Comme une épine dans le pied

J’ai déjà parlé de l’arrivée de la feuille RSI, de la déclaration des revenus chiffonnée au dernier degrés reçue récemment et, avant d’ouvrir une énième fois ces documents qui ne provoquent rien de moins qu’une répulsion vindicative chez moi, je me suis dit que pour me faciliter la tâche, j’allais gerber mon énervement là.
Ca fait des années que je remplis ces torchons et si au début tu peux trouver une ou deux raisons de trouver ça « marrant » (un très gros mot), au bout d’un moment ça ne l’est absolument plus.

Plus l’état a dit qu’il simplifiait les démarches et plus elles se sont compliquées. D’un autre point de vue, on pourrait supposer qu’il a peut-être cherché à simplifier ses démarches à lui, mais ça c’était avant de constater qu’il y a toujours des erreurs, parfois des erreurs d’erreurs aussi et au final, ça a évolué oui, mais l’idée de la simplification s’est rangée d’elle-même dans un joli placard.
Quand je vois la putain d’enveloppe RSI dans ma boite aux lettres, l’idée de devoir remplir trois cases commence d’emblée à me ronger. Trois cases c’est minimum trois heures de boulot avant de pouvoir les remplir, un immonde gâchis de temps pour savoir combien tu vas devoir donner à la « solidarité ». En gros, tu te contrains à faire quelque chose de désagréable pour quelque chose de désagréable, d’un point de vue psy, ça ne peut pas fonctionner et c’est pour ça que le RSI a si mauvaise presse auprès des PME (les plus gros trouvent toujours des moyens pour ne pas payer + d’autres pour ne pas se faire emmerder = on charge toujours les mêmes).
Ensuite c’est au 2035K de débarquer, et là en général, j’ai juste envie de gerber, parce que ça va encore me couter trois heures et des heures de vérifications derrière, pour un remplissage empreint d’une angoisse éprouvée… Et surtout éprouvante, pour savoir de combien l’état va se servir. Si j’oublie un chiffre, un centime, un zéro, une case, ce sera le tapis d’emmerdes jusqu’en 2024. Vous croyez que j’extrapole? Vous faites fausse route, mais pour en avoir bien conscience, je comprends qu’il faille en avoir fait l’expérience ou en avoir été témoin.
Voilà ce qui se joue, concrètement, chez moi comme chez d’autres, en avril tous les ans, parce que tous les ans t’es obligé-e d’y passer, et tous les ans y aura des petites nouveautés pour simplifier, nouveautés qui rendront l’entreprise encore plus chronophage que l’année précédente.

Cette année, c’est la déclaration dématérialisée obligatoire! Aaaaah enfin quelque chose de ludique pour le commun des mortels didon.
Sauf que concrètement, dans les faits, tu déclares en ligne en plus de remplir tes feuilles, ce qui, si on compte la création du compte et le reste, prend facilement 10 fois plus de temps que d’acheter un timbre et de poster une lettre. Voilà. Sans compter le temps que ça te prendra de chercher toutes les informations nécessaires à la création du dit compte et que forcément tu n’as pas en tête.
Depuis toutes ces années j’ai appris à me dépatouiller au mieux avec l’administratif, ma compta bénéficie d’une organisation quasi militaire, et pourtant, cette merdasse de paperasse me pourrit toujours la vie. Quand je bossais encore chez Herr Generale (qui m’a définitivement beaucoup appris en compta et sans qui je ne m’en serais objectivement jamais sortie)(rien que pour ça je pourrais lui vouer un culte sisi, mais on va pas forcer la bite), j’étais toujours en train d’halluciner ou de râler sur sa désorganisation tonitruante qui finissait par déborder sur tout le monde, sauf qu’avec du recul, je suis dans le même schéma et ce n’est absolument pas dans un souci de reproduction fidèle, c’est juste que toutes les démarches liées à ces torchons administratifs prennent un temps énorme, exponentiel, et qu’on ne peut pas en anticiper tous les aspects.
Reste la solution du comptable et là… Je n’ai pas envie de payer 2000€ par an pour pas grand chose si ce n’est pour en plus devoir m’occuper du comptable avec tout ce que ça comporte.
Tous les ans au mois d’avril, de devoir effectuer des taches rédhibitoires me donne simplement envie de tout arrêter mais… Le plan pour aujourd’hui sera de mettre en place un plan pour minimiser le temps investi en ces taches rédhibitoires l’an prochain (si c’est possible, autant essayer), et de peut-être, réussir à déclarer en ligne, mais ça, c’est une autre histoire. En plus du taf, sinon ce serait bien trop chiant.
Et ça fera plaisir à certain(e)s, là pour le coup j’ai une bonne vieille gerbe ;).

Une bière et un beignet au Nutella svp

LES VACANCES
Quasi officiel: des vraies vacances on the way et normalement on devrait même avoir un bon coef’ durant tout le séjour! Hashtag la vie.

Je m’en roule de joie sous le bureau
Suite à une erreur de l’administration qui a décrété on ne sait comment que la nouvelle adresse de ma société était celle que j’avais y a trois ans et qui a été changée… Y a deux ans et demi, j’ai reçu ma feuille de déclaration tellement à la bourre et littéralement tirebouchonnée dans ma boite aux lettres, que j’ai à peine deux jours pour la repasser et la remplir. Deux claques.

Le bonheur est dans l’étable
Me suis faite tatouer vendredi dernier, depuis je colle et je me gratte ça me pique quoi. Ca fait trois jours que je pue la vache la Bepanthen, demain j’arrête. L’expérience m’aura appris une chose: personne ne piquera quoi que ce soit sur le côté gauche, j’ai eu le time de my life pour le droit, c’est cool.

#LePointMarmotteDeLenfer
Je passe des nuits tellement épiques que j’en arrache les draps (tous), que je déplace le sur-matelas (toute seule), que je hurle et que des fois je m’étouffe (la totale) bref, je dors pas super bien en ce moment, du coup je tenais juste à dire à mon inconscient que je l’encule, de manière totalement amicale, mais ferme. Sinon vous pouvez aussi m’envoyer un litre ou deux d’eau bénite ça me fera super plaisir.

Bisous!

Radio misères

Comme le dit si bien le titre, je me fais un petit cumul pour fêter le printemps… Et surtout l’arrivée des moustiques. Parce que je me suis faite piquer, que j’ai fait une allergie, et que je me suis retrouvée la tête dans le cul pendant plus de 24h à cause de cette merde de médicament générique à la con et à deux reprises s’il vous plait. Si encore ça faisait dormir, c’est emmerdant mais tu peux éventuellement faire une sieste, mais non. L’originalité de l’Ebastine, c’est que tu comprends plus rien à la vie et que tu crèves d’envie de dormir, mais que tu n’y arrives pas. Tu peux rester allongé les yeux fermés pendant 2/3h (de toutes manières, tu ne peux faire que ça), tu resteras allongé les yeux fermés pendant 2/3h. Voilà. En sachant que les symptômes qu’il est sensé soigner sont excessivement longs a disparaitre également, je crois que cette fois ils ont vraiment inventé le générique qui sert à rien.

J’aurais bien aimé participer à minimiser le trou de la sécu, sauf que j’ai une vie, du coup, va falloir que je retourne perdre trois heures dans une salle d’attente pour me faire prescrire le médoc original.
Avec ça j’ai la bouche en lambeaux et ça par contre, ça fait très mal. Finalement, hier soir j’en pouvais tellement plus que l’idée m’est venue de désinfecter ce merdier à la Bétadine, ce qui au final s’est avéré être une bonne idée car ce matin ça va beaucoup mieux (si j’avais su… Mais maintenant je le sais).
Toute petite misère à part, le printemps, c’est aussi la catastrophe de poils qui va avec les premières chaleurs qui s’installent car oui, enfin, depuis quelques jours, la diminution des couches de vêtements est officielle.
Bref, cet hiver, je ne sais pas ce qui l’a pris, mais Aloha a mis une épaisseur de poils monstrueuse, presque il s’était métamorphosé en spitz.

Et personne n’a envie que son chien se transforme en spitz, sachez-le.
Je redoutais la journée d’hier, quand il allait falloir le passer au Furminator® une fois l’hiver révolu.
Il n’a pas diminué de volume de façon notable, moi par contre, je me suis retrouvée avec une robe noire en fourrure avant d’aller bosser, littéralement, malgré d’innombrables précautions et tous mes efforts pour rassembler tout ce que je ramassais dans la poubelle. Au final j’en avais autant sur moi que j’en avais jeté. Il va falloir remettre ça, avec une bonne douche pour bien faire.
Sinon tout roule, je m’apprête à dire au revoir à un patient qui revient de loin après de longs mois d’analyse, et qui va mieux. En sachant ce qui l’a amené ici et que tous les traitements thérapeutiques qu’il avait suivi jusque là s’étaient soldés par des échecs, c’est une putain de victoire qui n’était vraiment pas gagnée d’avance. Ca n’a pas été une analyse des plus calmes, tout du long j’ai douté de mon adaptation du cadre et j’ai vraiment galéré à le garder en place, mais au final, on y est arrivé. Après… C’est pas si mal d’avoir des patients quelque peu indisciplinés, tu sais jamais ce qu’ils vont te pondre, et au delà du côté analytique, ça a un côté rafraichissant. Je ne lui souhaite que le meilleur, il l’a bien mérité!
Quant à moi j’ai bien mérité un peu de répit et j’attends impatiemment quelques jours de vacances le cul dans les vagues.

Nouvelles photos

Désolée pour le retard, trop de choses se sont bousculées cette semaine ;)
Red Army 2015
Enjoy et bon week-end!

Work in progress

Bob la bricolette a encore frappé…

… C’est pas terminé du tout, mais ça marche et je ne me suis pas électrocutée c’est donc un double exploit.
Oui des fois je fais des lampes, j’aime bien ça me détend, j’espère attaquer un lustre sous peu aussi, bref, la suite un jour.

22 avril 2015

Ouais, cette année je suis en avance et puis il est sensé pleuvoir alors je ne vais ironiquement pas manquer cette occasion, tu sais comme j’aime faire le piquet devant ton trou un parapluie à la main.


Voilà.
A demain.