In the pines where the sun never shines

Comme on ne change pas une équipe qui aime faire des shootings improbables, nous sommes donc parties au milieu de nulle part pour une photo que j'avais en tête depuis quelques mois.
Ce truc fut minuté à la seconde pour avoir LA lumière au bon endroit, ça a été une aventure de lol mémorable parce qu'avoir une cape de 2 mètres qui traine dans les ronces c'est pas forcément un truc super pratique dans la vie, d'ailleurs j'ai carrément ramené une grosse branche et ça n'a pas été une partie de plaisir pour la décrocher du velours. C'était le dernier endroit où je pensais croiser quelqu'un mais comme on est bien trop nombreux sur cette planète il a quand-même fallu que deux personnes passent par là dont une qui a failli faire demi tour parce qu'effectivement, croiser une meuf avec une cape noir en pleine nuit c'est pas super super rigolo. A côté de ça j'ai envie de te dire que se trimbaler là-dedans tout seul à cette heure là faut en vouloir, perso je ne suis pas trouillarde mais c'est pas pour ça que je vais chercher les emmerdes par conséquent, j'irais pas m'y risquer.
Ceci fait il a fallu rentrer... Et traverser la pinède en pleine nuit à la lueur du portable c'est une grande aventure de lol mais en plus pincé, le lol. C'est à dire qu'avant de percuter qu'un couple était en train de faire des bricoles dans un coin on riait pas du tout. Après, beaucoup plus.

Mais au final, ça le fait absolument.
Après avoir entasser trois filtres dont un home-made et avoir attendu 4 secondes, ça ne ressemble pas du tout à ce que j'avais imaginé à la base: c'est encore mieux (pour une fois), alors merci aux assistantes, vous êtes formidables!
Bonne nuit les gens :).

Partager sur Facebook