Accident de moto suite et fin

Ce matin le commissariat central m'a appelée pour me donner des news du dossier relatif à mon accident de moto. Pour celles et ceux qui ont besoin d'un rappel, vous avez la première partie ici.

Retour au commissariat

Après mon rendez-vous chez l'avocat qui m'a permis d'apprendre que ma plainte finirait forcément en non-lieu tellement le gueux qui m'a entendu n'avait rien écrit dedans, j'ai téléphoné au commissariat central pour savoir comment procéder dans mon cas, pour m'y retrouver quelques jours plus tard "en heures creuses" soit 6h du matin. Quand tu souffres H24 c'est merveilleux de devoir refaire ce que t'es sensée avoir déjà fait à une heure scandaleuse.
J'ai été entendue par une dame ma foi fort peu joviale et totalement sur la défiance qui après avoir fait le tour de mes blessures me lance que "mon problème aux cervicales est de naissance".

Me souviens que j'ai juste failli chialer, m'excuser d'avoir eu un accident imaginaire pour me barrer (pour les bobos-gauchos qui pensent que pour se faire "emmerder" par les flics faut être noir ou arabe, sachez que je suis blanche).
Heureusement c'est parti à la baffe avec le mec qui était entendu dans la même pièce que moi, la policière m'a évacuée du bureau en catastrophe, je me suis retrouvée dans le hall. J'entendais les meubles qui volaient, a priori tout le monde devait trouver ça normal car personne n'a bougé, puis le gars s'est fait dégager manu-militari du bureau par la personne qui m'entendait. Pour les bobos-gauchos, le mec était blanc lui aussi (non mais c'est juste pour info hein).
Sur l'instant je me suis dit que ce monde allait vraiment mal, mais au moment où je me suis levée pour m'enfuir de ce bocal de tarés la policière est revenue me chercher, plus détendue. A priori une petite session bourniffles à 6h du matin, ça détend.
Changement de ton de sa part, beaucoup plus disposée à m'écouter, chose qu'elle a très bien faite. Plainte enregistrée dans les règles, et au final, bah la dame a été vraiment super. D'ailleurs je tiens à dire que toutes les personnes que j'ai eu au commissariat central ont été au top.

Roadtrip-torture

J'ai continué à bosser malgré des douleurs au dos bien affreuses parce que malheureusement si je ne suis pas là les tunes ne rentrent pas. J'adore mon statut d'indépendante hein, et pour rien au monde je n'en changerai. Mais pour le coup, j'aurais bien voulu être salariée et prendre trois semaines d'arrêt.
Le roadtrip en Espagne fut une curée, contrairement aux apparences j'ai passé le plus clair de mon temps allongée, et si j'avais le toupet de faire une activité je le payais grassement ensuite.
C'est pas comme si j'étais dans l'éducation nationale et que j'avais des vacances tous les deux mois, je remercie ce gros fils de pute de m'avoir flingué mon temps libre.

Surprise à quelques jours de la reprise: le conducteur enfin, le propriétaire de la voiture conduite par la personne qui m'a percutée (évidemment c'était bien le cousin du frère de la tante de la mère du père) me harcèle au téléphone. Je ne décroche pas et en informe la policière qui a repris ma plainte. Je ne décroche pas, sauf quand il change de numéro et que j'ai pensé que c'était un patient. Mon assurance avait donné mes coordonnées au mec: BRAVO! Vous êtes tellement des champions les gars que ça me fait mal au cul de vous payer.
Bref a priori mes vacances n'étaient pas assez pourries.

Le couplet du pauvre petit machin

Je décroche, enclenche le haut-parleur pour avoir des témoins. Le type est d'origine magrébine, j'ai pas envie de me faire taxer de raciste si d'aventure je m'énerve et que je le traite de gros con (ce qui n'aurait rien eu a voir avec sa couleur: un gros con est un gros con que ce soit clair pour tout le monde).
Il me dit qu'il est embêté car il est convoqué au commissariat. Qu'il avait prêté sa voiture et qu'il ne s'est rien passé mais que je cite "ah ces arabes on peut pas leur faire confiance". Wtf mec? Je m'en branle des arabes comme du reste je vois pas ce que ça fout là. Qu'il est commerçant et qu'il ne veut pas de problème. Qu'il va tout payer (venant d'un mec qui se barre et qui laisse une personne sur la chaussée: turbolol), qu'il veut pas de problème, qu'il a une famille et des enfants, chose à laquelle je réponds en lui demandant s'il s'est préoccupé des miens quand il m'a laissé coincée sous une moto sur la chaussée? Gros malaise et pas de réponse, si ce n'est qu'il faut que je retire ma plainte.
Bizarrement lui qui est si innocent a posé beaucoup de questions pour avoir des infos concernant les preuves que j'avais données aux flics, questions qui sont restées sans réponse.
Bref, ouin-ouin de base, j'ai raccroché sans rien dire de particulier.
Pour info je ne l'ai pas insulté, sur l'instant je n'ai pas trouvé de terme assez représentatif du mépris que cette grosse merde m'inspirait.

Suite et fin

En rentrant de vacances, mon voisin m'informe qu'un gars me cherchait parce que je l'accusais de m'avoir percutée en moto. Déjà non je t'accuse pas vieille salope: j'atteste, je certifie que tu m'as percutée c'est différent. Je lui demande à quoi il ressemblait, il me décrit exactement le gars qui conduisait alors qu'il s'est présenté comme le propriétaire de la voiture. En plus il est con. Bref, le mec s'est pointé sur mon lieu de travail! Le truc pas flippant du tout!
Dix mois plus tard soit il y a quelques jours, je reçois un SMS de mon assurance qui m'informe qu'ils me remboursent la franchise que j'avais payée. Étrangeté totale. Puis je reçois un mail contenant un document à signer afin de percevoir une part du dédommagement financier. Je n'ai rien signé tant que je n'ai pas eu le retour des flics. Un des trucs que j'ai appris dans cette histoire c'est que les assureurs sont fourbes: ce qu'ils veulent c'est un responsable à tout prix, n'importe qui mais quelqu'un qui paye.
Ce matin, le central m'appelle pour me demander comment ça se passe, j'apprends que le gars ne s'est jamais présenté à sa convocation. Je lui ai dit que je n'avais pas encore signé les papiers du dédommagement car je ne savais pas ce que ça impliquait, il s'est proposé d'appeler l'assurance pour moi et de me rappeler car il trouvait l'articulation du courrier de l'assurance peu commune.
Au final, le gars n'est pas assuré, c'est le fond de garantie qui paiera pour lui (le fond de garantie c'est nous tous qui le finançons). Je lui demande quelles seront les suites pour lui: aucune.

Ma conclusion

En fait en France, tu peux provoquer un accident, te barrer, ne pas avoir de permis, ne pas être assuré, être convoqué chez les flics et ne pas y aller: tu ne risques absolument rien. Cerise sur le cake: les autres paieront pour toi.

J'ai mes permis et je suis assurée, mais au final, non seulement je ne suis pas protégée et en plus je me fais enculer.
Chère France, tu n'es qu'une pauvre blague foireuse et je te chie dans la gueule.
Cordialement.