L’illumination tardive

Sans considérer ceci comme une résolution, en 2015 j'ai décidé de me ménager et de faire un peu plus gaffe à moi. Si je fais le calcul, ces trois dernières années ont été riches en beaucoup de choses plus ou moins bonnes mais fatigantes dans tous les cas. Je suis dans une dynamique telle que je ne me suis pas posée, et que je n'ai pas le temps de le faire non plus. Seulement au bout d'un moment, l'hyperactivité peut poser problème, en particulier quand on a un sens de l'organisation digne d'un homme. Ce qui est mon cas.

Je ne suis pas du genre à procrastiner, pourtant à vue de nez, c'est ce que j'ai fait les 6 derniers mois. Sans vouloir me dédouaner, je tiens une sérieuse couche de fatigue depuis un long moment, c'était quasi obligatoire que je rentre dans une phase très économique à un moment donné. Pas que j'avais forcément la flemme même si c'était un raccourci confortable, mais dès que je pouvais je me reposais en remettant certaines choses au lendemain. Ça a fonctionné pendant un temps, puis à mesure que les choses s'amoncelaient plus du tout.
On n'imagine pas à quel point garder des choses en suspend peut encombrer l'esprit, le moindre petit truc prend une place considérable dans la cervelle et au final ça vient juste parasiter la moindre action même la plus anodine. Au final j'étais tellement en train de penser à tout ce que je devais faire et tellement occupée à ne rien vouloir oublier que je faisais encore plus de conneries, que j'oubliais encore plus de trucs et que je faisais tout à moitié. C'était juste à en piquer des crises et je dormais sacrément mal en plus.
Du coup, j'ai fait un truc inconsidéré.
Ce matin, presque au chant du coq, j'ai fait une liste de tout ce que je devais faire. La troisième liste rédigée par mes soins en 33 ans car, je ne vois aucune putain d'utilité à faire une liste, pas même pour les courses. La liste, représente à mes yeux une action chronophage inutile destinée à être oubliée là où elle a été rédigée, rien de plus.
Rien que le fait de lister tout ce que je devais faire m'a... Alarmé oui c'est sur, n'importe qui aurait hurlé devant ce truc de cinq mètres de long, mais m'a sacrément allégé l'esprit aussi. Ceci fait, s'agissait juste de faire le tri et de passer à l'action.
Changer la vignette de l'assurance par exemple, c'est pas un truc chiant à vous en faire un second trou de balle, mais ça faisait un mois et demi que je me faisais violence pour mettre la nouvelle en oubliant systématiquement de le faire tous les jours (voire plusieurs fois par jour, sisi le boulet). Bon ben ça c'est fait et ça m'a pris deux minutes que je ne prenais pas depuis quelques semaines. Et sans aller plus loin dans les exemples car comme vous pouvez le constater c'est vraiment pas passionnant (j'ai résilié une ligne téléphonique aussi, procrastinage qui a coûté environ 600€), j'ai rayé je ne sais combien de choses sur ma liste aujourd'hui, et j'ai fait plus de choses en quelques heures que je n'en ai faites en 6 mois, le tout sans me stresser et en m'accordant un créneau pour bosser. C'est d'ailleurs le point le plus important de cette journée: à aucun moment je n'ai stressé et ça fait des mois que je n'ai pas passé 24h sans ce putain de stress de merde! Comme quoi, il ne faut jamais sous-estimer les bienfaits d'une liste inutile (de cinq mètres)!
Pour conclure je crois que mes 6 mois de procrastination vont me valoir une semaine pour mettre ma ShitList à zéro. La prochaine fois, je m'y mettrai plus tôt.

Partager sur Facebook