Le jour où j’ai fait un scanner thoracique

Arrive un moment dans ta vie de fumeur, où il faut que tu saches.
C'est à dire que ces dernières années, il ne se passe pas une journée sans qu'on te dise que tu vas crever à cause du tabac, un jour, sans que tu ne jouisses de la vue d'une merveilleuse tumeur (avec diverses variantes plus ou moins réjouissantes), ou sans que tu ne vois un spot publicitaire culpabilisant quant à ta condition de fumeur ET à-ta-mort-d'un-cancer. C'est pas comme l'alcool, on ne te dit pas de fumer avec modération, le tabac tue, sans compromis: tu fumes tu crèves, stérile, fripé, édenté et impuissant. Partant de là, la seule chose que tu peux attendre de la vie, c'est quelques années avant l’immuable échéance de crever en t'étouffant dans tes miasmes.
Ca fait quinze ans que je fume, seize, précisément, et même si je ne suis définitivement pas influençable, ce putain de tapage médiatique à fait que depuis quelques mois (pour pas dire plus d'un an) non seulement j'ai toujours pas arrêté de fumer, mais en plus j'étais tellement convaincue d'être malade que... J'étais juste convaincue d'être malade.
Jusqu'au moment où j'en ai eu plein le cul et que j'ai commencé à y réfléchir. C'est bien beau d'angoisser sur des suppositions mais ça ne peut pas durer 100 ans, à un moment, il faut soit valider la cause soit l'écarter mais au moment de cette fâcheuse épiphanie, passer une radio des poumons était encore hors de ma portée.
Jusqu'au moment où j'en ai vraiment eu plein le cul et que je suis allée demander une radio. Mais la radio ça sert à rien, il faut faire un scanner, très bien allons-y pour le scanner. Le pire étant que, quand n'importe qui même le toubib m'a demandé pourquoi je tenais à faire ça, si j'avais des douleurs, une toux, des trucs ou des machins, je n'avais rien à déclarer, juste que, je voulais savoir. Au bout de seize ans de tabagisme, il me semblait évident que j'avais quelque chose.
Rendez-vous pris à la clinique pour le lundi soit aujourd'hui. J'ai informé mes plus proches de la démarche sans rentrer dans les détails, et la nouvelle s'est répandue comme une trainée de poudre. Sur le nombre de réactions auxquelles j'ai du faire face, y a eu du lourd (pardon).
"T'inquiètes, je suis sure que ça va bien se passer"
Effectivement, à moins que le scanner n'explose, je ne vois pas non plus en quoi ça pourrait mal tourner.
"Mon dieu mais pourquoi tu fais ça??????? *insérer des moues horrifiques ici* Bon aller, ça va bien se passer"
Combo du lol et de la crédibilité.
"Je suis sure que tu n'as rien!"
Merci Dr Pouet-Pouet!
"Tu ne devrais pas chercher des problèmes où il n'y en a pas!"
En gros j'aurais aussi pu bouffer un fortune cookie.
Globalement la plupart des fumeurs sont très rassurants sur le sujet, d'ailleurs l'examen leur semble tellement anodin qu'ils n'y vont jamais.
J'ai pas passé la nuit du siècle, encore moins la journée du siècle, il faut être fumeur pour comprendre ou imaginer la charge de stress que tu prends dans la gueule quelques heures avant d'y aller. Ce matin je me suis préparée dans l'idée de petit déjeuner au cabinet avant de consulter, mais pas une putain de boulangerie n'était évidemment ouverte. J'ai attrapé un KitKat en revenant de la banque sous la pluie (détail important car ça a fini de finir mon brushing mal dégrossi), que j'ai bouloté devant la cheminée avec un thé en classant des papiers. J'ai à peu près fumé trois clopes en une demi heure et j'ai finalement bossé. J'ai pris soin de n'avoir de contact avec personne, j'étais pas lunée mais alors, vraiment pas! Par contre j'ai imaginé environ une mort différente par personne que j'ai croisé :3.
J'ai décollé vers 17h, je suis arrivée à 17h19. Comme à la poissonnerie, j'ai pris mon ticket, mis à jour mon dossier et ai attendu dans une salle pleine de gens qui se regardaient bizarrement (où il n'y avait aucun réseau) (pute).

Je suis passée en avance, j'ai pu constater qu'ils n'ont toujours pas décidé de se défaire de leur affreuse peinture verte merdique. J'ai enlevé mon soutif, remis mon t shirt et yallah.

Pourquoi vous faites cet examen? Vous avez des douleurs? Est ce que vous toussez? Des expectorations excessives? Vous fumez depuis longtemps? Combien de paquets par jour? Est-ce que vous êtes enceinte? Vous aimez la choucroute?
"Combien de paquets par jour" est un véritable refrain, et quand je dis que je fume environ 10 clopes par jour, on me regarde en se demandant clairement ce que je fous là.
Je m'allonge, lève les bras, l'oreiller est super cool. Je retiens ma respiration quand la machine me dit de retenir ma respiration, et respire quand la machine me dit que je peux respirer. Après trois passages dans le cercle, la session Stargate est finie.
Quarante minutes plus tard, j'apprends que mes poumons sont en parfaite santé... Depuis, je me dis que je dois avoir les artères dans un état déplorable mais pour le coup, j'vais pas forcer la bite.

Partager sur Facebook