La pauvre immédiateté

Depuis décembre, la nouvelle mode chez les patients c’est de faire des interdits bancaires, ce qui disons le franchement, ne m’arrange pas plus qu’eux.
D’un coté, on trouve ceux qui se retrouvent vraiment dans la merde à cause d’un imprévu bien pourri, et qui se débrouillent malgré tout pour revenir même s’ils ont laissé filer 15 jours ou un mois depuis leur dernière séance. De l’autre, il y a les gratteurs.
Très souvent j’en ai qui chouinent parce qu’ils n’ont pas d’argent avec toujours le même refrain: comme des gosses qui appelleraient leur mère pour leur avouer qu’ils ont pété un carreau, ils m’appellent pour me dire qu’ils sont dans la merde, qu’ils pourront pas venir la prochaine fois mais ils me tiennent la jambe pour qu’on parle parce qu’ils sont quand-même vraiment pas bien.

On se faisait la réflexion avec P., quand tu creuses un peu, tu t’aperçois qu’en fait, cette catégorie annule et gratte toujours pour les mêmes raisons. Il vont faire du shopping au moindre petit coup de mou (et ça arrive très souvent), de même que tous les week-ends ils boivent comme des trous « pour se vider la tête » (et à les entendre ça fait partie de leur travail pour aller mieux = ça te concerne un peu = c’est donc un peu de ta faute en capilotractant un poil). Forcément entre ça et le reste, quand tu gagnes pas très bien ta vie, ce qui est malheureusement le cas de trop de personnes aujourd’hui, si tu ne segmentes pas ton budget tu te retrouves assez vite dans le rouge. Toujours est il que shoppings et autres ne les aident pas tant que ça vu que ça va pas et qu’ils insistent pour me parler.
Que ce soit clair, les gens font ce qu’ils veulent de leur argent, s’ils estiment qu’il leur est plus bénéfique de s’acheter des godasses et de prendre une cuite que de consulter je n’y vois aucun inconvénient, mais s’ils veulent quand-même que je les écoute après qu’ils se soient mis dans la merde tout en n’ayant pas les moyens de me payer, c’est pas possible.
Ca peut sembler vache ou vénal, mais nous sommes tous capables de jauger nos priorités et vraisemblablement, un travail thérapeutique ne semble pas s’inscrire à sa juste valeur chez eux. Ensuite, ayant un rôle de point de liaison entre l’individu et la réalité, il m’arrive souvent de rappeler ou d’apprendre à mes patients que les actes ont des conséquences, partant de là, ce serait vraiment contre-productif de leur offrir une oreille dans ce cas de figure.
Depuis que j’ai mis le doigt là dessus et que je ne fais plus de séances grattées, je ne gagne pas mieux ma vie mais je perds moins de temps.

Le point Rexona

Hier matin je suis allée en ville et comme d’habitude j’ai pris le tramway et le métro.
Bon, je me suis chiée le dernier tram qui m’aurait permis d’arriver à l’heure, d’ailleurs je suis arrivée en retard mais la séance de dépilation s’est bien passée. Plein de poils ont quitté le navire depuis la dernière fois, du coup c’était un peu moins douloureux, donc jusqu’ici on va dire que ça se passe bien bien bien.
Aucun plan vigipirate dans les transports en commun toulousains, par contre si j’étais parano je jurerais que personne ou presque n’avait mis de déo le matin juste pour me faire chier.

Putain du déo bordel c’est quand-même pas le truc le plus cher du monde et ça prend 10 secondes à mettre! Quand on part de ce constat et qu’il y a encore des gens qui puent, soit ils ont le nez tellement pourri qu’ils se sentent pas, soit ils sont dans un déni profond, soit ils le font exprès, soit un peu tout en même temps.
Sur le retour j’ai juste cru que j’allais gerber dans le Direct Matin s’tu veux et la nausée m’a tenu une demi heure en rentrant chez moi. Partant de là j’ai décidé que la prochaine fois j’allais m’esclaffer de la puanteur et gerber sur les pieds du coupable.
MERDE.

Coucou je suis ton webmaster!

J’ai pas connu un an, un mois, une semaine d’existence pro sur la toile sans recevoir un mail d’un gars qui voulait faire mon site, ou plus récemment, m’apprendre comment fonctionnait WP pour qu’en tant que professionnelle débordée je puisse jouir de la totale liberté de cette formidable plate-forme qui pourra me permettre d’avoir un vrai site à mon image #prout.
Je ne réponds plus parce que j’essaie de devenir aussi faussement aimable que tout le monde, mais dans le fond…

Voilà.

Soumission – Houellebecq

Juste après avoir fermé la quatrième de couverture, j’ai tout de suite su qu’il allait m’être très très compliqué de parler de ce truc car quand il n’est pas ennuyeux, il est énervant au plus haut point.
Pour poser le décor, c’est l’histoire d’un prof d’université alcoolique (j’ai moi-même failli finir le livre complètement bourrée par procuration), qui… Qui a une vie dont je ne voudrais pas pour tout l’or du monde tant elle est emmerdante comme un après-midi chez la grand-tante Micheline. Le type est dans une misère affective telle qu’après le départ de sa sexfriend (qui taille des pipes divines) juive en Israël il se paye des putes sans jouir (sauf une fois), puis, il atterrit dans le sud de la France pour visiter je ne sais plus quel bled (j’ai probablement du avoir une absence), pour finalement retourner gentiment à Paris. Pendant ce temps là, la France est donc passée sous un régime musulman et je passe volontairement le passage de la retraite spirituelle dans je ne sais quel institut catholique sous silence tant il n’a strictement aucun intérêt.
Jusqu’ici, pas de quoi s’arracher les cheveux au nom de la sacro-sainte islamophobie.
Soumission est d’une nonchalance sournoise, c’est la petite promenade de santé du professeur qui batifole dans une jolie prairie avant de foutre un pied sur une mine. Au delà de ça, et en un certain sens, il présente aussi l’islam comme la solution à tous les problèmes rencontrés actuellement et depuis bien longtemps dans notre pays, pour finir par jeter à la gueule du lecteur, de manière très élégante, ce que serait la France sous un régime musulman: un parasitage religieux de toutes les institutions et les femmes à la maison. Pendant que le chômage disparait à mesure que ces dernières disparaissent de la société sous leur voile, les hommes se convertissent en s’inquiétant de savoir à combien d’épouses ils pourront prétendre.
Il n’y a pas grand chose de plus à dire alors allons directement à ce qui intéresse tout le monde. Est ce que ce bouquin est réellement porteur d’un message islamophobe?
Effectivement en tant que femme, je me suis sentie d’une humeur à faire d’un bataillon d’hommes une nouvelle chorale et ce, sans être profondément féministe, du coup dans une vision plus large, je comprends que ce livre ait fait tant de bruit, mais je ne pense pas que la cause soit réellement un pseudo message islamophobe.
Soumission est un roman, son histoire est disons le franchement inexistante de même qu’elle prend racine dans une éventuelle configuration sociétale future. Tout est définitivement très fictif sauf, les principes religieux qui y sont décrits. L’auteur raconte des faits sous un régime musulman « modéré » et chacun en tirera les conclusions qu’il voudra. A aucun moment il ne présente l’islam comme un truc horrible, pas plus qu’il n’incite le lecteur à aller en ce sens, d’ailleurs ce bouquin est tellement neutre qu’il en devient d’une insolence crasse.
Après si l’on considère avec quelle force Soumission ait pu faire grincer des dents, si ce n’est pas à cause d’un message islamophobe comme il a été dit, qu’est ce qui est si dérangeant?
Et bien, peut-être parce que dans le fond, on se doute qu’un tel régime ne serait pas forcément bien accueilli dans un système occidental tel que le notre, par conséquent, afin que tout le monde puisse garder une opinion très vague sur une telle hypothèse, il ne fallait surtout pas mettre sous le nez du plus grand nombre une représentation concrète de la chose. Mais si cela se produisait, si on avait un président musulman, je ne vois pas en quoi cela pourrait être différent de ce qui est décrit, puisque c’est comme ça que ça se passe déjà ailleurs. Au final tout ce bruit est juste provoqué par la peur de l’Opinion, on hurle à l’hérésie dans une tentative vaine d’orienter l’air de rien le jugement du lectorat, parce qu’en France, même si on marche pour la liberté d’expression, il n’est pas bien vu d’avoir une opinion, surtout si elle est à l’inverse de ce qu’on veut qu’on pense.
Et ce sera tout. Sinon c’est bien écrit, très chiant, mais bien écrit.

Le résumé

Comment s’expliquer le plus efficacement du monde en moins de quatre minutes.


Ca sèche un peu.

En autarcie

Entre les débats stériles qui peuplent les murs, les propagandes pro-guerre/paix/tolérance/haine qui se glissent dans Twitter et qui sont toutes aussi pénibles les unes que les autres, c’est officiel, la France se fait à nouveau chier. Aucune émission ne démarre sans son hommage ou ses pensées pour les victimes et les familles manière de se déculpabiliser de donner dans le divertissement, et tout ça n’a pas spécialement plus de sens que le reste.

Dans une semaine chrono, quand tout le monde aura bien pensé, bien marché et bien fait ce qu’on attendait de lui, on pourra oublier comme on le fait tout le temps.
Et comme ces comportements bien intentionnés m’incommodent, j’ai décidé de me couper un peu des réseaux sociaux et des écrans en général afin de rattraper le temps passé devant la télé ces derniers jours, en commençant par m’occuper de quelques bricoles au studio (chose qui en passant, était à faire depuis des mois).
Après m’être explosé les tibias, maintenant que j’ai des courbatures plein le cul et que ça m’empêche presque de marcher (ne jamais sous-estimer la douleur d’une courbature au derrière, jamais), je tiens à dire que c’est beau, bien fait et que ça valait le coup d’y passer assez de temps pour chopper mal partout (et je précise que je ne parle vraiment pas d’une sodomie lol). J’ai hâte d’utiliser mon petit bordel et j’espère que ça vous plaira même si je ne vais pas pouvoir m’y mettre avant la fin du mois car mon planning est ce qu’il est.
Ceci étant, ça me laisse un peu de temps pour, peut-être, repenser une partie de la suite, notamment le shoot avec l’AK47 fait l’an dernier que j’ai viré pour mieux le refaire cette année. C’était sans compter sur les attentats qui me compliquent aujourd’hui légèrement la tâche. Je vais voir si je peux faire autre chose ou tourner le truc différemment, mais si j’ai pas d’illumination révolutionnaire d’ici là, je ferai ce shoot comme je l’avais imaginé avant les événements, après tout, j’utilise visuellement des objets, je n’ai jamais fait l’apologie de quoi que ce soit. Au pire, j’ai déjà du faire face à des chrétiens un peu réac à cause de certaines photos par le passé, je devrais venir à bout de quelques hippies si jamais.
Tout ça pour dire que je vais tout de même acheter un nouveau soft’ (le fruit d’une longue recherche qui aboutit enfin) et que je planche toujours activement sur le cab. La nouvelle version devrait être en ligne dans une quinzaine gros max, en attendant je vous souhaite une belle soirée.