It’s been a while

C'est moche de commencer par des excuses, mais je tenais à dire que j'étais désolée pour le manque de nouvelles, et si ça ne concerne pas les gens qui passent par ici, ce sera au moins lu par mes ami(e)s proches à qui je n'ai pas donné signe de vie depuis des jours, voire plus. Ceci étant, les nouvelles ne sont présentement pas si moches ("présentement" car rollercoaster powa: ici une seconde peut tout changer) et il est fort probable que je trouve un peu de temps ce soir pour envoyer quelques messages ;).
La nouvelle version du site est en ligne, d'autres modifications seront effectuées durant les prochains jours car mes volontés ont définitivement été plus grandes que mon temps libre, en attendant les membres peuvent se connecter et les inscriptions sont à nouveau ouvertes.
Je tenais également à dire que j'avais nettoyé la cuisine. Au bout de 6 mois il me semble mais peut-être plus aussi. Avant de hurler à la dégueulasserie sachez que chez moi la cuisine est un peu comme la babiole ramenée de la fête foraine où tu n'es jamais allé(e) et croupissant au fin fond d'un grenier que tu n'as pas non plus. Sauf qu'elle, elle a bien été ramenée de chez Schmidt et que sans être un grenier elle a cette capacité innée à sacrément prendre la poussière étant donné qu'elle ne sert pas si ce n'est pour entreposer le frigidaire. J'étais la première étonnée que cela ne fusse pas plus dramatique et ce n'était pas une absolue nécessité d'y faire un coup de ménage mais j'avais que ça à foutre pour me vider la tête et oui je suis tombée bien bas pour en arriver là. Ayant tout à fait marre d'avoir envie de chialer sans me l'autoriser car au bout de tout ce temps j'ai peur de ne plus réussir à m'arrêter ou que ça fasse bien trop mal, j'ai donc fait la poussière et retrouvé le bouchon du réservoir d'essence de ma voiture. Ouais... Je ne suis plus à une improbabilité près.
Au pays du tout se casse la gueule en une seconde, tout est dans la beauté du contraste.
Entre le noir profond dont on se passerait sans vergogne et le blanc qui t'éclate à la gueule, c'est plutôt violent mais c'est beau. Ça va plutôt mal mais quand le soleil perce au travers des nuages, ça va sacrément bien aussi. Définitivement tu peux tout à fait ressentir que tu étouffes et ne te rendre compte à quel point tu suffoques que lorsque qu'une bulle d'oxygène croise ta route. Dans un autre registre je crois que je ne vais pas tarder à vraiment prendre l'air aussi vite que je vais pouvoir et sur la roue arrière si possible :D mais ça c'est autre chose.
Donc... Vous me prévenez quand ça se termine [bien]? Je suis fatiguée au point où je ne sais même pas comment j'arrive encore à être heureuse parfois, et j'ai juste envie de retrouver une vie normale après 4 années de merde dont la dernière chiasseuse à souhait. Qu'on lui retire vite cette saloperie et qu'on en entende plus jamais parler, ni de cette tumeur ni d'une autre.

Partager sur Facebook