Le jour où j’ai fait un scanner thoracique

Arrive un moment dans ta vie de fumeur, où il faut que tu saches.
C’est à dire que ces dernières années, il ne se passe pas une journée sans qu’on te dise que tu vas crever à cause du tabac, un jour, sans que tu ne jouisses de la vue d’une merveilleuse tumeur (avec diverses variantes plus ou moins réjouissantes), ou sans que tu ne vois un spot publicitaire culpabilisant quant à ta condition de fumeur ET à-ta-mort-d’un-cancer. C’est pas comme l’alcool, on ne te dit pas de fumer avec modération, le tabac tue, sans compromis: tu fumes tu crèves, stérile, fripé, édenté et impuissant. Partant de là, la seule chose que tu peux attendre de la vie, c’est quelques années avant l’immuable échéance de crever en t’étouffant dans tes miasmes.
Ca fait quinze ans que je fume, seize, précisément, et même si je ne suis définitivement pas influençable, ce putain de tapage médiatique à fait que depuis quelques mois (pour pas dire plus d’un an) non seulement j’ai toujours pas arrêté de fumer, mais en plus j’étais tellement convaincue d’être malade que… J’étais juste convaincue d’être malade.
Jusqu’au moment où j’en ai eu plein le cul et que j’ai commencé à y réfléchir. C’est bien beau d’angoisser sur des suppositions mais ça ne peut pas durer 100 ans, à un moment, il faut soit valider la cause soit l’écarter mais au moment de cette fâcheuse épiphanie, passer une radio des poumons était encore hors de ma portée.
Jusqu’au moment où j’en ai vraiment eu plein le cul et que je suis allée demander une radio. Mais la radio ça sert à rien, il faut faire un scanner, très bien allons-y pour le scanner. Le pire étant que, quand n’importe qui même le toubib m’a demandé pourquoi je tenais à faire ça, si j’avais des douleurs, une toux, des trucs ou des machins, je n’avais rien à déclarer, juste que, je voulais savoir. Au bout de seize ans de tabagisme, il me semblait évident que j’avais quelque chose.
Rendez-vous pris à la clinique pour le lundi soit aujourd’hui. J’ai informé mes plus proches de la démarche sans rentrer dans les détails, et la nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre. Sur le nombre de réactions auxquelles j’ai du faire face, y a eu du lourd (pardon).
« T’inquiètes, je suis sure que ça va bien se passer »
Effectivement, à moins que le scanner n’explose, je ne vois pas non plus en quoi ça pourrait mal tourner.
« Mon dieu mais pourquoi tu fais ça??????? *insérer des moues horrifiques ici* Bon aller, ça va bien se passer »
Combo du lol et de la crédibilité.
« Je suis sure que tu n’as rien! »
Merci Dr Pouet-Pouet!
« Tu ne devrais pas chercher des problèmes où il n’y en a pas! »
En gros j’aurais aussi pu bouffer un fortune cookie.
Globalement la plupart des fumeurs sont très rassurants sur le sujet, d’ailleurs l’examen leur semble tellement anodin qu’ils n’y vont jamais.
J’ai pas passé la nuit du siècle, encore moins la journée du siècle, il faut être fumeur pour comprendre ou imaginer la charge de stress que tu prends dans la gueule quelques heures avant d’y aller. Ce matin je me suis préparée dans l’idée de petit déjeuner au cabinet avant de consulter, mais pas une putain de boulangerie n’était évidemment ouverte. J’ai attrapé un KitKat en revenant de la banque sous la pluie (détail important car ça a fini de finir mon brushing mal dégrossi), que j’ai bouloté devant la cheminée avec un thé en classant des papiers. J’ai à peu près fumé trois clopes en une demi heure et j’ai finalement bossé. J’ai pris soin de n’avoir de contact avec personne, j’étais pas lunée mais alors, vraiment pas! Par contre j’ai imaginé environ une mort différente par personne que j’ai croisé :3.
J’ai décollé vers 17h, je suis arrivée à 17h19. Comme à la poissonnerie, j’ai pris mon ticket, mis à jour mon dossier et ai attendu dans une salle pleine de gens qui se regardaient bizarrement (où il n’y avait aucun réseau) (pute).

Je suis passée en avance, j’ai pu constater qu’ils n’ont toujours pas décidé de se défaire de leur affreuse peinture verte merdique. J’ai enlevé mon soutif, remis mon t shirt et yallah.

Pourquoi vous faites cet examen? Vous avez des douleurs? Est ce que vous toussez? Des expectorations excessives? Vous fumez depuis longtemps? Combien de paquets par jour? Est-ce que vous êtes enceinte? Vous aimez la choucroute?
« Combien de paquets par jour » est un véritable refrain, et quand je dis que je fume environ 10 clopes par jour, on me regarde en se demandant clairement ce que je fous là.
Je m’allonge, lève les bras, l’oreiller est super cool. Je retiens ma respiration quand la machine me dit de retenir ma respiration, et respire quand la machine me dit que je peux respirer. Après trois passages dans le cercle, la session Stargate est finie.
Quarante minutes plus tard, j’apprends que mes poumons sont en parfaite santé… Depuis, je me dis que je dois avoir les artères dans un état déplorable mais pour le coup, j’vais pas forcer la bite.

File te cacher vilaine!

C’était déjà pénible de sortir dehors avec tous les trucs moches un peu partout, maintenant faut dealer avec les meufs qui se maquillent trop et mal.
Y avait les extensions de cheveux mal posées et mal entretenues qui ne font jamais illusion, les faux ongles, les faux yeux, maintenant la mode, c’est de se planquer derrière un contouring loupé à la Uma, d’avoir « bonne mine » donc le teint orange, le sourcil redessiné de préférence presque au milieu du front façon symptôme post lifting (avec les poils qui dépassent c’est encore mieux), le liner qui prend une envolée extrême rarement justifiée, la croute de mascara (les paquets c’est so 90s) et la bouche façon j’ai un conjoint violent.


Albin, outré(e) avant sa sortie hebdomadaire au Carrefour Contact

Pour celles qui ne l’auraient pas encore compris, vous pourrez vous mettre autant de couches de fond de teint/poudre que vous voudrez, vous n’aurez jamais l’air photoshopé, et tous les produits estampillés « photoshop » ou assimilés n’y changeront d’ailleurs rien. Vos points noirs, votre acné et vos cicatrices se verront toujours, à moins que vous ne refusiez qu’on vous approche à moins de 10 mètres. Le pire étant pour les rides et autres plis d’expressions: sous ce placard ne bougez surtout plus sinon tout va se marquer puissance 20, et si vous n’avez pas encore 50 ans vous en aurez quand-même l’air passées 16h30.
C’est moche, mais c’est ainsi.
Reste que ce qui me répugne le plus, parce que je suis petite et que mes yeux tombent toujours à cet étage: c’est les bouches.

Je sais c’est crade, mais ça aurait pu être pire: j’en avais trouvé une autre avec un bonus repousse de stache

Le rouge à lèvre appliqué autant sur la bouche qu’autour, le gloss, cette merveilleuse invention qui finit toujours ailleurs que là où on l’a mis, qui fidèle à lui-même, fait n’importe quoi et au final, ce dégueuli visuel sombrement dégueulasse qui te donne juste envie de dire à la meuf soit d’aller se laver soit de s’écarter avec sa poussée d’herpès. Et pour peu qu’elle pue de la gueule et que son gloss soit parfumé, t’as gagné ta journée, mais ça, c’est un autre débat qui n’aura pas lieu aujourd’hui.
Ces combines de maquillage très appuyées ne sont pas nouvelles, c’est juste qu’elles n’étaient pas encore arrivées dans la rue. Elles sont communes voire systématiques sur les tournages et en pré-shoot. Parce que quand t’as des sources lumineuses dans la gueule qui écrasent et blanchissent, tout a intérêt à être bien marqué pour que le rendu soit le plus naturel possible. Sous une lumière naturelle par contre c’est catastrophique. Catastrophe que j’ai pu apprécier à sa juste valeur lors du tournage de Game one où quand je suis sortie fumer pendant la pause, je me suis aperçue que la maquilleuse m’avait transformé en Dani Filth.

Dani Filth et sa manucure sénégalaise

Et si je ne me suis démaquillée qu’en arrivant à l’hôtel c’est bien parce qu’il faisait nuit, car même si pas grand chose ne me dérange ça m’aurait fait mal au cul d’avoir l’air d’un clown mort.
Après vous allez me dire on s’en fiche de qui se maquille comment: oui! OUII! Mais putain…

Brèves du jeudi soir

Fuck off
Plutôt que de m’énerver contre les médias qui rabâchent inlassablement des trucs dont je n’ai que foutre (les juifs et les musulmans cqfd), j’ai décidé de me caler dans la salle d’attente et d’écouter la pluie tomber.
Parce qu’il pleut. Froidement et intensément depuis quelques jours, parce qu’il fait froid et humide, le mois de mars en février comme tous les ans.

La poisse
Demain je vais chez le toubib pour environ 4 raisons dont deux qui vont probablement mal/bien tourner. D’une manière ou d’une autre, la semaine prochaine s’annonce assez stressante.

La flemme
J’ai autant de posts dans mes brouillons que de fois où j’ai essayé d’écrire quelque chose depuis la dernière fois où je suis passée pour ne rien dire. C’est le problème d’écrire sans conviction, j’espère que ça reviendra.

Pour couronner le tout
Je n’entends parler que de cancer, et dans un autre registre après deux jours à vivoter Léonard est en train de mourir lentement mais surement depuis ce soir. J’en déduis que ce n’est pas la période.

On the way
J’ai commencé les prises pour la prochaine vidéo, croisez les doigts pour que j’ai la foi de la terminer.

Le Fourleo, cette grande invention

Y a quelques semaines, un panier à salade version four est arrivé chez moi. Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser que ce n’était pas mon idée. Après m’être faite niquer la gueule deux trois fois avec des inventions tellement simples que personne n’y avait pensé avant le 21ème siècle, j’ai tendance à être naturellement très septique quant à toutes ces choses et à ne tout simplement pas me pencher sur leur cas.
Bref nous allons parler du Fourleo, cet encombrant panier à four qui va t’aider à manger des frites moins grasses, entre autres choses miraculeuses.

Sur l’échelle de la flemme de faire à bouffer, je suis au top niveau, par conséquent, tout ce qui va me permettre d’y passer le moins de temps possible voire de ne carrément rien foutre aura ma bénédiction, voilà pourquoi il faut que j’achète un magimix je voyais ce Fourleo d’un bon oeil si tant est qu’on pouvait y mettre des frites et du poulet en même temps (ce qui ne pose aucun problème selon la notice). Sauf que.
Sauf que dans la réalité, le Fourleo, tu l’enfiles sur la broche du four, et dix minutes plus tard, tout est collé sur les parois. Ajoute cinq minutes de plus et tout est brulé (ou pas cuit).

En gros, j’aurais juste pu le faire toute seule.
Il est a noter également que pour ouvrir l’engin quand il est brulant faut s’armer de patience (chose que je n’ai pas, malgré que ce soit à peu près mon sixième prénom), même si cela s’avère totalement inutile vu ce qu’il y a dedans. Il a fallu deux tentatives pour admettre que, quelle que soit la catégorie de patates, ou l’huile, ou la quantité d’huile, le résultat est le même (quoi qu’en dise la notice) (c’est vilain de mentir) (TRES VILAIN).

Après trois passages au lave-vaisselle, j’ai usé environ 20 litres d’eau pour le nettoyer correctement avant de le remettre dans sa boite et de l’expédier directement à la cave.
Donc on est d’accord: j’vois pas pourquoi on s’emmerde alors qu’il y a les Just au four de Mc Cain.

Brèves du dimanche soir

Le retour de Bricolette
Je suis bien loin d’exercer dans une ruine mais la vérité, c’est que mon cabinet n’est qu’une longue série de petits détails qui partent en couille un peu partout. Du coup en ce jour du 15 février, je tiens à annoncer fièrement, que 18 mois après avoir commencé, j’ai enfin terminé de tailler et peindre la pièce qu’il manquait à la porte d’entrée. Si j’ai le courage, je vais aussi solutionner dans la foulée le problème de poignée lundi mais rien n’est moins sur car lundi.

Des nouvelles de Chiffonnette
La première fois que j’ai posé mes doigts sur les cordes, je l’ai trouvée certes accordée comme une gamelle mais foutrement « nette ». Tu pinces les cordes, elle te sort la note comme elle doit, sans compromis, c’est absolument magnifique et merveilleux.
L’ai amenée chez Alexis (évidemment) pour qu’il l’essaie et qu’il me donne son avis (évidemment bis), j’ai pris une grosse baffe et je suis rentrée bien merdeuse, mais la bonne nouvelle c’est que ma guitare sonne aussi bien qu’elle est précise.

50 nuances de menottes en moumoute
Je captais assez mal l’engouement pour les bouquins, j’ai encore plus de mal avec le tapage sur le film quand je vois les meufs complètement hystéros devant Christian, qui vraisemblablement n’ont pas réalisé qu’il était trop vieux pour entretenir de telles relations avec son caca, par exemple.
Sinon pour rentrer dans le vif du sujet je vous conseille Sade, pas le meilleur du genre mais un classique indémodable et une littérature consistante, pour celles qui n’ont pas peur d’enrichir leur vocabulaire.

Bolohloohhhhh
S’il y a bien un truc désagréable c’est les gens qui, sur FB, ne parlent que de leurs gosses. Quand tu vas sur leur mur c’est le timetable complet des gamins. Pépette vient de se réveiller ouf elle a bien dormi, Pépette adore les céréales c’est fou, Pépette prend sa douche dans la douche, Pépette est au poney sur son poney, Pépette fait du toboggan dans le jardin chez mamy elle s’éclate c’est franchement super! Qu’est ce qu’elle est merveilleuse!. Et tout ça, en une journée, avec des variantes malheureusement fort peu variables les jours qui suivent. Franchement… J’suis pas contre les photos bien marrantes qui sont parfois publiées, mais bordel le planning du moutard c’est chiant comme essayer d’étendre correctement 3 strings sur un étendoir.