Soumission – Houellebecq

Juste après avoir fermé la quatrième de couverture, j'ai tout de suite su qu'il allait m'être très très compliqué de parler de ce truc car quand il n'est pas ennuyeux, il est énervant au plus haut point.
Pour poser le décor, c'est l'histoire d'un prof d'université alcoolique (j'ai moi-même failli finir le livre complètement bourrée par procuration), qui... Qui a une vie dont je ne voudrais pas pour tout l'or du monde tant elle est emmerdante comme un après-midi chez la grand-tante Micheline. Le type est dans une misère affective telle qu'après le départ de sa sexfriend (qui taille des pipes divines) juive en Israël il se paye des putes sans jouir (sauf une fois), puis, il atterrit dans le sud de la France pour visiter je ne sais plus quel bled (j'ai probablement du avoir une absence), pour finalement retourner gentiment à Paris. Pendant ce temps là, la France est donc passée sous un régime musulman et je passe volontairement le passage de la retraite spirituelle dans je ne sais quel institut catholique sous silence tant il n'a strictement aucun intérêt.
Jusqu'ici, pas de quoi s'arracher les cheveux au nom de la sacro-sainte islamophobie.
Soumission est d'une nonchalance sournoise, c'est la petite promenade de santé du professeur qui batifole dans une jolie prairie avant de foutre un pied sur une mine. Au delà de ça, et en un certain sens, il présente aussi l'islam comme la solution à tous les problèmes rencontrés actuellement et depuis bien longtemps dans notre pays, pour finir par jeter à la gueule du lecteur, de manière très élégante, ce que serait la France sous un régime musulman: un parasitage religieux de toutes les institutions et les femmes à la maison. Pendant que le chômage disparait à mesure que ces dernières disparaissent de la société sous leur voile, les hommes se convertissent en s'inquiétant de savoir à combien d'épouses ils pourront prétendre.
Il n'y a pas grand chose de plus à dire alors allons directement à ce qui intéresse tout le monde. Est ce que ce bouquin est réellement porteur d'un message islamophobe?
Effectivement en tant que femme, je me suis sentie d'une humeur à faire d'un bataillon d'hommes une nouvelle chorale et ce, sans être profondément féministe, du coup dans une vision plus large, je comprends que ce livre ait fait tant de bruit, mais je ne pense pas que la cause soit réellement un pseudo message islamophobe.
Soumission est un roman, son histoire est disons le franchement inexistante de même qu'elle prend racine dans une éventuelle configuration sociétale future. Tout est définitivement très fictif sauf, les principes religieux qui y sont décrits. L'auteur raconte des faits sous un régime musulman "modéré" et chacun en tirera les conclusions qu'il voudra. A aucun moment il ne présente l'islam comme un truc horrible, pas plus qu'il n'incite le lecteur à aller en ce sens, d'ailleurs ce bouquin est tellement neutre qu'il en devient d'une insolence crasse.
Après si l'on considère avec quelle force Soumission ait pu faire grincer des dents, si ce n'est pas à cause d'un message islamophobe comme il a été dit, qu'est ce qui est si dérangeant?
Et bien, peut-être parce que dans le fond, on se doute qu'un tel régime ne serait pas forcément bien accueilli dans un système occidental tel que le notre, par conséquent, afin que tout le monde puisse garder une opinion très vague sur une telle hypothèse, il ne fallait surtout pas mettre sous le nez du plus grand nombre une représentation concrète de la chose. Mais si cela se produisait, si on avait un président musulman, je ne vois pas en quoi cela pourrait être différent de ce qui est décrit, puisque c'est comme ça que ça se passe déjà ailleurs. Au final tout ce bruit est juste provoqué par la peur de l'Opinion, on hurle à l'hérésie dans une tentative vaine d'orienter l'air de rien le jugement du lectorat, parce qu'en France, même si on marche pour la liberté d'expression, il n'est pas bien vu d'avoir une opinion, surtout si elle est à l'inverse de ce qu'on veut qu'on pense.
Et ce sera tout. Sinon c'est bien écrit, très chiant, mais bien écrit.

Partager sur Facebook