Le retour d’Avril Laguigne

Je sais pas vous mais moi, y a des jours où je me lève et je te bouscuuuuule, je fais mon thé, je zone sur mon téléphone et je ne le sais pas encore mais ça va être la journée de toutes les conneries, une journée estampillée Laguigne. C'était je ne sais plus quel jour, je ne m'étais même pas spécialement levée avec le cul dans la tête et pourtant même si ça avait été le cas ça n'aurait pas pu être plus ridicule.
Ce matin là, je n'avais plus de eliquide alors je décidais, bravement, de faire mon mélange nicotine/eliquide. Et je dis bravement car ajouter 10ml de nicotine dans un flacon de 50ml est une véritable aventure. Je ne sais pas quel ingénieur s'est penché sur ce détail insignifiant mais l'embout du flacon de nicotine ne passe pas dans l'embout du flacon de eliquide (qui ne s'enlève pas, je vous vois venir) par conséquent, je n'ai rien trouvé de mieux que de me servir d'une seringue pour faire mon mélange.
Sauf que, la nicotine étant dans une solution assez visqueuse, il faut appuyer comme une morte sur le piston... Pendant de loooongues minutes. Et avec la pression, en faisant gaffe que ça n'explose tout simplement pas.
Bon ben ce matin là, j'ai versé ma nicotine dans la seringue sauf que j'avais pas mis l'aiguille donc tout était sur le plan de travail. J'aurais pu m'arrêter là et nettoyer en râlant comme une truite pelussinoise mais ceux/celles qui me connaissent savent que le matin je suis vraiment très obstinée et pas forcément dans le bon sens. Alors je suis allée prendre une base nicotinée dégueulasse dans mon frigo parce que j'avais espoir que comme ce n'était pas moi qui faisais les dosages d’arômes cette fois, ce soit moins infecte. J'ai commencé à verser la nicotine dans la seringue en ayant pris soin de mettre l'aiguille cette fois. Et puis comme ça se passait un peu trop bien, en remplissant le flacon d'eliquide je me suis donc pris une faciale.
Une faciale comme j'en ai rarement vue, qui s'éparpille sur le sol, le mur, la crédence, la hôte, le plan de travail, la fenêtre et dans mes cheveux (la base).

Au final le eliquide a fini à la poubelle car la base est toujours dégueulasse, et j'ai du nettoyer la quasi totalité de la cuisine alors que j'étais déjà en retard.
Whatever après les grands travaux j'arrive enfin à rejoindre la salle de bain pour me laver et préparer les affaires dont j'avais besoin pour me relaver après la piscine en arrivant au boulot. Pour la petite question non je n'arrive pas à aller à la piscine sans m'être lavée, je sais que ça n'en dérange pas certain(e)s de sauter dans la flotte au saut du lit sans être passé(e)s par la case douche (et j'évite très fort d'y penser quand je dois partager la même piscine d'ailleurs) mais même en retournant le truc dans tous les sens je trouve ça dégueulasse alors je préfère l'illogisme d'être propre pour aller me salir avant de me relaver. J'essaie de bloquer la pompe d'un flacon afin qu'il ne coule pas dans mon sac à dos, vous savez, en tournant la pompe sur le côté? Le truc pseudo super pratique et simple sauf que ça marche environ jamais? Pleine d'espoir je tourne donc la pompe et j'appuie pour tester si c'est vraiment verrouillé. Au début je pensais que c'était bon...

... Mais ça ne l'était pas. La petite résistance à la pression étant en fait un bouchon de produit ayant séché avec la chaleur et un geyser de lotion est allé violemment décorer le mur.
Très bien.
Seconde session nettoyage en me demandant si finalement, je n'avais pas des envies refoulées de rénovation ou si j'étais pas possédée par Valérie Damidot, un truc du genre. Mais non... Non c'est juste que le matin c'est le matin et que tu peux pas lutter. Je me suis malgré tout félicitée d'avoir pissé proprement aux toilettes en me levant car ça aurait pu être pire.
Après m'être préparée et après avoir rassemblé mes affaires, j'attaque la dernière ligne droite avant de décamper: la promenade des Mexicains. C'est donc tout à fait naturellement qu'en fermant la porte d'entrée, je me suis retrouvée, avec la poignée dans la main...

... Sur le pallier bien-sûr. Après avoir torché vaillamment la cuisine et la salle de bain tu penses bien que je n'allais pas me laisser abattre par un vulgaire bout de métal alors j'ai réparé. Sommairement d'abord pour pouvoir rentrer et sortir et complètement par la suite. Et comme je n'avais cassé QUE la poignée je me suis retrouvée à changer la totalité du mécanisme. Normal. Au moins maintenant, on aura qu'à dire que je sais faire.
Par contre, je n'ai plus rien touché de la journée. Rien-du-tout. Et je ne touche pas grand chose depuis non plus, on ne sait jamais!