m'attaquer aux placards de la salle de bain, mais tout ça n'a rien à voir avec rien.
Une autre grosse performance est d'avoir terminé de recopier toutes mes notes d'avant-dernière et dernière année de cours. Adieu les feuilles volantes qui trainent partout couvertes de pattes de mouche illisibles (ce pléonasme est totalement volontaire et justifié)! Reste les études de cas, non parce que tu n'as pas vu la gueule de mon salon, je comprends mieux pourquoi y en a qui disent qu'il ne faut pas emmener de travail à la maison quand je vois le dégât de bouquins qui trainent partout. Et puis la pile de rêves à analyser en retard aussi, faut absolument que je trouve 4h de temps pour régler ce problème. Bref, entre ça et le taf, je vais pas trop avoir de temps ni pour trainer ni pour dormir.
Le tout dans une ambiance tropicale, bien sûr, que ce serait bien qu'on en voit enfin le bout.
Du coup ça fait un moment que je rumine tranquillement que, plus on en fait et plus on doit en faire. Que de ne pas faire de liste encombre à n'en point douter le cerveau inutilement, mais que d'en faire te conduit doucement mais surement à la culpabilité quand tu la vois grandir sans bouger le petit doigt, t'obligeant à Faire, sans que jamais ça ne s'arrête ce qui est à la longue très désagréable. J'en ai déduis qu'il fallait que je me mette à ne rien foutre et je réfléchis actuellement à la manière de mettre ma volonté à exécution.

Partager sur Facebook