BlackFish

Blackfish poster
Pour ceux qui n’en ont pas entendu parler, le trailer est ici!
Et pour ceux et celles qui ne l’ont pas encore vu, voici la version intégrale sous-titrée en Français.
C’est la seconde fois que je le vois, je chiale toujours autant comme une merde tout du long, ceux qui savent comprendront, en attendant…

Comment ma télé est morte ou, la petite salope de télé

J’aurais aimé dire que ça faisait des semaines que je me gardais la saison 2 de Hannibal au chaud pour m’envoyer tous les épisodes d’un coup au bon moment, sauf qu’en vérité, avec tout ce qui m’est arrivé je n’ai pas eu le temps de regarder ne serait ce que le générique du S2E01.
Aujourd’hui je me suis dit pour la millième fois en trois jours, que j’allais encore tenter de me concentrer sur quelque chose donc, que j’allais me poser pour enfin regarder cette saison et ça a très bien fonctionné (si j’avais su…).
Hannibal
Hannibal, ça me détend, ça me transcende devant ma télé, et si la première saison était magnifiquement gore celle-ci c’est encore pire et c’est absolument… Magnifiquement dégueulasse.
Tout ça pour dire entre l’épisode 1 et le 2 j’ai décidé d’aller me faire chauffer des Bun’s. C’est le problème avec cette série, on jongle entre les passages viscères et autres séances de découpages/mutilations de corps et les plats merveilleux, et moi ça me donne faim.
Me voilà donc revenue dans le salon. Je m’installe sur le canapé dans ma couette, mon assiette sur la table basse et le chien sur la tête. Oui il est comme ça lui, il fournit toujours des efforts proportionnels à son envie de goûter ce qu’il y a dans ton auge.
Environ à 10 minutes de l’épisode 2, la télé s’éteint et fait semblant de se rallumer puisque malgré le voyant qui repasse au vert il n’y a plus d’image. Je l’éteins et je la rallume, 30 secondes plus tard elle recommence et ça, environ 5 fois.
J’éteins tout, je vérifie les branchements, je rallume et rebelote. Cette fois on est bien d’accord, ma télé est une vraie salope.

Analyse rapide d’un deuil qui passe mal

Il y a trois ou quatre ans je suis tombée sur le site d’une meuf qui m’a littéralement laissée sur le cul. Une véritable extra-terrestre et j’ai tellement été impressionnée que je m’y suis intéressée de plus près, ce qui n’arrive relativement jamais.
Cette fille a gagné toute mon admiration, pas pour ce qu’elle fait parce que j’aime pas le genre, ni pour sa tronche parce que même si elle est magnifique, il est évident qu’elle est au moins passée trois fois sur la table d’op’ bien qu’elle nie, mais pour son parcours impressionnant et les moyens qu’elle met en oeuvre pour son bizz.
La célibataire Golden Self Made Woman dans toute sa splendeur, une réussite fulgurante et un avenir plus que prometteur, le truc formidable qui n’arrive qu’à la télé et encore je ne sais pas si quelqu’un aurait le culot de nous servir un programme pareil. J’ai fermé la fenêtre de mon navigateur en étant contente de savoir que ça existait pour de vrai, qui qu’en soit la preuve, malgré qu’en parallèle j’ai fortement pensé que tout ça était un peu facile, réussir à ce point juste en posant nue… Tout n’était probablement pas dit. Pour autant, je suis pas allée chercher plus loin, ça ne m’aurait pas faite avancer moi.
La réussite, j’essaye de la travailler tant bien que mal depuis des années, et quand je vois le nombres de personnes talentueuses qui galèrent et à quel point la merde est portée aux nues, si j’ai quelque chose à en dire, c’est qu’elle nécessite la présence d’au moins un des trois paramètres et demi de rapidité que voici:
- Être né(e) dans une famille pétée de tunes
- Être bien marié(e)
- Avoir les bonnes relations
ou
- Se foutre à poil (à condition d’être un minimum regardable)
Si tu n’as rien de tout ça, c’est compliqué voire impossible.
Donc pour réussir rapidement, soit t’as du bol et t’as l’un des trois premiers paramètres, soit tu tombes la culotte. Personnellement je n’ai rien, et en plus j’ai toujours pas envie de montrer mon séant, donc il est probable que je me fatigue pour rien et que je n’atteigne finalement jamais mes objectifs à moins d’avoir plusieurs vies, chose qui dans les jours les plus sombres, me taraude très sérieusement.
Il y a quelques soirs alors que je cherchais un script PHP, le truc qui n’avait rien à voir avec la choucroute, je tombe sur un article qui parlait de cette fille, que j’avais carrément zappée depuis le temps, donc toute contente je clique. Et là c’est le drame, le titre n’avait rien à voir avec l’article qui était un déballage digne d’une foire à t’en faire honte d’avoir cliqué, puisque ce n’était rien d’autre que le témoignage parfaitement désintéressé, d’une personne qui s’est retrouvée évincée de l’existence de la fameuse GSMW.
J’ai découvert un des paramètres de réussite rapide qui était bien caché jusque là, à savoir qu’en plus de poser à poil, son mari n’est pas n’importe qui. Le mythe de la presque self made réussite s’est pété la gueule ici pour moi, depuis entre ça et le reste, je pense très sérieusement à tout planter pour aller élever des chèvres en Ariège, c’est pas très glorieux mais on fait comme on peut. Quant au reste de l’article, c’est navrant.
Après que l’auteur du post se soit sommairement lavé le fion derrière un cette expérience m’a apporté beaucoup de choses et j’en ai tiré tout un tas de leçons, ce dernier conclura en disant que depuis heureusement, il est passé à autre chose. Entre ces deux phrases, c’est le procès de GSMW parce que c’est une manipulatrice narcissique qui ne pense qu’à elle, qui se fout de tout le monde sauf de son nombril et une profiteuse éhontée. A grands renforts d’exemples, de détails et de photos privées. A aucun moment il n’est question des dites leçons apprises évidemment.
J’ai grande envie d’analyser au sens propre ce comportement, d’une parce que je trouve ça foncièrement honteux à plusieurs niveaux puis parce que ça m’est aussi tombé une fois sur la gueule.
Déjà, on peut dire ce qu’on veut, quand on est vraiment passé à autre chose, ça veut dire que là maintenant tout de suite, on a mieux à faire que de s’attarder sur des événements qui ont eu lieu par le passé. Le fait d’être passé à autre chose n’a pas lieu d’être ici vu la longueur de la prophétie et son contenu. En cadre, on sait qu’un patient à fait son deuil (au sens large) quand son discours est concis sur l’événement voire même, qu’il n’en parle plus du tout. Le monologue bourré de détails et d’explications, c’est toujours le premier jet.
Ensuite d’un côté nous avons une personne qui s’est fait larguer, qui n’est personne, de l’autre GSMW qui est quelqu’un de connu et reconnu, et en admettant que cette dernière fut caissière à la supérette du coin, jamais elle n’aurait eu ce moment de gloire bien malheureux. Par conséquent, qu’est ce qui peut motiver Personne à écrire sur GSMW, si ce n’est l’envie de faire du tord, ou de tirer un bout de couverture. J’ai couché avec elle, je le prouve et je balance. Merde… Moi qui croyait que GSMW était vierge…
La réussite, aussi infime soit elle, provoque la jalousie, et dans l’esprit humain, ne peuvent réussir que ceux ou celles qui sont couverts de qualités morales, des gens biens, gentils et fabuleux, qui méritent ce qu’ils ont. Or dans les faits, les gens qui réussissent ont souvent du recourir à des procédés plus ou moins discutables pour arriver où ils sont et on est bien loin du cliché idyllique de la réussite honnête et irréprochable. Dans la réussite, il y a toujours des pertes, et c’est loin d’être agréable.
C’est aussi quelque chose de fragile qui nécessite la prise de quelques dispositions, notamment celle de protéger sa vie privée surtout quand on est exposé. Parce que si en tant qu’acteur on sait ce qu’on fait, on ne sait pas qui regarde et la preuve en est encore une fois, qu’il y a des détraqués partout, qui n’ont aucun état d’âme à aller raconter n’importe quoi ou à étendre sur la place publique une partie de leur vie pour glaner un peu d’attention, même si c’est au détriment de leur crédibilité et de leur personne. Et si mon discours peut sembler excessif ou parano, je vous assure qu’on mesure toute l’importance de cette précaution quand un(e) taré(e) nous tombe sur le coin de la gueule.
En parlant d’exposition arrive sur le tapis un point que j’ai déjà soulevé il y a quelques temps, entre ce qu’on montre et comment l’interprètent les gens.
Inconsciemment, le psychisme va construire une image fantasmatique de la personne exposée sans que cette dernière n’ait à intervenir. Parmi eux, certains vont carrément investir trois tonnes de choses positives ou négatives, sans connaitre quoique ce soit si ce n’est ce que la personne veut bien dire (et non ce qu’elle dit) ou montrer.
Une fois que vous êtes propulsé à cette place de demi dieu, en bien ou en mal, c’est la merde quoiqu’il arrive. En admettant que l’individu qui vous a ainsi placé sur un piédestal, vous prête toutes les qualités du monde, si jamais vous faites une chose contrariante ou blessante (cad clairement quelque chose qui va à l’encontre de ses volontés ou désirs) vous descendez dans la disgrâce la plus totale tant la déception est lourde. Et si ce sont les défauts les plus répugnants de l’humanité qui vous sont octroyés, alors vous ne méritez tout simplement pas d’être là. Dans les deux cas à la fin, une action destructrice sera engagée parce que vous êtes une vraie personne avec tout ce que ça comporte et parce que vous existez. D’expérience, des gens comme ça, y en a des kilomètres, le problème c’est qu’ils font les demandes et les réponses, qu’ils projettent inlassablement leurs erreurs de jugement sur vous et que rien ne les fera revenir en arrière.
Donc pour en revenir à nos moutons, tout ça renifle le dur retour à la réalité de Personne qui a cru entrer dans un paradis qu’il a inventé de toutes pièces (paradoxalement au dessein de l’article rédigé, GSMW n’est définie qu’en termes élogieux), alors que dans les faits, il se frottait simplement à une humaine (qui a agit en tant qu’individu et non par rapport à ce qu’on attendait d’elle) qui l’a simplement congédié pour des raisons personnelles, comme une caissière l’aurait fait avec un plombier alors que leur aventure ne menait nulle part. Et si je l’ai volontairement dénommé Personne, c’est parce que son Moi certainement tout bringuebalant à la base n’a probablement pas supporté d’être renvoyé à son état originel, très douloureux à assumer tant il est capable de projeter sur autrui des délires pour soigner son défaut d’être. Son article est donc une tentative désespérée de retrouver un peu du bien-être qu’il a ressenti au contact de son ex, tentative qui finalement, est juste ridicule.
De l’autre côté, GSMW, pour garder intact la totalité de son personnage a choisi de tout nier en bloc, objectant que les mails, les sms et compagnie, n’importe qui peut se les fabriquer, chose techniquement possible, et que son ex, était une personne fragile et instable, chose vérifiée. Quant à savoir qui a raison ou qui a tord, qui dit vrai ou qui dit faux, c’est pas nos oignons.
Quel peut bien être le résultat d’un tel article? Rien, ou si peu. Des emmerdes, mais pas de réelles répercutions.
Les gens qui appréciaient ce que faisait GSMW resteront là et ce sera toujours la majorité, une partie se retournera probablement d’une manière symbolique contre elle, d’autres n’en auront rien à foutre, certains qui n’avaient jamais entendu parler d’elle vont découvrir son existence, et d’autres encore ne s’arrêteront jamais sur ce billet. Du reste, en admettant que GSMW soit vraiment une personne manipulatrice, narcissique et profiteuse, alors le plus affreux des coups bas à lui faire aurait été de l’ignorer, car l’ignorance et l’oubli sont techniquement les pires choses qui puissent lui arriver.
Le bénéfice le plus notable que pourra tirer Personne dans cette histoire est que des gens aussi mal construits que lui le lisent et s’en rapprochent. Il deviendra le demi-dieu à son tour parce qu’il a couché avec « … » et s’appropriera de ce fait au travers des nouvelles recrues la partie de GSMW qu’il a investi en elle pour son propre mieux être. Et il ira mieux. Mais ça ne le transformera pas, il restera quelqu’un de défaillant, et si personne ne tente de mettre à mal sa presque divine place, alors on l’oubliera encore, ce qui sera vécu comme un nouveau coup dur.

… Sinon vous avez des plans pour trouver une chouette grotte en Ariège?

Un couple de braves gens

Dans la résidence de QueenMum vit un couple de cassos… Pile en face de chez elle.
Donc forcément c’est des langues de pute, évidemment c’est des alcooliques et oui, la généralisation, c’est moche.
Tu sais direct quand ils sont passés avant toi dans les parties communes tellement l’odeur de Ricard/clope/sueur est tenace et ce, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. La voisine au dessus de chez eux à même du mal à garder ses fenêtres ouvertes tellement l’odeur de tabac qui se dégage de leur appart est épaisse et effectivement il m’est arrivée d’ouvrir la porte d’entrée en même temps qu’elle et même moi qui fume ça m’a collé la gerbe. Et pour bien faire, c’est toujours ce genre de personne qui se met à deux centimètres de ton nez pour te parler, façon j’ai bouffé un cendrier de Gitane maïs et j’ai arrosé ça avec une lichette de jaune au ptit déj’. Là tu rends.
Depuis qu’ils sont là la femme est allée au moins une fois chez tout le monde dans la résidence et tout le monde a chaque fois du la ramener chez elle parce qu’elle était bourrée et qu’il était impossible de s’en débarrasser, résultat plus personne ou presque ne leur parle, à juste titre, je ne connais personne qui apprécie d’avoir une ivrogne en train de rouler sous la table à l’heure du diner. D’ailleurs les lendemains de cuite, c’est à dire environ tous les jours, c’est pas toi qui vomis mais eux, et comme ils font ça dans leur lit situé juste derrière le mur mitoyen, impossible de manquer le pestacle.

A côté de ça donc, la QueenMum qu’on ne présente plus, qu’on sait bien comment qu’elle fonctionne depuis longtemps: dans le cercle familiale c’est juste une nuisible mais à l’extérieur on lui donnerait le bon dieu sans confession. La Bree Van de Kamp du narcissisme, la Reine Mère quoi. Sauf qu’elle fait pas de cookies, que c’est une sauvageonne qui fera tout pour éviter d’avoir à parler au voisinage et je ne peux que lui donner raison dans l’absolu. Pi elle est pas rousse non plus m’enfin.
Depuis l’an dernier et j’ai probablement déjà abordé le sujet, quasiment tous les soirs, quelqu’un sonne à la porte et se casse, et au bout d’un an donc, ça devient plutôt pénible. C’était pas des gosses car y avait pas de bruits de pas (c’est tellement mal insonorisé qu’on entendrait une mouche péter), mais je n’étais pas pour la thèse du fantôme à la kékette tordue pour autant.
Par trois fois nous avons été plusieurs à voir la voisine sortir, sonner chez QueenMum et repartir à toute vitesse chez elle. Voilà qui est une occupation somme toute peu commune, mais pourquoi pas même s’il aurait été préférable pour tout le monde qu’elle trouve autre chose. Une autre fois alors que nous nous sommes croisées dans le couloir, la voisine a traité QueenMum de connasse, ce qui est certes vrai, mais quand-même. J’en passe, il y a eu tellement de choses, auxquelles j’ai assistées ou non, que je ne vais pas tout détailler.
Comme ça allait un tantinet trop loin et que ses simagrées n’amusaient qu’elle si l’on considère le temps et l’énergie qu’elle y investissait, j’ai poussé la Queen a déposer une requête chez le médiateur, chose qu’elle fit, et merci de placer un grand Alléluia ici tellement en temps normal elle préfère se plaindre dans son coin au détriment d’une éventuelle action constructive. Après quelques déboires administratifs, parce qu’on sait bien que tout ne peut pas bien se passer du premier coup (ie mélanges de courriers en pagaille et réponse d’une personne étrangère au dossier), un premier courrier est enfin arrivé chez la voisine, et dès lors, la sonnette s’est radicalement murée dans un silence profond.
On a su par la suite que le couple était allé faire un scandale à la mairie et que la police municipale avait failli intervenir pour calmer monsieur, puis un rendez-vous de confrontation a été fixé les jours qui ont suivi puisque la voisine avait je cite des témoignages de voisinage. Ca me semblait compliqué, mais aujourd’hui, au même titre que certains vont sonner chez leurs voisins pour agrémenter leurs soirées, tout le monde peut témoigner de n’importe quoi si tant est qu’il s’emmerde un peu trop dans sa vie. Donc j’ai trouvé ça tellement étonnant qu’il y ait des témoignages qu’au final j’avais hâte comme je redoutais la dite confrontation. J’étais pressée de savoir qui étaient les fameux témoins, encore plus de savoir de quoi ils avaient été témoins, et je redoutais l’entretien car en considérant les deux parties… Entre la QueenMum qui a tendance à sur-réagir et les deux autres qui sont complètement cuits, y avait des milliers de raisons que ça parte en couille complet. Au delà de ça, j’ai aussi fortement croisé les doigts pour que les voisins n’aient rien picolé avant parce que le matin je suis tout a fait capable d’étaler une crêpe sans vergogne pour cause d’odeur désagréable, a fortiori quand la source se situe dans la même pièce que moi.
Le jour J ça n’a pas traîné, en nous voyant dans le hall de la mairie la voisine s’est mise à hurler qu’elle ne voulait pas nous parler, ce que je peux comprendre mais surement pas pour les même raisons qu’elle, et pour un peu le vieux ne voulait pas rentrer dans la salle parce que j’y étais, chose à laquelle tout le monde ou presque à répondu qu’il s’en foutait étant donné que c’était pas lui qui était convoqué. Il s’est trouvé con, il est rentré quand-même. Ceci était la description d’une tentative de reprise de contrôle sur une situation qui échappe totalement: imposer des volontés totalement improbables.
L’entretien à duré 48 minutes si je m’en réfère à la durée de l’enregistrement et globalement les échanges se sont résumés à:
- C’est pas moi c’est elle (forcément)
- Des trucs qui n’avaient rien à voir (prévisible)
- Des mensonges énormes que j’ai démonté de a à z chaque fois (et ce n’est même pas une gloriole vu le niveau)
- J’ai retourné le cerveau de la voisine juste pour que tout le monde voit à quel point on pouvait lui faire dire n’importe quoi (je sais je suis vilaine)
- Il n’y eut aucun témoignage de voisinage
La médiatrice a fini par les faire sortir parce qu’au final, c’était juste impossible de discuter, tout ce qui était avancé ne trouvait comme écho qu’un flot d’inepties dénuées de sens pendant que le vieux sifflait des pfopfopfo en background #LaPelle.
Contre toute attente QueenMum a presque été sage (presque…) et la bonne nouvelle c’est que personne n’a eu à trop intervenir pour qu’ils se discréditent définitivement, chose qu’ils ont fait à la perfection. Je crois que le moment que j’ai préféré était celui de la caméra de surveillance, je n’avais jamais vu des visages se décomposer à ce point. Après ça change pas que la vieille est tellement sotte qu’elle est capable de mettre un masque avant de venir sonner si ça la reprend en oubliant que sa porte d’entrée et dans le champ. Oh je vous vois glousser mais je suis prête à parier très gros que ça va arriver.
J’ai l’impression d’avoir perdu du temps, mais j’espère vraiment qu’elle va arrêter de jouer avec la sonnette parce qu’à presque 70 balais ça devient vraiment ridicule.