La paix

Comme un lundi
Ce matin j’ai mis un pied par terre, j’ai vu mes portables me suis dit non. Non no not today. Alors j’y ai pas touché de la journée, j’ai activé deux fois le réseau pour envoyer un sms et j’ai eu une paix formidable. Bon après j’ai rappelé une patiente qui voulait décaler son rdv, mais ça ça compte pas.

Profession: grenouille de bénitier
Avant de shooter je suis allée à l’église. On remarque que je ne dis pas que je suis allée prier car dans les faits je ne prie pas (même si j’aime beaucoup le faire croire), j’ai juste découvert qu’à l’église t’avais encore plus la paix qu’au cimetière, du coup, j’y vais de temps en temps. Y a des bougies, la déco est pas trop dégueu, les religieux jouent super bien de l’orgue et personne ne te parle JAMAIS.

C’est pas si mal
A part que je me suis complètement gaufrée dans le setup = j’ai fait une photo sur dix qui fonctionnait, y a quelques prises bien bien bien


Le QUOI? LE CADRAGE??? MAIS C’EST TELLEMENT SURFAIT!!!!

Zéro retouche si ce n’est une correction de tonalité. J’ai un fond de teint qui devrait s’appeler Photoshop, clairement!

Les Roumains sont nos amis
J’ai failli me faire braquer la voiture avec 3000€ de matos dans le coffre pendant que je chargeais, à 5 secondes près c’était pour ma gueule. J’ai pas appelé les flics, je perds assez de temps dans ma vie avec des gens qui servent à rien, de toute manière au final, même si le gars avait eu mon appareil autour du cou ils auraient trouvé le moyen de dire que je lui avais donné. Charité oui, c’est tellement moi.

Citation
Oui parce que si j’ai définitivement imprimé un truc c’est bien que les flics, ne servaient à rien, non seulement parce que j’ai eu environ 10 fois l’occasion de m’en rendre compte, mais aussi parce que c’est une flic qui me l’a dit la semaine dernière (très sérieusement en plus), parait même qu’on leur dit souvent.

Ca alors, on voit pas d’où ça peut venir vraiment.

Au revoir Pantone 2014
J’ai refais mon site pro, j’aurais bien laissé le lien mais y a les Gremlins à la télé alors démerdez vous. Le rose mauve n’était définitivement pas une invention. Je suis allée deux fois sur mon site depuis que cette version est en ligne, j’ai cru que j’allais refaire une grippe. Me reste toujours le print à refaire.

De la communication
La nuit dernière fut lourde en décharge, comme on dit. Quand je rêve que je tue tout le monde, c’est que quelque chose m’a un peu gonflé, et j’ai tué des gens toute la nuit. Très fatiguant tout cela fut (et encore, on remarque). J’étais partie pour exprimer mon mécontentement de manière soft, tout compte fait j’ai largué 40 parpaings sur la table tout à l’heure. Ca a fait un peu de bruit, je doute que ça solutionne quoique ce soit, en tous cas pas sur le long terme, mais c’est dit.

Paix, prospérité et bonne nuit!

Le lundi, c’est fini

Quand ça fait un moment que ça merde toujours le même jour, quand t’as fait tout ce que tu pouvais pour que tout se passe bien mais que ça merde dix fois plus: il faut que ça cesse.
Aucun jour de la semaine ne me pose de problème, je n’ai même pas d’a priori sur le dimanche, mais depuis quelques temps, mes lundis sont épiques. Ces jours sont des putains de catastrophes sur tous les plans je pourrais en écrire trois ou quatre tomes de 500 pages.
Récemment, je n’ai pas passé un lundi sans être malade, ou clairement emmerdée par les gens, parfois les deux en même temps, parfois j’avais mes règles ce qui dans tous les cas est emmerdant comme le reste, à noter aussi les lundis flats où tu ne baignes nulle part si ce n’est dans ton propre emmerdement et encore une fois, parfois, tout en même temps (et là ça fait beaucoup oui c’est sur).
Ce soir, lundi soir donc, ce qui sous entend que ma journée fut totalement abjecte, j’ai eu un appel de ma famille, et comme d’habitude avec eux c’était un sens unique total, où on me raconte qui est mort au bled que j’en ai rien à foutre, ses petites misères, et bien le bonsoir à la prochaine. Sinon si ça intéresse quelqu’un, j… Ah non pardon oui la grand-mère de mon ex est mort oui c’est con mais oui je m’en branle. A la fin, j’avais juste l’impression qu’on s’était torché le cul dans mes oreilles, le truc de trop pour aujourd’hui.
Du coup, clairement crevée par ce lundi aussi pourri que les 30 précédents je ne me suis posée qu’une seule question et la bonne: comment régler le problème Lundi? J’ai trouvé la réponse en 5 secondes.
Dans les faits, et c’est bien la seule chance notable que j’ai: je fais ce que je veux. Partant de là, le lundi n’existe plus à part sur le calendrier, moi je ne suis plus là, le lundi on m’oublie c’est mon jour de retraite spirituelle. On ne me parle pas, on ne me voit pas, on ne me demande rien, je ne SUIS PAS LA!

Les patients, la reine mère, la famille, les potes, l’administration, l’interweb, les clients etc.: Mardi.
Bisous!

Le jour de grâce

zv7qrnb

J’ai toujours une journée de retard sur le planning mais j’ai au moins réussi à faire ce que je voulais aujourd’hui, sans qu’un ou plusieurs imprévus ne s’en mêlent. Franchement depuis lundi c’est un exploit notable, cette semaine est d’une pénibilité sans nom ou presque.
La déclaration du sinistre est prête à partir, reste à savoir comment ça va se goupiller. La société qui s’occupe des canalisations était encore là lundi, depuis je dors mal, les skates survivants et le sapin de noël ayant regagné la cave ainsi que ma pédalette. Ceci étant dit, vu comme c’est relou quand il y a une inondation, je suis en train d’échafauder des plans au cas où la canalisation principale voudrait remettre ça. Une fois, ça suffira hein!
Je me suis occupée d’envoyer le relevé de compteur d’eau, tu ris mais comme c’est le genre de formalité qui me casse royalement les pieds, ça aurait pu traîner pendant 6 mois comme c’est déjà arrivé, alors bon, on salue l’exploit, on applaudit, voilà.

Au lieu de faire des balances connectées à la con, (même si j’en ai une) (d’ailleurs c’est bien pour ça que je dis que ça sert à rien, à part que tout le monde peut voir combien tu pèses et ton pourcentage de lard, très utile), des compteurs connectés qui t’évitent de relever des chiffres tous les trois mois, bah ce serait vraiment sympa tu vois. Et faut que je fasse changer mon abonnement chez EDF bordel, mais ça n’a rien à voir.
J’ai terminé de pointer les chèques, je suis bien contente de ne pas avoir attendu la fin de l’année pour m’y coller (comme l’an dernier, par exemple) et au final je crois que je vais prendre un jour par mois pour le faire, car c’est toujours aussi chiant. Un jour j’aurai un crevard de comptable qui me fera ça pour 600 boules par mois hein… Ou pas.
Je suis passée dans les peroxydes et ça a bien fonctionné, tout un événement! J’en ai marre de ces cheveux qui prennent quand ils veulent.
J’ai consulté, tout s’est très bien passé, mon cabinet n’a pas pris feu (une longue histoire), et la chasse d’eau fuit toujours, tout est donc normal. Les gens s’étaient tous donnés rendez-vous dans le quartier aujourd’hui (SI SI), pour se garer c’était un vrai challenge et bordel, faut vraiment que je m’achète un deux roues, VITE!
Me suis baladée avec Aloha dans les feuilles mortes, Ginette c’est le début de la fin, l’été nous a dit merde comme il l’a fait tout l’été, sauf que là il a pas déconné: 12 le matin 24 l’après-midi, pan! Du jour au lendemain, comme ça, sans raison, sans prévenir, sans qu’on y comprenne quoique ce soit on est au Canada. Prochaine étape le pole nord, les boules, les pubs de merde Canalsat, le foie gras et le nouvel an.
Y a plus qu’à éditer un shoot à mettre en ligne, faire des trucs à la bourre sur le Cabaret et shooter, et consulter encore et dormir un jour. Bref, c’était une bien meilleure journée que les deux précédentes, pourvu que ça dure!

J’ai eu comme une épiphanie

S’il y a bien un sport où je suis vraiment une merde (sans prendre en compte ce à quoi je ne me suis pas essayée et où je serai probablement une merde aussi), c’est l’endurance.
C’est historique, ça date du collège, malheureusement chez moi n’est jamais né l’amour ou l’intérêt pour courir sur une piste, encore moins autour du terrain de rugby et les tours du lac j’en parle même pas. Le tapis? Même pas t’y penses! Et même pas dans un champ! C’est à dire qu’en arrivant dans un lycée privé bien paumé qu’on payait une blinde mais qui n’avait pas d’argent pour offrir un espace sportif digne de ce nom à ses élèves, et bien on faisait des tours de champs avec option crottes de lapins. La classe ultime dans un lycée de petits campagnards péteux et je ne vous parle pas des cafards sous les tatamis, heureusement que la bouffe était dégueu au moins tu manquais pas grand chose tellement t’avais pas faim en sortant d’EPS.
J’étais super forte en athlétisme, j’avais même hérité du petit nom de Speedy (#LundiConfession) tellement j’envoyais au sprint, mais pour tout ce qui est dans la durée je finissais par m’étouffer dans l’aérosol de ventoline de quelqu’un. A l’époque le pneumologue avait diagnostiqué un asthme d’effort, le truc qui veut rien dire dans la vie faut le savoir puisque ce n’est pas de l’asthme, mais peut-être de la spasmophilie (oui bien sur), sauf que bien que j’arrive vraiment plus a respirer quand je fais une crise, je pense surtout que c’est mon corps qui fait sa cricrise de flemme.
Toujours est il que, j’ai décidé de me remettre à courir. De préférence, avec les bronches encore pleines de miasmes pour pimenter l’événement.
Effectivement ce n’est pas une idée brillante de courir dans cet état, si je l’avais su avant je ne l’aurais pas fait (parce que j’avais bien la flemme avant de partir surtout), mais qu’au bout d’un moment, ça s’arrange. Donc je me lance pour 4 bornes de course utopique. Au bout de 50 mètres sans surprise j’ai du m’arrêter pour temporiser un début d’étouffement, mais j’ai remis ça et ainsi de suite.
Problème n°1, je ne sais pas respirer. Problème n°2 je sais pas garder un rythme. Problème n°3, je m’emmerde vraiment. Et je me faisais royalement chier jusqu’à ce que j’arrive dans les sous bois.

J’étais en train de courir avec d’autres sur la route, c’était chiant donc, et en bas y avait le passage des VTT. Ca m’a tortillé un ptit moment avant que je ne saute par dessus la balustrade et que je dévale la pente pour arriver jusqu’à ce chemin. Et là, tu sais pas trop comment, tu te retrouves à gambader dans la boue, les flaques, la terre, à grimper les bosses, sur un, puis deux kilomètres, a une vitesse bien plus rapide que sur du plat, et sans t’étouffer.

Non seulement c’est super agréable de courir dans ce contexte étant donné qu’il y a toujours un truc à anticiper, mais en plus c’est un exercice fabuleux pour mes chevilles en kit! Autant vous dire que sortie de là j’étais bien vidée mais tu veux savoir la blagounette? Une fois revenue sur la route j’ai continué à courir, et tous les 50 mètres j’ai du m’arrêter, donc je crois que c’est clair, je me fais carrément chier à courir sur du plat bien qu’à côté de ça j’envie vraiment les gens qui arrive à le faire.
En attendant je suis rentrée bien dégueulasse, de la boue jusque dans les cheveux, mais putain c’était chouette et je compte bien remettre ça!