Merci d’être passé(e)s!

Être seule est une chose, se sentir seule une autre que je considère comme largement plus désagréable.
Je suis souvent seule, et maintenant je peux le dire sans avoir peur d'une vague de contestations émanant de personnes outrées par ce propos qui affectionnent particulièrement de me dire que non, "tu n'es pas seule". Dans les faits, si, je suis pourtant bien seule et comme toujours je gère ce que j'ai à gérer seule. Que ça aille bien ou que ça aille mal, je ne moufte pas trop, d'ailleurs ça m'est souvent reproché et donner l'impression à mes proches de les mettre à l'écart est quelque chose qui m'a parfois fait culpabiliser.
Hier fut une de ces journées abjectes comme je ne les supporte plus, encore que si on considère que comme cette fois je n'ai pas mal au dos, je l'ai peut-être mieux vécue que la précédente. Quoiqu'il en soit, on m'a tellement répété qu'il fallait que je le dise quand ça n'allait pas que quand j'ai commencé à perdre pied, je l'ai dit. Et le résultat fut aussi saisissant que j'ai passé la journée d'hier à me geler...

... Et putain je sais pas vous mais en ce moment je pourrais vivre sous une couette que je serais toujours en train de cailler. En gros sur le nombre, tout le monde a répondu, mais un seul à répondu présent. Et étrangement, ou pas, pas la personne qui me reprochait le plus de ne rien dire. Bien que je n'ai pas fait de demande expresse j'ai clairement enclenché l'alarme et si je suis allée me coucher plus apaisée, d'un autre côté je me suis aussi sentie très déçue, et relativement seule, sentiment qui comme je l'ai déjà dit, est parfaitement désagréable au dernier degré.
Je ne demandais ni à ce qu'on s'implique à ma place, ni qu'on me porte, ni la lune, n'importe qui aurait pu me dire ce qui m'a été dit, tout le monde était en capacité de le dire aussi, à ce stade la seule différence c'est l'envie de vouloir le dire.
Peut-être que les jolis discours complaisants qu'on m'a servi pendant toutes ces années n'ont eu que l'utilité de rassurer les gens qui les tenaient, peut-être qu'ils m'ont aussi permis de vivre dans l'illusion d'être bien entourée. Sûrement. Peut-être qu'au final tout le monde était bien content que je me taise car c'est vachement plus facile d'arriver quand la tempête est terminée et de s'insurger de ne pas avoir été convié(e), que de faire trois pauvres pas sous un déluge qui ne nous appartient pas.
Je ne regrette pas de vous avoir tenu la main pendant que vous traversiez des choses pas drôles de votre côté, j'espère que ça vous aura servi à quelque chose, ou que ça vous aura un peu aidé. Je ne vais pas bouder pour si peu, par contre il est bien naturel qu'il faille maintenant m'oubliez en cas de misères, toutes catégories confondues, au même titre qu'à l'avenir, si d'aventure vous vous demandez "pourquoi je n'ai rien dit", je vous serai reconnaissante de ne pas le faire tout haut maintenant tout le monde sait que j'ai de bonnes raisons de me taire, car ça pourrait devenir plus gênant que ça ne l'est déjà.
Bonne journée les gens, tenez vous au chaud.

Partager sur Facebook
Thématiques : -