Celle qui somatisait

La semaine dernière fut terrible en tous points de vues, j'ai eu un taf monstrueux dans tous les domaines et je ne sais pas combien de trucs annexes à gérer dans tous les sens... En plus des patients-vilains (oui parce que même si je les adore tous ils sont vilains des fois).
J'ai ramené la Twingo avant qu'elle ne me coute 304.90€ en coup de portière, j'ai couru partout et vendredi fut un final absolument mémorable et bien évidemment, un enchainement de merdes en tous genres quand tu es fatiguée et que tu commences à perdre pied.
Vendredi j'ai commencé par dézinguer au téléphone les livreurs de chez Darty alors que j'étais encore sous la couette, j'ai checké mes mails et trouvé un message d'une galerie New-yorkaise me disant qu'ils voulaient m'exposer. J'ai trouvé ça super cool et je suis allée pisser. La veille j'avais déjà commencé à foutre le bordel dans mon planning à cause de la livraison du lave vaisselle, j'ai continué à bordéliser mon emploi du temps pendant que je prenais ma douche car si déjà je pisse rarement tranquille et que je n'ai pas plus souvent l'occasion de bouffer, faut pas s'attendre à mieux pour le reste. Ca doit paraitre invraisemblable aux yeux de certain(e)s ici mais, c'est une question d'habitude, habitude qui fatigue énormément.
Je suis allée au centre commercial pour chercher une commande de fringues car mon intolérance à mes congénères en est au stade où je ne fais plus mes achats sur place (c'est peut-être aussi parce que Noël approche et que les gens level up en connerie à cette période de l'année) et j'ai failli me gadinner monstrueusement sur un truc glissant non-identifié dans le parking où par chance j'ai trouvé une place face à l'entrée (quand-même). J'ai attrapé en passant une chemise qu'il me fallait pour un shooting qui s'est calé à la dernière minute en fin de journée, j'ai commencé une consultation dans la voiture en rentrant, j'ai continué en repassant la chemise, et les livreurs sont arrivés à 12h, une demi heure avant ma seconde consultation, cette fois au cabinet.
Même si les types savaient parfaitement que j'étais pressée et que c'était vraiment pas le moment de faire des phrases dont je n'avais strictement que foutre, ils m'ont quand-même fait un debrief' sur comment marchait la machine... Genre foutre une pastille dans un boitier et fermer la porte c'est le truc super technique de la vie tu vois? BREF. J'ai commencé à rassembler mes affaires avant qu'ils terminent, je suis partie à la bourre, je suis arrivée à 12h25 sur le parking, à 12h26 je faisais marche arrière car c'était blindé de monde, à 12h27 une connasse s'est foutue derrière moi pour ne rien faire, à 12h27 elle n'avait plus de tympan, 12h29 j'étais garée dans la ville d'à côté et 12h30 j'arrivais enfin au boulot.

J'ai enchainé les consultations jusqu'à pas d'heure, j'ai reçu un mail de l'agence qui gérait l'ancien cabinet pour me dire qu'il allait prendre 250€ sur ma caution pour repeindre deux murs que j'avais déjà repeint et un accro qui était déjà dans l'état des lieux entrant. J'ai failli descendre faire bouffer les lunettes de Peine-A-jouir mais j'avais pas fini de bosser ce qui est bien dommage car ça m'aurait vraiment fait beaucoup de bien.
Je suis allée m'acheter des saloperies à manger car je n'avais rien avalé depuis la veille, j'ai fait le setup du studio, j'ai shooté et je suis rentrée à une heure scandaleuse.
Depuis juin/juillet j'ai calmé le rythme car avant c'était comme ça quasi tous les jours. La bonne nouvelle, c'est que j'arrive toujours aussi bien à gérer mon temps dans l'urgence, la mauvaise c'est que ça m'a rappelé des choses bien moins agréable, que c'est pas le moment, et que ça m'a foutu en bad complet les 48h qui ont suivi.
Résultat? Un drame évidemment, mais aussi, pour la première fois de ma vie: un mal de dos qui s'est déclenché hier, pile quand j'ai commencé à décompresser. Je savais que j'en avais trop fait, c'était pas la peine de me le rappeler, mais bon.
Et bien le mal au dos... Ça fait mal au point que tu te déplaces en donnant l'impression d'avoir un bâton dans le derrière, quand tu es allongé(e) pour te lever tu dois rouler, pour t'asseoir tu dois prendre appui où tu peux et pour te mettre debout t'as l'air de rien et tu couines, quand tu éternues... Non faut pas éternuer en fait. Bref t'es enceinte de 12 mois.
Donc hier soir j'ai eu la main très lourde sur la dose de calmants et ça faisait bien longtemps que j'avais pas été déchirée comme ça. J'ai dormi comme une merde, je me suis réveillée avec la tronche d'une taupe et une belle journée plus tard... Le mal de dos s'est envolé aussi vite qu'il est arrivé. Ne sous-estimez donc jamais le pouvoir des orgasmes multiples.
Et pour le reste, après un mail de relance de la galerie qui m'avait contacté, auquel cette fois j'ai répondu, on dirait que tout se profile pour que mon prochain billet d'avion soit à destination de JFK, mais pour le moment je préfère rester calme ;).

Partager sur Facebook