Non mais you’re welcome, c’est cool

Les gens sont rentrés de vacances, ils ont repris le chemin du travail ils se servent donc à nouveau des routes et ça se voit.

Je n'ai pas pris une fois le volant aujourd'hui sans suspecter la présence d'une cape d'invisibilité sur ma voiture tellement je me suis faite couper la route/la prio, même les motards ne mettent plus le cligno... Je ne sais que dire de plus. Le code de la route se perd autant que le reste et il va falloir que je me décide, mais surtout que je trouve du temps pour faire ma vidange.
Dans la continuité de ma semaine folle ce matin je suis allée à la parapharmacie en quête d'une crème de jour, une énième crème de jour parce que c'est un fait établi qu'après deux semaines d'utilisation chaque crème que j'ai pu avoir ne me va plus. D'ailleurs aucun type de crème ne me va quel(le) qu'en soit la fonction ou le prix ou la marque, ça se voit pas là mais au moment où j'écris ces mots je ne suis que désespoir. Plus de cinquante euros plus tard je suis encore partie avec une nouvelle crème, que je n'ai même pas encore essayé tant l’enthousiasme du nouveau produit m'a quitté depuis des mois. Bien sur qu'elle va marcher, que pendant les 15 prochains jours j'aurai une peau fabuleuse mais comme d'habitude nous devrons nous séparer car ça va partir en couille avant la fin du flacon. Autant te dire que mes copines sont contentes hein mais bon moi, j'en ai marre.
J'ai fait un peu de shopping et j'ai trouvé tout ce que je voulais

Ou pouvais car finalement je n'ai pas eu le temps de chercher le reste.
Et le vigile a mis deux minutes pour fermer mon sac d'achats en apposant trois autocollants sur les bords afin que je puisse rentrer dans Leclerc en toute sécurité pour leurs produits. Heureusement que je n'ai pas de pulsions klepto et que j'étais pas pressée hein, à deux secondes près c'est moi qui finissais de les coller.
Ma fesse gauche exhibe quant à elle une splendide piqure de moustique, et n'en déplaise à un certain, si, ce bouton fait au moins 10 centimères. Ca fait deux fois que je me fais piquer dans ce jardin (un vrai jardin, c'est pas le petit nom de mon cul merci) alors qu'a priori personne ne s'est fait piquer là, à la troisième je hurle à la conspiration.
Avons tout de même terminé avec brio la to do list d'aujourd'hui sans trop de mal et dans une zenitude totale, et ça aurait pu être encore mieux si je n'avais pas décidé hier soir de me mêler avec la meilleure volonté du monde, de quelque chose qui ne me regardait pas vraiment. Ça me semblait grave et de fait important, j'étais à demi étonnée que personne ne fasse quoique ce soit pour arranger la situation, j'ai donc cherché des informations pour y revenir ce soir avec une solution. Et quand j'ai rappelé, on m'a dit que finalement tout ceci avait été fait il y a quelques mois ce qui rendait complètement caducs les faits avancés la veille.
Je ne vais pas parler du temps que ça m'a fait perdre car si je l'ai perdu c'est effectivement que je l'ai bien voulu bien que je pense que n'importe qui (ou pas..) aurait fait la même chose, mais qu'on me fasse un gros coup de théâtre avec option fin dramatique et qu'on me la refasse le lendemain en version tout va bien. J'ai un peu l'impression de m'être faite foutre de ma gueule. Mais passons, l'important est que tout aille bien et qu'il n'y ait aucun problème! En attendant heureusement que je n'ai parlé de ça à personne car ça aurait pu finir dans un drame absolu. Les gens ne se rendent pas toujours compte de ce qu'ils disent, ni même de la portée que peuvent prendre leurs paroles, heureusement que c'est ma famille, que je connais les oiseaux et que j'ai pris mes précautions, ça me serait retombé sur la gueule en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.
Bref, la mauvaise odeur du cabinet a disparu comme elle est venue, j'ai retrouvé mon jeans et j'ai (re)trouvé comment solutionner mes problèmes d'endormissement, d'ailleurs j'y vais, un autre épisode de Twin Peaks m'attend.
Demain, ça recommence mais en pire.

Partager sur Facebook