Mir express

Tout d'abord désolée pour le manque de nouvelles... Auprès de tout le monde, appels, mails, sms, signaux de fumée et pigeons voyageurs. Surtout les pigeons voyageurs vous connaissez mon amour pour le balltrap, que je suis astigmate et que les accidents arrivent vite. Objectivement je préfère rester seule en ce moment. Trop de tout, d'une certaine manière, je sature.
Dans la continuité de la suite, la semaine fut intense à tous les niveaux, jusqu'au plus inattendu.
Du taf pour commencer où même si j'ai des cas passionnants et que je m'éclate, je prends un plaisir totalement insatisfaisant à travailler pour l'état ce mois-ci, de fait je suis dans un état d'allégresse proche de l'envie de vitrifier la France entière. J'ai fait une consultation par terre (concept), d'autres quasiment dans le noir total tellement j'avais la migraine. J'ai donc noté qu'il ne fallait pas laisser sortir une grosse colère entre deux rendez-vous, j'avais pas eu de migraine comme ça depuis presque dix ans, et non ma dernière gueule de bois ne compte pas. A côté de ça tous les médecins a qui j'ai eu affaire ont décidé de m'appeler docteur... On ne reviendra pas là-dessus mais ça me fait toujours autant rire.
Du reste, je travaille activement à me remettre en état, dans mon état physique normal, et je ne perds pas espoir qu'un matin je me lève enfin avec autre chose que la tronche d'un cadavre.
Et le reste...
Pour commencer je vais toujours bien, je suis juste épuisée et déboussolée, d'où mon silence et ma très faible présence en ligne.
Y a trois semaines ou deux on me cassait les couilles avec mon poids (qui n'a pas évolué), maintenant, j'aimerais que certains arrêtent de me rabattre les oreilles avec des idées toutes faites sorties de nulle part. C'est à dire que d'entendre des "oh mais tu es psy, tu comprends, tu vas bien". Schématisons clairement la connerie de cette phrase, une bonne fois pour toutes. Par exemple, tu mets le pied dans un piège à loup, le piège se referme, est-ce que de comprendre que tu as mis ton pied dans un piège à loup te soulage? Est-ce que de savoir ce qui se passe enlève le fait que t'es en train de te faire ravager la jambe? Non. Est-ce que le fait de te sortir du piège efface la blessure? Toujours pas. Est-ce que vous comprenez là, à quel point vous avez l'air con de dire des choses comme ça? Je l'espère.
Mais oui, sinon je comprends, et ça ne me sauve pas. Je comprends même toutes les personnes concernées. Pas à cause de mon métier, juste par rapport à mon vécu qui est à peu près celui de tout le monde puisqu'on fait tous les mêmes conneries.
Un jour j'ai été celle qui s'est paumée et qui a fait n'importe quoi en entrainant une personne qui n'avait rien à voir dans ma problématique que je traversais, et j'ai tout perdu. Une autre j'ai aussi été celle qui a voulu croire et qui s'est prise une porte en pleine gueule, et encore moi on m'avait pas prévenu et j'ai passé des mois à m'user. Depuis j'ai plus jamais pris quelqu'un pour un pansement, et j'ai toujours fui comme la peste les mecs en indisponibilité affective. On est humain, on merde, on apprend... Ou on est con et on recommence indéfiniment mais là n'est pas le débat. A un moment faut juste accepter qu'on est potentiellement tous le connard, le pansement ou la salope de quelqu'un, et que ça ne nous définit pas pour autant car il est impossible de ranger qui que ce soit dans une seule case. Nous sommes pleins de choses, aussi bonnes que mauvaises.
Pour finir j'ai compris aussi ce que j'avais branlé moi, pour le coup, mes conneries, mes responsabilités et la globalité de tout ça est que je ne vaux pas mieux que les autres. Pourtant on peut aussi penser que je me réjouissais du désastre, en bonne sorcière qui se respecte. Le truc c'est que je ne suis pas plus une sorcière qu'une personne qui se réjouit du malheur des autres. On a tous notre lot, pour ma part j'expérimente une situation que je n'ai jamais vécu, qu'à la base je pensais douloureuse mais simple, alors qu'en fait c'est pas simple du tout. Je suis partie dans une mauvaise direction avec une blessure que personne ne peut soigner à ma place, et que je ne sais toujours pas comment soigner d'ailleurs, alors chacun sa merde.
La vie continue, elle continuera d'une manière ou d'une autre, personne ne va mourir et ça va passer.
Vous savez à quoi je pense depuis trois semaines et qui me chatouille 20 fois par jour? Une putain de retraite spirituelle dans le désert avec 100 grammes de s**t et du bon son. Je sais que j'ai annoncé G9, avec du recul je commence à me rendre compte que j'ai peut-être été un peu trop ambitieuse en comparaison avec mon envie de me retrouver seule avec moi-même.
Passez une excellente fin de week-end <3

Partager sur Facebook