Nouvelle vidéo

Je sais que j’avais prévu l’upload pour ce soir mais pour une fois je suis en avance :).
Forcément, c’était pas les conditions idéales pour une première vidéo avec ma nouvelle caméra, mais je trouve qu’elle s’en est quand même pas mal tirée ;).


La vidéo complète dans l’espace membres :).
En vous souhaitant un bon week-end moi, je pars à la Biture land enfin aux fêtes de Bayonne quoi.
Bisette les moufettes!

From Instagram

Parce qu'entre deux patients je fais des essayages! Nouveau maillot je vais arrêter de faire peur a tout le monde avec mon squelette :3 #swimwear #head #LiquidSkin #selfie #blonde #girl
From Instagram

Le traité du blond

Je ne sais pas s’il y a un regain d’intérêt pour le blond en ce moment mais on me pose souvent pas mal de questions à ce sujet, par conséquent, un petit post pourrait m’éviter quelques redites (pas que vous m’emmerdez mais bon ;P).

Le blond, pour qui?
Déjà si vous êtes brunes ça commence mal, mais c’est pas pire que si vous êtes addicts au noir, pire du pire si vous faites cette couleur depuis longtemps (oui ça s’entasse), malgré tout, rien n’est impossible, j’ai switché environ 200 fois du noir corbeau au platine sans trop de bobo c’est la preuve que c’est carrément faisable.
Commençons par deux trois bricoles. La première c’est que la décoloration ne s’attaque pas aux neurones (ça t’en bouche un coin hein?) mais directement aux cheveux qui en sortiront complètement pourris et qui le resteront plus ou moins. Tu vois tes jolis poils doux et brillants? Bah c’est terminé, parce qu’à partir d’aujourd’hui, tu ne pourras pas les laver sans devoir les gaver de soins hydratants, sous peine de te retrouver avec une tignasse de sauvageonne. La seconde chose, c’est qu’il y a des phases plus ou moins jouasses avant d’arriver au platine et la troisième, c’est que le processus peut-être assez long.

Le blond, comment?
Chez le coiffeur. Au moins tu vas limiter les dégâts, ensuite tu pourras regarder comment il fait pour le refaire chez toi si tu te le sens (une déco chez le coiffeur = 3h30 = suicide). Ne fais jamais la connerie d’aller acheter une décoloration dans le commerce: c’est du 20%, ça flingue le cheveux sans résultats valables, il en faudra au moins trois pour arriver à un blond clair, si tes cheveux n’ont pas « brûlé » entre temps. Donc ta mission sera de trouver un coiffeur « qui veut bien », en sachant que la plupart rechigne lourdement à décolorer une tête entière et préfère orienter vers des mèches, partant de là deux possibilités.
Les mèches/balayages, c’est sympa sur une base claire à moyenne claire, sur du trop foncé (et du rouge, en passant) c’est très moche, au pire vous aurez l’air d’une manouche, au mieux de la vieille harpie du MC du coin


On remercie cette bonne vieille Gemma pour la démo!

Bref. Les mèches, c’est une alternative plus lente mais valable pour arriver à une tête complète, avec un résultat presque homogène.
Pour les bases foncés par contre (= déco entière), vous aurez peut-être besoin d’un bonnet pour les deux prochains moins car il va falloir passer les fameuses phases intermédiaires que je vais simplement décomposer maintenant, mais malgré tout, je tiens à dire qu’on y survit.
A la première déco, tu sortiras avec une couleur absolument unique et presque caractéristique de la première déco, une sorte de cuivré foncé bien laid, de quoi te donner envie d’aller directement te remettre la tête dans du 001 ou dans n’importe quoi d’ailleurs (un sac, un tiroir, un bidet…). A la seconde, tu entreras dans la période carotte plus ou moins claire ce qui n’est pas fameux non plus mais moins horrifiant, et à la troisième ou quatrième tu seras à un résultat tout à fait acceptable approchant approximativement du Saint Blond.

Tout ça, va prendre deux mois et demi trois mois, parce que les décolorations ne doivent pas se faire les unes à la suite des autres. On a dit blond, pas chauve, alors une déco toutes les deux/trois semaines, c’est parfait, entre temps, on nourrit, on hydrate la touffe et on lui fait des bains d’huile de monoï (ou d’huile de noisette, d’avocat, de noix, ou d’olive ça marche très bien aussi, c’est juste que ça pu).

Le Saint Blond pour longtemps!
Le blond, toutes nuances confondues, est une couleur qui vieillit mal et qui vire, ce qui sous entend qu’en plus d’hydrater les cheveux régulièrement, il va falloir entretenir un minimum la couleur. Le faux-reflet le plus moche qui soit est définitivement le jaune, caractéristique du blond à l’abandon post période froide, et que je trouve personnellement très vilain. Heureusement il y a des merveilleux shampoings pigmentés, en général violets bleus ou dorés, qui vont rectifier cette hérésie. A faire en cas de besoin, on laisse poser 15 minutes on rince et on fait un soin (les shampoings pigmentés sont très agressifs).

La blondasse au grand air
On va commencer par le principe de base qui dit qu’on ne va pas s’exposer au soleil durant les 48h qui suivent une déco. D’une parce que le cuir chevelu à pris une grosse rouste et qu’un coup de soleil sur le crane ça fait super mal, mais aussi parce que le soleil jaunit le blond décoloré, alors si jamais, on sort le bob ou le bonnet (le même qui vous a servi de cache misère avant de devenir un sex symbol) selon la saison. Ensuite, d’une manière générale, que ce soit pour se baigner ou faire la belle, à la plage/piscine on met de l’huile solaire sur la crinière (l’huile de monoï c’est toujours très bien), c’est peut-être pas super agréable mais ça limitera vraiment casse au brossage et ça évitera que vos cheveux ne se dessèchent plus qu’ils ne le sont déjà.

Je vais pas me lancer dans une recommandation de produits, j’ai un peu tout essayé et ce qui fonctionne bien sur moi ne va pas forcément être efficace pour vous, sans compter que je suis allergique à la quasi totalité des produits vendus chez les coiffeurs (oui la maffre) et que ça fait des mois que je n’ai pas utilisé un shampoing pour me laver les cheveux. Malgré tout après une bonne décennie de blond sur le cailloux, les produits naturels restent à mon sens les plus efficaces ;).