Les jours où Ça veut pas

Tout commence le matin d'une journée où, pour une fois, je n'avais pas de consultation. La veille j'avais prévu rapidement de rentrer quatre shootings sans pression aucune et le matin, je prépare mes affaires et je pars, avec mon assistant-branleur. Mon chien quoi.
J'arrive, je prépare le setup jusqu'à ce que je me rende compte que je n'avais pas mes pinces de fonds, et que ces dernières demeurent bien évidemment introuvables sur place sinon ce serait tout de suite moins marrant. Je laisse tout en plan et repars chez moi des fois que. Rien. Je repars, et impossible de me garer car en 10 minutes les quatre places dont la mienne ont été prises entre temps. Je me gare donc à cents bornes, je m'énerve un peu, je reviens au point de départ et là je retourne TOUT. Je suis définitivement toujours d'une efficacité redoutable pour vider tous les placards, les cartons et les tiroirs, mais toujours pas de pinces malgré presque une heure de recherches et un bordel maintenant monstrueux.

Ne souhaitant pas m'agacer plus que de rigueur alors que je sillonne les lieux en long en large et en travers tout en piétinant tout ce qu'il y a par terre suite à la crise-placards, je me pose deux secondes pour noter une idée de shoot qui n'a strictement rien à voir et je retrouve, totalement par hasard et dans un endroit complètement improbable: mes pinces. A ce stade j'ai plus d'une heure de retard, je ne saute pas de joie et prends plutôt la chose comme la blague du plus mauvais goût du monde dans le contexte.
Malgré tout et surtout malgré mon envie de rentrer tout court, je me prépare rapidement et tente au moins de caser un shoot, c'est ici que mon chien se manifeste pour me faire comprendre que ça ne va pas du tout. Effectivement si je considère les symptômes que je ne tiens pas à détailler, ça ne va carrément pas. J'appelle le véto, prends rendez-vous au plus vite, installe le chien dans son dodo et tente de continuer ce shoot que j'ai définitivement du mal à entamer, sauf qu'avec un chien qui vient se "ratatiner" dans tes jambes c'est compliqué. J'ai abdiqué, terminé rapidement, me suis dé-peinturlurée et je suis partie. Quand ça veut pas, ça veut pas.
L'attente jusqu'à l'heure du rendez-vous a été affreusement longue et j'ai gagné le droit de remettre ça demain, mais cinq shoots en une journée, ça me semble un peu prétentieux.
En arrivant chez moi ma mère m'appelle pour m'informer que j'avais oublié mon portable perso, parce que la règle dans sa petite manie du contrôle c'est de ne pas le dire trop tard afin que je ne m'en aperçoive pas avant elle mais pas trop tôt non plus histoire que ce soit elle qui fasse que je doive y retourner, c'est son grand kiff. J'ai abdiqué pour la seconde fois, le chien a fait 4 trajets malade dans la journée c'était vraiment pas cool pour lui, alors qu'il reste où il est ce téléphone, les réseaux sociaux se passeront de moi, je ne veux plus entendre parler de rien, bisous.

PS: Ce post ne sert strictement à rien mais il m'a fait du bieng :3.

Partager sur Facebook