Décret du monde parallèle

Dans moins d'une semaine, ce sera fini, les gens auront laissé de côté leur perfu d'informations et on pourra enfin retrouver des conversations normales.

J'ai hâte.
Il est très simple de décider de ne plus suivre l'actu: tu évites les chaines d'informations et tout ce qui va avec, sauf qu'en cas de crise, c'est pas la même. J'ai dû m'attarder l'équivalent de 15 minutes sur BFM en tout et pour tout depuis samedi. C'est peu mais finalement bien assez puisque tout le monde en parle, comme s'il y avait un accord tacite de circonstances stipulant que tout le monde avait envie d'en entendre parler, IRL et encore pire sur la toile. La moindre information ou le moindre ragot se répand comme une trainée de poudre sur Twitter et environ 95% d'une TL tweet la même chose au même moment ce qui me passe toute envie d'y trainer. Sur FB c'est la même en plus drôle, puisque le nombre de caractères n'étant pas limité les gens peuvent s'engueuler comme du poisson pourri. Ne souhaitant absolument pas prendre part à ces tentatives déplacées d'uniformisation, je n'ai pas [trop] pris le risque d'ouvrir ma gueule, le passage de ma pp en bleu-blanc-rouge était bien assez. Je me suis cependant laissée dire que je faisais "des raccourcis", mais ma présence ici n'étant point pédagogique j'ai pas relevé, ce que je sais je ne l'ai pas inventé, l'information est accessible à tous. A noter aussi pour terminer que j'aurais mieux fait de me retenir de faire un petit hommage pour Diesel avec une photo d'Aloha qui était en train de se vautrer dans ma robe aux couleurs de la France, puisque j'ai reçu une poignée de messages empreints de tristesse pour "la mort de mon chien".

Obviously #Internet.
Aloha est actuellement en train de ronfler comme un sonneur dans mon sac à main dans lequel il adore tellement laisser des poils, il fête ses dix ans et il est assez vivant pour manquer les chaises sur lesquelles il saute pour se ramasser la gueule dans la table de même qu'il s'est copieusement roulé dans la résine de pin hier, tout va bien!
Tout ça pour dire que je passe donc pour une extraterrestre et, parfois quelqu'un de suffisant, car je ne veux rien savoir de ce qui se passe ni même en débattre, mais au moins, je suis au calme :). Le peu que j'ai vu dans la boite à conneries semble être similaire à ce qui était diffusé lors des attentats de C.H.: ils savent pas quoi dire, ils brodent, ils supposent, ils reviennent sur ce qui a été dit [mais qu'ils n'ont pas dit] et surtout ils se répètent pour ne rien dire. Franchement, ça m'a fatigué rien que d'écrire cette phrase. Niveau politique c'est comme d'hab, ça blablate mais ça fera rien, vous pouvez insérer ici une tonitruante flatulence car c'est tout ce que j'en pense.
Du coup j'ai beaucoup bossé sur tous les fronts et beaucoup sur mes prochains shoots, d'une parce que j'en avais marre de voir trainer partout un million de choses, comme d'habitude, de deux parce qu'il va falloir que j'en fasse un de plus qui n'était pas prévu avant un trimestre.
Il y a presque un mois de ça j'avais prévu ceci


Sauf qu'avec les récents événements forcément ça va tomber pile comme de la récup alors que ça n'a RIEN à voir. L'histoire du reshoot de la kalach' m'avait déjà foncièrement saoulée en début d'année, bis repetita, je vais devoir sortir la photo plus tard en attendant que ça se tasse. Franchement, ils ont vraaaaaiiiiment bien mérité de s'être fait trouer la couenne ces enfoiré(e)s.
En attendant, prenez soin de vous et soyez vilain(e)s, mamy vous bisoute.

Partager sur Facebook