GENESIS 8 is out

C'est la réflexion que je me suis faite quand j'ai vérifié le fichier avant de mettre en ligne l'expo: G8 me rappelle G1 mais en pire, tant par les conditions dans lesquelles elles ont été réalisées que par leurs rendus respectifs, similaires sur bien des points, à la différence près qu'il n'y a aucune once d'espoir cette fois ci. C'est pas ma meilleure, pour plein de raisons mais surtout parce qu'elle n'est très objectivement juste pas ma meilleure. J'irai pas jusqu'à dire que je la déteste, mais elle ne fera jamais partie de mes favorites, malgré qu'elle eut été sympa à réaliser.

G1 c'était l'histoire d'un faux départ, G8 celle d'un train qu'on veut désespérément attraper mais dont les portes sont fermées quand on arrive enfin après avoir bien galérer pour avoir son billet. On regarde le train partir, on reste là, puis un jour on s'en va parce qu'on a plus que ça à faire*.

Elle est éthérée comme un mauvais rêve, elle a l'inconsistance d'une nébuleuse tout en étant grise comme un quai dans la gare de Limoges, je vous présente mon trou dans la poitrine G8.

* Quelques blagues sur la SNCF me sont venues après avoir écrit cette phrase, aussi subitement qu'un bruit de pet au milieu d'un long monologue. On ne se refait pas ;)

Partager sur Facebook