Alien: Covenant

Tout d'abord je tiens à mentionner que ce post contient des spoilers, par conséquent, j'invite les personnes qui n'ont pas vu le film et qui dans l'idéal, souhaitent le voir, à ne pas aller plus loin dans leur lecture.

La question que je me suis posée dès lors que j'ai appris la sortie d'un "nouvel Alien" était de savoir si c'était un Alien ou bien la suite de Prometheus. J'ai pas trop fouiné sur la toile par manque de temps et au final je suis allée perdre deux heures de ma vie dans une salle de cinéma en y laissant probablement 1/10ème de ma capacité auditive.
Je suis très emmerdée depuis que je suis sortie du cinéma, certes tous les Alien ne sont pas aussi bons les uns que les autres mais c'est un peu comme un principe, j'aime tellement cette bestiole que je n'en dis jamais de mal. Alien: Covenant aura au moins permis l'exploit de me faire dire que c'était une grosse merde.

Alors... C'est beau, comme Prometheus dont il est théoriquement la suite, vraiment, rien à redire à ce niveau. Fassbender est absolu dans son/ses rôles, et puis... C'est tout.
Ça m'arrache un peu les doigts de le raconter mais comme d'habitude, un troupeau de colons naviguent vers la planète cinquante quatre vingt deux douze dix huit, capte une communication de feu Dr Shaw qui pousse la chansonnette, venant d'on ne sait plus qu'elle planète et les emmerdes commencent quand ils décident d'aller y jeter un œil. A ce niveau on regrette une hypothétique intervention de Ripley [car on n'est plus à une incohérence près] qui forte de toutes ses expériences en la matière, aurait pu leur dire que c'était vraiment pas l'idée du siècle et nous aurait épargné d'un carnage cinématographique certain.
Mais bon ce n'est pas arrivé, et nous voilà donc sur la planète en question pour une pause pipi-pétard, l'équipage gambade un peu partout, marche évidemment sur des sortes d’œufs qui dégagent des espèces de spores friandes d'orifices humains et qui donneront naissance à des bébés Aliens très choupis. Mais psychotiques, et affamés. Walter (le droïde de Prometheus CQFD) arrive ici pour les sauver. Fassbender-Walter, qui fera donc aussi connaissance avec Fassbender-David, le nouveau droïde (très important pour la suite que l'on voit arriver gros comme une caisse).
Donc pendant plus de la moitié du film, on a droit à Fassbender-Walter qui apprend à jouer de la flute à Fassbender-David et à l'incrust' d'un Alien tout droit sorti de Silent Hill qui ressemble à ça:

Chose qui me fait dire que les manipulations génétiques devraient aussi être interdites au cinéma, franchement les mecs, Giger a du changer de trou d'indignation.
Après je me suis un peu endormie sur mon voisin du côté droit que je ne connaissais pas, mais de toute manière le film traine tellement en longueurs inutiles qu'on s'en fout. J'ai heureusement été rapidement réveillée par l'IMAX qui m'a démonté les oreilles pour la centième fois.
Sur ces entrefaites, Fassbender-Walter, psychopathe latent qui à force de rester seul sur une planète peuplée d'Aliens génétiquement déglingués ne s'est vraisemblablement pas arrangé, a enfin la brillante idée de trainer un colon vers les cocons d'Aliens dignes de ce nom, pour qu'une larve trouve enfin un hôte histoire de donner naissance à un Alien qu'on ne l'attendait plus!


Minouuuu minouuuuuu <3

Youpi! Ca va enfin devenir intéressant! Au bout d'1h30 de film et quelques micro-siestes, il était un peu temps!
... Et non! \o/
La suite est d'un classique sans accro: la délicate mission de retourner au vaisseau avec un Alien au cul qui montera à bord de la manière la plus convenue qui soit, comme toujours, et qui crèvera comme d'hab après de longues minutes d'un combat acharné qui sonne toujours le glas dans les Alien. Deux heures pour ça...
Restait à activer la pompe à fric préparer la suite la fameuse grosse caisse qu'on attendait depuis la première apparition de Fassbender-Walter, remplaçant Fassebender-David, qui n'aidera pas Micheline à construire une cabane au bord d'un lac puisqu'équipé de ses embryons d'Aliens, il est plutôt décidé à faire perdurer l'espèce dans un prochain épisode que je n'irai point voir.
Bon.
On est d'accord, les Alien n'ont jamais été des films réputés pour leurs scénarios super élaborés, néanmoins même s'ils ont tous à peu près la même structure, chacun des 4 films apportent quelque chose de neuf. J'ai également saisi l'aspect récréatif des Alien vs Predator même si ça ne me fait pas grimper au rideau, mais là, je ne vois absolument aucun intérêt aux Prometheus, qui brodent plus qu'ils ne servent à quelque chose. Par contre, si tu veux des bruits dégueulasses qui n'en finissent pas et des giclées de sang absolument injustifiées, tu vas te régaler!

Partager sur Facebook