Arrêter de fumer? Trop facile!

Cela fait présentement plus d'un mois que je ne suis pas passée ici, et plus de quinze jours que j'ai arrêté de fumer. Aucun rapport avec la choucroute, mais faut croire que pour mon retour, j'avais envie de rester plate, froide et factuelle. Ce qui est tout à fait conforme à la réalité soit dit en passant.
Voilà, ça y est, je sais ça te surprend certainement (pas que je revienne, mais que j'arrête de fumer hein) autant que moi mais moi et Marlboro, on a vraiment divorcé après bon nombre d'années de vie commune...

Ouais. Tout arrive vraiment Ginette!
C'est pas mon coup d'essai, j'ai essuyé quelques échecs avant, étalés sur des années, je ne suis peut-être même pas totalement sauvée des eaux, mais pour l'heure, c'est terminé et je le vis bien.

Première tentative, l'acuponcture + auriculothérapie

Mon médecin ayant une formation d'acuponcteur, j'en ai profité pour tenter le coup. C'est ici que pour commencer je me suis retrouvée avec des aiguilles dans les oreilles et comme vous pouvez le constater: elles sont un peu grosses. Des aiguilles dans les oreilles que je devais garder jusqu'à ce qu'elles tombent, accompagnées de 3 séances d'acuponctures.
1. La pose des aiguilles dans les oreilles m'a fait un mal de chien, la douleur n'a jamais baissé en intensité, mes cheveux se coinçaient dedans, je ne pouvais plus dormir sur les côtés, pas plus que je ne pouvais me laver correctement les oreilles = quelques aiguilles ont fini par s'infecter. Au final mes oreilles étaient tellement douloureuses que ça me donnait encore plus envie de fumer, je crois même que je n'ai jamais autant fumé que quand j'avais ces merdes plantées dans le cartilage! J'ai fini par souffrir atrocement une bonne fois pour toute en arrachant tout ce merdier moi-même (et bon appétit!). Soulagement extrême!
2. Étant actuellement soignée régulièrement pour des raisons diverses par une MTC tout à fait compétente et fabuleuse, je peux attester que les séances d'acuponcture faite à l'époque par mon généraliste pour accompagner l'auriculothérapie étaient parfaitement inopérantes. Par conséquent, je ne peux pas donner d'avis sur l'efficacité de cette méthode dans l'arrêt tabac, la seule chose que je peux dire, c'est que je mettais l'ambiance avec mes aiguilles plantées partout quand je devais traverser la salle d'attente pour aller pisser. Bref, pour l'acuponcture, adressez-vous à des personnes qualifiées.

Seconde tentative, l'expérience Zyban

Historiquement parlant, le bupropion était utilisé comme anti-dépresseur aux USA quand une psychiatre a constaté que beaucoup de ses patients fumeurs sous ce traitement arrêtaient de fumer spontanément. De là une étude à été menée et c'est ici que le buproprion fut prescrit pour le sevrage tabagique.
Un ami me l'a prescrit à ma demande dès sa sortie en France, c'est à dire il y a un siècle environ, bien que je savais parfaitement que n'étant pas dépressive je ne supportais pas les anti-dépresseurs. Et ce fut un carnage.
Oui, j'ai arrêté de fumer grâce au Zyban, j'avais tellement tout le temps envie de vomir qu'effectivement je n'avais pas la moindre envie de m'en griller une! L'odeur du tabac me filait la gerbe, la voiture aussi (et pas la nausée non, une véritable envie de gerber PERMANENTE!), les jeux vidéos, la bouffe, bref tout. Effectivement je n'ai pas grossi, au contraire étant donné que je ne mangeais quasi plus, par contre je faisais des cauchemars et je ne supportais plus rien. J'étais d'une humeur massacrante, d'ailleurs, j'aurais bien zigouillé tout le monde au sens propre, après je vous vois venir mais non, ce n'était pas dû à l'arrêt du tabac car ce symptôme s'est manifesté dès le second jour du traitement et je n'avais pas encore arrêté (le protocole Zyban veut qu'on arrête seul durant le traitement contraint par les vomissements et non pas en commençant le traitement).
Au final ne supportant pas tous les effets secondaires que je ne vais pas énumérer dans leur totalité, je n'ai pas pu terminer le traitement, mais j'ai tout de même arrêté de fumer pendant 4 mois... Et pris 10kg dès que j'ai stoppé les cachets. Je sais que ça ne s'est pas vu, mais personnellement j'ai très mal vécu d'être grasse comme un cochon.

Seconde tentative avec l'aide d'Allen Carr

Une expérience brève mais intense, j'étais encore étudiante à l'époque et Herr General (c'était le petit sobriquet de ma patronne cqfd) m'avait prêté un livre pour arrêter de fumer qui avait très bien fonctionné sur elle. Je me suis donc mise à lire ce livre qu'on ne présente plus mais dont je n'avais jamais entendu parler: la méthode simple pour arrêter de fumer. En gros, tu lis et tu arrêtes de fumer, chose exacte. Alors que je n'avais lu que les premiers chapitres, je n'ai effectivement plus eu envie de fumer durant toute la journée, mais ça m'a tellement perturbé de ne pas savoir pourquoi je n'avais plus envie que j'ai refumé. Me séparer de ma Marlbo, comme ça? Sans explication? Certainement pas! En gros... Je pense que ce bouquin fonctionne mais faut accepter de ne pas savoir comment ça marche, perso, c'est pas pour moi.

Troisième tentative, à la cool

On le sait, on arrête rarement de fumer du premier coup, il faut essuyer quelques échecs avant d'y arriver, donc autant réfléchir à ses derniers et en tirer des leçons si c'est possible.
Si toutes mes tentatives ont été fortuites, c'est parce que je n'avais pas de raison d'arrêter de fumer. J'aimais fumer mais je voulais juste arrêter parce que c'était mauvais pour la santé alors que je n'avais pas de symptômes particuliers, et parce que ça coutait cher, alors que je n'avais pas de problème d'argent.
Ça faisait bien deux ans que fumer me faisait chier, au moins pour 80% des cigarettes. Je trouvais ça handicapant de toujours penser à mes clopes, de devoir arrêter ce que j'étais en train de faire pour-aller-fumer, j'avais du mal à supporter l'odeur en général (mais pas de mes cigarettes lol), en gros clairement, ça m'emmerdait. Je me suis remise à l'ecig et ma consommation de clopes a diminué de moitié, soit 10 clopes par jour. Est arrivée ici la maladie de ma mère, qui bien que n'ayant aucun rapport avec la cigarette à la base, a fini par métastaser, entre autre, dans les poumons. Ce n'est pas ça qui fut l'élément déclencheur de mon arrêt tabac pour autant, mais j'ai vu assez de choses horribles pour que ça me conforte dans ma démarche. A l'époque, étant circonstanciellement et regrettablement en contact régulier avec des oncologues j'ai pu obtenir des informations concrètes et les réponses à toutes mes questions concernant le tabagisme afin d'en tirer mes conclusions.
Au vu du nombre de substances dégueulasses contenues dans mes cigarettes habituelles (et dans les autres aussi), ça peut sembler nul, mais je me suis mise à fumer des cigarettes sans additifs, et je pense que ce fut un élément clé dans mon parcours. Fumer du tabac sans additifs, on va pas se mentir c'est un peu comme fumer du foin, pas que ce soit infecte, mais c'est pas une Marlboro quoi. A côté de ça, tout en continuant à fumer, j'ai constaté que je n'avais plus les envies compulsives d'en reprendre une que j'avais avant, mais que ces envies revenaient dès que je fumais une cigarette classique. J'en ai déduit qu'au delà du petit gout d'y reviens-y, y avait quand-même bien une substance qui créait une dépendance supplémentaire dans les cigarettes ordinaires. Ça m'a gonflé.
A la fin, soit à 5 clopes par jour, j'oubliais quasi systématiquement mes clopes ou mon briquet quand je devais aller quelque part, voire même j'oubliais carrément de passer en acheter en sortant du boulot et je me retrouvais sans clope chez moi, ou sans avoir de quoi les allumer, des fois j'oubliais même de fumer tout court, en gros mon tabagisme était devenu une véritable expédition punitive. L'évidence était qu'au travers de tous ces actes manqués, mon inconscient me rappelait chaque jour, voire plusieurs fois par jour qu'il était temps d'en finir avec le boulet-clope, et j'ai fini par l'écouter. Après trois jours à n'en fumer qu'une, soit les trois dernières qui restaient dans mon dernier paquet, j'ai arrêté la cigarette.

A partir du moment où l'on est sûr de vouloir arrêter de fumer soit quand on sait pourquoi on le fait, tout est facile et ça, c'est clairement la pierre angulaire de la démarche. Se fixer une date n'est pas nécessaire, bien au contraire, la tâche de stopper le tabac étant réputée délicate, c'est à mon sens s'ajouter un facteur stress inutile au même titre qu'officialiser sa démarche auprès de son entourage. On n'est pas là pour prouver aux autres qu'on peut le faire, on va le faire pour soi, peu importe le temps que ça nous prend, on n'a pas de compte à rendre. Pas la peine de se frustrer inutilement, frustration = envie de fumer, si on ne peut pas encore faire l'impasse sur la clope post repas et bien on ne le fait pas, on gèrera ces cigarettes plus tard, ce n'est pas un échec c'est de la priorisation. On essaye de comprendre sa consommation de tabac, à différencier le réflexe de prendre une cigarette soit celle dont on n'a pas spécialement envie mais qu'on allume quand même pour s'occuper (et ce sont les plus nombreuses) et la réelle envie de fumer. Et quand on a vraiment envie de fumer ces quelques clopes, et bien on les fume. En fait, c'est un cercle vicieux qui marche dans les deux sens, si plus on fume plus on a envie de fumer, sachez que l'inverse est tout à fait vrai également.
Selon les différents tests, j'étais une grosse fumeuse et très addict. Encore une fois, les tests sont ce qu'ils sont et je tombe à côté. Certes, j'allumais ma première clope dans le quart d'heure qui suivait mon réveil, mais en y regardant de plus près, je l'allumais par réflexe et non par besoin. Si je n'y pensais pas, ou si j'avais mieux à faire, je pouvais l'allumer 4h après être sortie du plumard sans que je ne ressente de manque. Un paquet de cigarettes par jour? Oui tout à fait, mais en m'observant, j'en brulais plus pour avoir quelque chose à la main que je ne les fumais réellement. En gros, les tests c'est bien, mais c'est à prendre pour ce que c'est, l'important encore une fois, c'est d'apprendre à connaitre ses propres habitudes.
Aujourd'hui je ne fume plus, mais je vapote mes 6mg de nicotine ("grosse fumeuse" hein? lol bordel de tests à la con) raisonnablement. Je ne me suis pas ruée sur la bouffe, je n'ai pas (encore?) grossi, je n'ai pas d'envie de meurtre ni de fluctuation d'humeur, la fumée des autres ne me dérange pas, je ne suis pas partie en guerre contre le tabac, je n'ai pas d'envie de fumer particulière, et je me rends compte que finalement, ce divorce fut plus simple que je ne l'aurais cru.

WaterMix Festival 2017

Un festival presque-tout-electro à Fenouillet? Quand j'ai vu ça sur ma TL FB y a quelques mois, je me suis dit que c'était une putain de bonne idée, pour autant je n'ai pris mon pass que quelques jours avant, peu convaincue je l'admets, par la programmation. Après quelques recherches sur les différents DJs: why not, surtout en sachant que ce qui passe à la radio n'est très souvent que peu représentatif de ce qu'ils peuvent pondre sur scène. Cf le bien connu David Guetta, oui tu peux rire, mais je t'invite à chercher ses lives, le monsieur il rouste assez sec quand il ne doit pas vendre du caca.
Bon j'ai pas fait trop de photos, voir pas du tout, ni même trop de vidéos, je ne vais donc pas pouvoir vous montrer le cadre, fort sympathique au demeurant, au bord du lac du Bocage sur lequel étaient proposées des activités nautiques pour les plus courageux/courageuses voulant braver la vase.

Hugel

Pour une première édition, tout est superbement organisé, malgré le monde pas d'attente interminable pour aller aux toilettes étonnamment propres et qui sentent bon (sisi c'est possible!), choix correct de lieux pour se restaurer même si je n'ai pas vu de stand vegan (NEIN-NEIN-NEIN! #Vegginazisme), timing de la prog presque respecté chose très utile quand t'es pas là pour écouter du rap, bref, rien à redire. Et surtout, la chose la plus importante: le son était parfait. Vraiment parfait!
Mosimann, une excellente surprise!!!

Désolée pour la qualité de certaines parties des vidéos, j'ai téléchargé les directs que j'ai fait sur FB est c'est un peu beaucoup pourri.
Tout ça pour dire que quand les aigus n'écorchent pas tes tympans et que les basses te traversent y a rien à redire, j'en suis d'ailleurs encore un peu sourde mais ça valait vraiment le coup! Qui plus est, autant le public toulousain est souvent peu voire pas concerné en concert, autant ici je l'ai trouvé carrément réactif et varié puisque le WMF peut se targuer d'avoir réuni trois générations, ce qui est je trouve, vraiment chouette, mais pas plus que de partager le floor avec deux licornes (et ouais! XD). Bref, une très belle ambiance digne de n'importe quel festival electro où tu finis arrosé(e) de bière, de flotte et... J'espère que c'est tout.
Joacchim Garraud, ma grosse déception -.-

Je ne sais pas quoi vous dire de plus si ce n'est qu'il fallait y être, cette première édition n'avait absolument rien à envier à d'autres événements plus connus du même ordre, j'ai passé un excellent moment et vivement le WaterMix 2018! \o/

Alien: Covenant

Tout d'abord je tiens à mentionner que ce post contient des spoilers, par conséquent, j'invite les personnes qui n'ont pas vu le film et qui dans l'idéal, souhaitent le voir, à ne pas aller plus loin dans leur lecture.

La question que je me suis posée dès lors que j'ai appris la sortie d'un "nouvel Alien" était de savoir si c'était un Alien ou bien la suite de Prometheus. J'ai pas trop fouiné sur la toile par manque de temps et au final je suis allée perdre deux heures de ma vie dans une salle de cinéma en y laissant probablement 1/10ème de ma capacité auditive.
Je suis très emmerdée depuis que je suis sortie du cinéma, certes tous les Alien ne sont pas aussi bons les uns que les autres mais c'est un peu comme un principe, j'aime tellement cette bestiole que je n'en dis jamais de mal. Alien: Covenant aura au moins permis l'exploit de me faire dire que c'était une grosse merde.

Alors... C'est beau, comme Prometheus dont il est théoriquement la suite, vraiment, rien à redire à ce niveau. Fassbender est absolu dans son/ses rôles, et puis... C'est tout.
Ça m'arrache un peu les doigts de le raconter mais comme d'habitude, un troupeau de colons naviguent vers la planète cinquante quatre vingt deux douze dix huit, capte une communication de feu Dr Shaw qui pousse la chansonnette, venant d'on ne sait plus qu'elle planète et les emmerdes commencent quand ils décident d'aller y jeter un œil. A ce niveau on regrette une hypothétique intervention de Ripley [car on n'est plus à une incohérence près] qui forte de toutes ses expériences en la matière, aurait pu leur dire que c'était vraiment pas l'idée du siècle et nous aurait épargné d'un carnage cinématographique certain.
Mais bon ce n'est pas arrivé, et nous voilà donc sur la planète en question pour une pause pipi-pétard, l'équipage gambade un peu partout, marche évidemment sur des sortes d’œufs qui dégagent des espèces de spores friandes d'orifices humains et qui donneront naissance à des bébés Aliens très choupis. Mais psychotiques, et affamés. Walter (le droïde de Prometheus CQFD) arrive ici pour les sauver. Fassbender-Walter, qui fera donc aussi connaissance avec Fassbender-David, le nouveau droïde (très important pour la suite que l'on voit arriver gros comme une caisse).
Donc pendant plus de la moitié du film, on a droit à Fassbender-Walter qui apprend à jouer de la flute à Fassbender-David et à l'incrust' d'un Alien tout droit sorti de Silent Hill qui ressemble à ça:

Chose qui me fait dire que les manipulations génétiques devraient aussi être interdites au cinéma, franchement les mecs, Giger a du changer de trou d'indignation.
Après je me suis un peu endormie sur mon voisin du côté droit que je ne connaissais pas, mais de toute manière le film traine tellement en longueurs inutiles qu'on s'en fout. J'ai heureusement été rapidement réveillée par l'IMAX qui m'a démonté les oreilles pour la centième fois.
Sur ces entrefaites, Fassbender-Walter, psychopathe latent qui à force de rester seul sur une planète peuplée d'Aliens génétiquement déglingués ne s'est vraisemblablement pas arrangé, a enfin la brillante idée de trainer un colon vers les cocons d'Aliens dignes de ce nom, pour qu'une larve trouve enfin un hôte histoire de donner naissance à un Alien qu'on ne l'attendait plus!


Minouuuu minouuuuuu <3

Youpi! Ca va enfin devenir intéressant! Au bout d'1h30 de film et quelques micro-siestes, il était un peu temps!
... Et non! \o/
La suite est d'un classique sans accro: la délicate mission de retourner au vaisseau avec un Alien au cul qui montera à bord de la manière la plus convenue qui soit, comme toujours, et qui crèvera comme d'hab après de longues minutes d'un combat acharné qui sonne toujours le glas dans les Alien. Deux heures pour ça...
Restait à activer la pompe à fric préparer la suite la fameuse grosse caisse qu'on attendait depuis la première apparition de Fassbender-Walter, remplaçant Fassebender-David, qui n'aidera pas Micheline à construire une cabane au bord d'un lac puisqu'équipé de ses embryons d'Aliens, il est plutôt décidé à faire perdurer l'espèce dans un prochain épisode que je n'irai point voir.
Bon.
On est d'accord, les Alien n'ont jamais été des films réputés pour leurs scénarios super élaborés, néanmoins même s'ils ont tous à peu près la même structure, chacun des 4 films apportent quelque chose de neuf. J'ai également saisi l'aspect récréatif des Alien vs Predator même si ça ne me fait pas grimper au rideau, mais là, je ne vois absolument aucun intérêt aux Prometheus, qui brodent plus qu'ils ne servent à quelque chose. Par contre, si tu veux des bruits dégueulasses qui n'en finissent pas et des giclées de sang absolument injustifiées, tu vas te régaler!

Kat Von D make up – Review

En tant que photographe, je reçois régulièrement des produits cosmétiques qui ne sont pas distribués en France et ça me permet de faire parfois des belles découvertes. Ce fut le cas pour Kat Von D, dont j'ai reçu 4 palettes et un fond de teint début 2016, ce qui tombait plutôt bien puisque je les lorgnais depuis des semaines.
Avant d'aller plus loin, je tiens à dire que je ne sais absolument pas photographier un maquillage et que toutes mes tentatives se sont soldées jusqu'ici par des échecs. Par conséquent, les photos qui vont illustrer cet article sont pourries, et faudra vous en contenter.
A la base, je suis une grosse addict de maquillage mat, je déteste l’irisé, ce qui brille, et encore plus les paillettes (surtout les paillettes), mais ça, c'était avant d'avoir la palette Monarch.
Kat Von D Monarch Palette
Monarch (que je porte aussi sur la caption Webcam sur votre droite pour les utilisateurs desktop) a pour elle d'être une combinaison de couleurs chaudes, chose que j'affectionne follement pour les fards... Depuis mon adolescence si je considère les photos de classe sur lesquelles je suis tombée par hasard il y a peu. D'ailleurs je me suis rendue compte que mes aptitudes en maquillage n'avaient pas pris une ride, contrairement à moi, c'est à dire que je suis toujours aussi peu douée, mais en moins pire. A côté de ça, cette palette contient également beaucoup de couleurs irisées qui ont réussi l'exploit de me réconcilier à moitié avec cette caractéristique, surtout depuis que j'ai appris à les utiliser correctement. Pire, je me suis même mise aux pigments métallisés, en gros on ne m'arrête plus. Monarch est clairement une incontournable, je la trimbale partout même en vacances, et c'est juste ma palette favorite.
Ensuite arrive ici Chrysalis que j'ai beaucoup utilisée dernièrement car elle matchait carrément avec mes cheveux.
Kat Von D Chrysalis Palette
Camaïeux de couleurs froides irisées, une palette un poil insipide que je ne juge absolument pas indispensable mais qui fait bien le job tout en étant très versatile.
Se place ici la palette Eye Contour, un classique pour tous les jours à base de couleurs nudes neutres et chaudes MATTES! Ainsi que la palette Contour que je porte avec le rouge à lèvre Everlasting liquid lipstick en couleur Witches, que j'ai donc acheté chez Sephora car ça faisait 50 milliards d'années que je voulais tenter le rouge à lèvres noir.

Au final, c'est peut être pas le rouge que je porterais tous les jours, mais il dépote méchamment et j'ai franchement hâte de le travailler pour des photos :3.
Pour terminer, je me suis pris une palette Eye Contour Quad, Plum, après avoir longtemps hésité avec Rust, que j'ai fini par commander aussi parce qu'on a bien compris que je n'arrivais pas à me maitriser avec les tons oranges/marrons/briques, mais que je n'ai pas encore reçue.
Kat Von D Eye contour quad plum
Une petite palette sympa avec des jolies nuances de pourpre, ça jette pas mémé dans les géraniums mais c'est mignon et ça se porte très bien tous les jours.
Voilà pour ce qu'il y a dans mes tiroirs.
Maintenant pour celles qui veulent savoir ce que je pense des produits Kat Von D que j'ai essayé, je crois que vous aurez compris que j'adore, simplement. Mais pas tout.
Les fards se travaillent vraiment bien, très peu de matière suffit, et je n'ai pas constaté trop de chutes. Ils tiennent parfaitement toute la journée si on applique une base et filent légèrement si on les applique directement sur la peau, sans que ça fasse dégueulasse malgré tout.
Le rouge à lèvres reste à sa place, longtemps, sans transfère (sauf si tu manges des trucs gras mais c'est pareil pour les autres marques), de même qu'il dessèche bien moins les lèvres que les autres rouges à lèvres liquides que j'ai porté jusqu'à maintenant ce qui est un point très positif. Il s'applique assez facilement (pour du noir en tous cas je m'attendais à plus fastidieux), et il se démaquille proprement.
Le contouring est parfait, je ne m'en sers pas au quotidien car j'en ai pas besoin mais c'est celui que j'utilise parfois pour mes shootings et il s'applique à la perfection!
En ce qui concerne le fond de teint par contre, certes la couvrance est impressionnante, mais je déteste l'effet carton/toile cirée. Je le trouve également inconfortable, mais comme les autres j'ai envie de te dire car je déteste porter du fond de teint.
Bref, si vous avez des nouveautés MU à tester en 2017, je pense que vous pouvez vous orienter vers cette ligne qui est clairement une réussite.
Bisettes les crevettes!

Essai Twingo 3 Limited

Voiture n°1 étant chez le garage pour se faire refaire le profil, comme je l'ai dit il y a quelques jours on m'a prêté une Twingo en attendant la fin des réparations et, ce fut une expérience singulière.
C'est pas mon genre de voiture, pourtant, comme je cherchais à changer la mienne et qu'il me fallait une voiture utile, j'avoue que c'est un modèle qui avait attiré mon attention pour son côté pratique et son allure mignonne. Ça tombait donc plutôt bien que je me retrouve avec la twinge, j'ai pu la tester et me faire mon avis sur cette voiture qui est plutôt sympa si on aime un tant soit peu l'aventure.

Les +

- J'adore sa bouille (et j'assume)! Elle est évidemment parfaite en ville, d'une simplicité fabuleuse à garer malgré les radars de reculs dont la paranoïa à tendance à me stresser, son angle de braquage est parfait aussi, en gros, elle est d'une maniabilité honteusement enfantine: une vraie bagnole d'handicapé(e)s!
- Si au départ je l'ai trouvée un peu mollassonne, elle dispose d'une bonne reprise et d'une belle accélération même si vu son poids, avec 90cv je m'attendais à mieux. Rien à redire sur la tenue de route non plus, même malmenée, elle sait rester digne, probablement grâce à ses suspensions très raides (personnellement je préfère après ça dépend des gouts).
- Je la trouve bien insonorisée et très silencieuse, et j'aime beaucoup que le moteur soit à l'arrière car comme beaucoup de voitures ayant le moteur placé là, on a beaucoup moins de vibrations (sauf chez Lambo).
- L'habitacle est mignon, c'est bien organisé, clair, sobre, tout s'inscrit dans une logique et les plastiques sont étonnamment de bonne facture pour du Renault. Je précise que je préfère les intérieurs en plastique qu'en cuir, ça peut sembler bizarre mais sur la longueur, mieux vaut un joli plastique même vieillissant qu'une peau de vache qui finit toujours par tirer la gueule et faire bien dégueulasse, encore une fois c'est une question de gout.

- Y a de la place devant, et derrière pour peu qu'on ait pas à prendre une personne qui mesure deux mètres.
- L'équipement est tout à fait normal: vitres électriques, Bluetooth, mains libre, slot USB, régulateur de vitesse (LOL) et une qualité de son tout à fait respectable.
- Elle freine sacrément bien et reste tout à fait droite :).

Les -

- Comme toutes les voitures gadgets, t'es toujours en train de passer une vitesse!
- Impossible de garder une trajectoire il faut toujours la corriger.
- Je trouve qu'elle consomme pas mal pour une cacahuète, mais il est probable que ça vienne de ma conduite.
- Les pseudo sièges baqués posent le même problème que tous les sièges baqués quand le pommeau de vitesse est trop rapproché ce qui est souvent le cas dans les citadines: ça fait chier du coude.
- J'ai pas été rassurée du tout quand j'ai du prendre le périph car elle se déporte dès qu'un truc te dépasse (même une moto), j'ai cru que j'allais finir sur deux roues, j'étais contente d'arriver. Au retour j'ai dû rester sur la voie de gauche pour amoindrir le désagrément (je vous vois rire au fond ^^). Elle est bien trop légère.
- La boite à gants est d'une complication très useless aussi...

... Est-ce vraiment nécessaire? Qui a fait ça? Pourquoi?
- Je n'ai pas trouvé que le moteur chauffait à décongeler tes achats chez Picard comme il a été dit, mais le coffre reste trop petit. Il n'est pas ridicule (y a bien pire chez d'autres marques dans le même gabarit), y a de quoi mettre des trucs mais c'est définitivement trop petit pour ce que j'en fais.
- Les sièges sont franchement durs même si t'es quand-même pas assis sur une planche, mais entre ça et la raideur des suspensions tu dois bien sentir ton cul sur les longs trajets.

Bref.

C'est pas une routière et on le savait. C'est pas une compacte non plus, elle n'est pas faite pour faire de la route même si occasionnellement elle en est tout à fait capable. Je suis pas sûre que j'aurais aimé l'avoir comme voiture principale même si j'adore vraiment son côté pratique et sa dégaine, mais elle fait le job, elle le fait bien, ça a été sympa de l'avoir pendant un temps et finalement je suis plus très sûre de vouloir la ramener avant, je vais peut-être la garder encore un peu :).

Bisous mes cailles!